Articles tagués ‘Zusak’

La Voleuse de livres de Markus Zusak

J’avoue que quand je me suis rendue compte que c’était un livre jeunesse, je me suis demandée comment ce livre était arrivé dans ma PAL… Et puis, je me suis rendue compte du nom de l’auteur et je me suis souvenue !! J’avais participé à un challenge ABC et il me fallait un Z ! ^_^ Ayant échoué dans ce challenge, j’ai inclus ce livre dans mon challenge « Je vide ma bibliothèque » et une LC organisée par angelbb l’a fait sortir plus vite que prévu de ma PAL.

Voici la 4ème de couverture :

Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller Sa curiosité.

Liesel Meminger y est parvenue.

Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s’est arrêtée.

Est-ce son destin d’orpheline dans l’Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? A moins que ce ne soit son secret… Celui qui l’a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres…

En relisant la 4ème, j’avoue que je me demande encore si ce roman est vraiment jeunesse et ne connaissant pas l’auteur, j’ai fait une petite recherche sur internet, je ne l’imaginais pas comme ça et le voyais plus vieux :

Et j’ajoute les quelques mots du livre pour le présenter :

Markus Zusak est né à Sidney en 1975. Ses parents sont d’origine allemande et autrichienne. Il est l’auteur de quatre livres qui ont tous été primés, et il est désormais reconnu comme l’un des romanciers contemporains les plus novateurs et poétiques d’aujourd’hui, figurant parmi les meilleures ventes en Australie et aux États-Unis. Il enseigne l’anglais à l’université de Sydney.

Et un extrait pour voir si le style est vraiment « poétique » :

Ne pas s’en aller : un acte d’amour et de confiance,

que les enfants savent souvent traduire.

Hans Hubermann, les yeux gonflés de sommeil, restait assis sur le lit et Liesel pleurait dans sa manche en respirant son odeur. Chaque matin, sur le coup de deux heures, elle se rendormait dans ces arômes mêlés de peau, de tabac froid et de décennies de peinture. Elle les absorbait par la bouche, puis les respirait, avant de retomber dans le sommeil. Chaque matin, elle le retrouvait affaissé sur la chaise à un mètre d’elle, presque plié en deux. Il ne se servait jamais de l’autre lit. Liesel se levait et l’embrassait précautionneusement sur la joue. Alors il s’éveillait et lui souriait.

Parfois, Papa lui disait de se recoucher et d’attendre une minute, puis il revenait avec son accordéon et jouait pour elle. Elle se redressait dans le lit et fredonnait, ses orteils glacés crispés par l’excitation. Personne n’avait jamais joué pour elle auparavant. Elle souriait béatement, en regardant les sillons se creuser sous le métal fluide des yeux de Hans Hubermann, jusqu’au moment où le juron arrivait de la cuisine.

« ARRÊTE CE VACARME, SAUKERL ! »

Papa continuait encore un peu.

Il faisait un clin d’œil à la fillette, qui, maladroitement, le lui rendait.

J’ai choisi ce passage au hasard mais en fin de compte, il est pas mal, je trouve qu’il présente bien les personnages même si on y voit surtout la relation Hans-Liesel et l’influence de l’accordéon. Je précise, pour ceux qui n’ont lu le livre, que le juron vient de Rosa Hubermann, pour ceux qui l’ont lu c’est plus qu’évident vu que la plupart des jurons viennent d’elle.

Après avoir lu ce roman, j’ai toujours du mal à comprendre qu’il soit classé en jeunesse (d’ailleurs chez Livraddict, il ne l’est pas !) : le sujet est dur, il y a de nombreux passages tristes, etc… Mais ce qui est sûr c’est que je l’ai beaucoup aimé !!

J’ai vécu l’histoire avec les personnages, je me suis attachée à eux que ce soit les principaux comme Liesel, Rudy, Max, Hans, Rosa ou les secondaires comme la femme du maire, Tommy, Frau Holtzapfel, … J’ai aimé cette narration par la Mort qui rend plus « légers » les passages sur les camps de la mort par exemple… J’ai apprécié que ce roman montre les différents points de vue : juif, nazi, ceux qui ne disent rien mais aident les juifs, ceux qui ne disent rien par peur, ceux qui ne disent rien par bêtise ! J’ai aimé les livres dans le livre. J’ai aimé que l’auteur montre le pouvoir des mots ! J’ai aimé le courage de Liesel ! J’ai détesté les bombes, j’ai détesté le Parti, j’ai détesté la mort mais j’ai aimé la Mort !

Bien sûr, il y a eu quelques petites déceptions mais avec un peu de recul, je me dis que ce ne pouvait pas être écrit autrement et que si cela avait été écrit autrement (comme je l’avais espéré), cela n’aurait pas été aussi bien !

En tous les cas, ce livre a été un coup de cœur pour moi ! J’ai aimé la plume de l’auteur et je ne sais pas si on peut trouver ses autres romans mais j’ai envie de le lire encore, voir s’il arrive à m’embarque encore !

Et pour finir les avis de mes compagnons de lecture (désolée pour ce petit retard de ma part…) :

Angelebb ; Kincaid40 ; Cajou ; Aidoku ; Nane42 ; Frankie ; Meldc ; Achille49 ; Stellade ; Gr3nouille2010 ; Can-diice ; Delcyfaro ; LIZI ; Elisabeth-Bennet ; Morgouille ; Nin4

♥♥♥♥♥

Publicités

Nuage de Tags