Articles tagués ‘Vie’

La naissance de la Terre : De sa formation à l’apparition de la Vie d’Alain Meunier

couv2179083

Quand j’ai vu que Babelio proposait des livres sur le thème de la géologie pour une Masse Critique, je me suis tout de suite lancée et j’ai été choisi pour celui-ci voici sa 4ème de couverture :

D’où venons-nous ? Comment la vie est-elle apparue sur notre planète ? L’histoire de la Terre est un voyage qui se mesure en milliards d’années, du Big Bang à l’apparition des premiers êtres pluricellulaires complexes. En s’appuyant sur les données de la physique quantique et de l’astrophysique, les spécialistes ont pu comprendre comment la matière s’est formée, accrétée puis différenciée avec un manteau, un noyau, une croûte émergée, des océans et une atmosphère. Ils ont cherché à établir une vision logique des trois longues périodes qui correspondent à la « jeunesse » de la Terre : l’Hadéen, L’Archéen et le Protérozoïque. Cet ouvrage présente une chronologie claire et détaillée des événements et des évolutions qui ont façonné notre planète depuis 4,5 milliards d’années. Ce long cheminement se décrypte dans la composition des roches et dans la distribution de certains isotopes. L’histoire s’achève avec l’apparition de la vie et la possibilité qu’elle se développe sur d’autres planètes…

Tout d’abord, je tiens à m’excuser auprès de Babelio et de la maison d’édition Dunod, ils font confiance aux lecteurs en leur envoyant des livres et je n’ai pas été correcte en mettant tant de temps à écrire mon avis. Cependant, j’ai des excuses, lorsque je participe à un partenariat, je mets un point d’honneur à lire complètement le livre et là, comme c’était un livre scientifique, j’ai essayé de tout comprendre.

Je dis bien essayer… En lisant la 4ème de couverture, je m’attendais à un livre scientifique et détaillé mais je ne m’attendais pas à un livre aussi pointu, je pensais que les données scientifiques seraient plus vulgarisées (même si le fait qu’on parle de physique quantique et d’astrophysique aurait du me mettre la puce à l’oreille).

Je précise que je suis géologue, j’ai un bac+5 et Sciences de la Terre et de l’Univers même si je suis spécialisée en sédimentologie (pour caricaturer le sable, la vase, etc…) et pourtant j’ai été perdue !

La première chose que je me demande après cette lecture, c’est à qui s’adresse ce livre… Au grand public ? Je ne le pense pas. Aux étudiants ? Possible mais alors de quelle filière ? Je m’attendais à ce qu’on parle de roches mais au final on parle surtout de géochimie et même de chimie tout court. Datation isotopique, chimie des roches, chimie du vivant… Sans parler de toute la 1ère partie qui parle d’astrophysique. Bref, un ouvrage très spécialisé, à la pointe des dernières découvertes mais qui n’est pas fait pour le néophyte (ni même pour celui qui a quelques bases).

Dans la 4ème de couverture, il est dit que cet ouvrage présente une chronologie claire et détaillée, si je suis tout à fait d’accord sur le fait qu’elle soit détaillée, je ne l’ai pas trouvé très claire. En effet, si les grandes lignes sont chronologiques, l’auteur nous dit souvent « Nous y reviendrons plus tard » ou « Comme nous en avons déjà discuté dans le chapitre… ». De même que normalement, les schémas et diagrammes sont faits pour aider le lecteur, dans ce livre, certains schémas ne servent à rien et d’autres, comme les diagrammes pression/température sont trop complexes (et pourtant j’ai déjà travaillé avec de tels diagrammes).

Je dois tout de même dire au crédit de l’auteur qu’il a essayé de mettre quelques petites touches d’humour par ci, par là, ce que j’ai trouvé sympathique mais pas suffisant pour rendre ce livre accessible. Peut-être que mes études sont trop lointaines, mes connaissances obsolètes et que c’est pour cela que j’ai eu tant de mal avec ma lecture… J’ai appris des choses mais malheureusement j’ai peur de les oublier vite car trop complexe pour moi.

Un livre que je conseille aux étudiants en géochimie ou à ceux qui étudient les prémices du système solaire, l’apparition de l’oxygène sur Terre ou même de la vie sur Terre mais pour les autres… En tous les cas, il m’a montré mes lacunes et m’a fait comprendre que l’astrophysique et la géochimie n’étaient vraiment pas pour moi !

♥♥♥♥♥

Je remercie Babelio et sa Masse Critique et les éditions Dunod pour ce partenariat.

280px-Logo-dunod

masse_critique

Publicités

Brioche de Caroline Vié

Couverture Brioche

Je n’ai pas du tout été attirée par la couverture mais la 4ème de couverture m’a vraiment intriguée :

Il paraît que tu n’es pas très beau. Je le vois. Je le sais. Et j’ai rarement vu quelqu’un d’aussi mal fagoté. Quand tu marches, tu te dandines. Tes jambes sont arquées. Tu as largement dix kilos de trop. J’ai bien vu tout ça. Mieux que personne. Mais j’aime chacun de tes défauts. Comme je suis seule à les chérir, tes faiblesses n’appartiennent qu’à moi.

J’ai donc postulé au partenariat proposé par Livraddict et les éditions JC Lattès et j’ai eu le plaisir d’être choisie !

Bonne surprise quand j’ai reçu le roman, l’image est sur un bandeau, on peut donc l’enlever et on se retrouve avec une couverture beaucoup plus sobre !

L’auteur est critique de cinéma et ce livre est son 1er roman.

Un extrait pour le style :

Je ne peux plus dire ton nom. (…) Ne le prends pas mal : ces parenthèses sont pour ta protection. Ne les considère pas comme une insulte. Elles sont comme une étreinte qui t’entoure, la caresse parfaite, l’hommage ultime de quelqu’un dont le métier est d’écrire des noms. Imagine qu’elles sont le câlin que je ne te ferai plus, comme mon bras autour de tes épaules. Beaucoup d’espace de chaque côté pour que tu ne te sentes pas étouffé. Je ne veux pas t’effrayer. Tu es si vite effarouché. Tout le monde a ses limites. Les miennes sont ces parenthèses. Un jour, les syllabes de ton nom m’ont fait si mal qu’elles n’ont plus passé mes lèvres. Elles étaient coincées tout à l’intérieur, agrippées avec de petites griffes, tatouées dans le dedans de moi. Impossible de les en sortir, plus j’essayais, plus cela me rentrait dans la chair.

Cet extrait est la 1ère page du roman. Le style de l’auteur m’a tout de suite plu, j’ai été séduite par cette écriture juste, sensible, parfois ironique, parfois poétique. C’est le gros point positif de ce roman.

Première déception, passée cette 1ère page, j’ai été un peu perdue ! Je ne voyais pas le rapport entre la 4ème de couverture et le roman. Je me suis dit que c’était un roman qu’on ne comprenait qu’à la fin. Heureusement, on comprend à mesure que l’on avance dans la lecture même si on reste un moment dans le flou. Mais justement au fur et à mesure de la compréhension, un sentiment de malaise s’installe. Ce roman est dérangeant sur le fond.

Je ne peux pas trop vous en dire donc j’en resterai là ou presque !

J’ajouterai seulement que les anecdotes sur les interviews des vedettes de cinéma sont délectables et qu’on ne peut s’empêcher de se demander qui est ce (…).

Pour résumer, j’ai vraiment apprécié le style de Caroline Vié mais je n’ai pas adhéré à son 1er roman duquel on reste plus spectateur qu’autre chose (j’aime quand je peux m’identifier aux personnages ou quand j’ai de l’empathie pour eux, ce qui n’a pas été le cas ici). Quant à vous le conseiller, j’ai envie de dire oui car c’est un roman assez particulier soit on aime, soit on n’aime pas et vous ferez peut-être partie de ceux qui aimeront !

Encore merci à Livraddict et aux éditions JC Lattès.

♥♥♥♥♥

L’Etrange Vie de Nobody Owens de Neil Gaiman

J’ai découvert ce livre sur le blog de BlackWolf, il m’a intrigué donc quand je l’ai vu à la bibliothèque, je n’ai pas pu m’empêcher de l’emprunter ! En voici la 4ème de couverture :

Nobody Owens est un petit garçon parfaitement normal. Ou plutôt, il serait parfaitement normal s’il n’avait pas grandi dans un cimetière, élevé par un couple de fantômes, protégé par Silas, un être étrange ni vivant ni mort, et ami intime d’une sorcière brûlée vive autrefois. Mais quelqu’un va attirer Nobody au-delà de l’enceinte protectrice du cimetière : le meurtrier qui cherche à l’éliminer depuis qu’il est bébé. Si tu savais, Nobody, comme le monde des vivants est dangereux…

L’Étrange Vie de Nobody Owens est un roman enchanteur, noir, magique, tendre et profond. La grâce absolue de Neil Gaiman, de retour après son livre-culte, Coraline.

Un mot sur l’auteur, que je découvre avec ce livre :

Neil Gaiman est un auteur britannique de romans et de scénarios de bande dessinée vivant aux Etats-Unis.

Il lui a fallu près de dix ans pour concrétiser son désir de devenir scénariste de bande dessinée. Durant son enfance, il voue une grande passion pour les comics et l’heroic-fantasy et est particulièrement fan d’auteurs comme Tolkien ou Delany. On lui déconseille cette voie alors il devient journaliste. A cette époque, il écrit aussi une biographie très remarquée de Duran-Duran.

Mais il n’arrive pas à se défaire de sa passion et en 1987, il scénarise alors sa 1ère BD : Violent Cases, en collaboration avec l’illustrateur Dave McKean. Puis, il signe chez l’un des plus grands éditeurs de bande dessinée américain, DC Comics, et connaît très vite le succès. Parmi ses albums, on peut citer L’Orchidée noire ou la série Sandman (qui lui permet de s’imposer dans fantastique anglo-saxon).

Mais Neil Gaiman est un auteur polyvalent : il écrit aussi des nouvelles (Smoke and Mirrors : Short Fictions and Illusions) et des romans (De bons présages co-écrit avec Terry Pratchett, Neverwhere, Stardust, etc, …) dont certains ont été adapté à la télévision ou/et au cinéma.

Et un extrait pour vous montrer le style :

– Soit. Si Mr et Mrs Owens sont ses parents, je serai son tuteur. Je resterai ici, et si je dois partir je trouverai quelqu’un pour me remplacer, apporter à manger à l’enfant et prendre soin de lui. Nous pourrions occuper la crypte de la chapelle.

– Mais, se récria Josiah Worthington. Mais… Un enfant humain. Un enfant vivant. Enfin. Enfin, enfin ! C’est un cimetière, ici, pas une nursery, bon sang.

– Exactement, dit Silas en hochant la tête. Vous avez parfaitement raison, sir Josiah. Je n’aurai pu mieux dire moi-même. Et c’est pourquoi il est vital que l’enfant soit élevé en perturbant le moins possible la – pardonnez-moi l’expression – la vie du cimetière.

Sur ce, il alla rejoindre Mrs Owens d’un pas tranquille et baissa les yeux sur l’enfant endormi dans ses bras. Il haussa un sourcil.

– A-t-il un nom, Mrs Owens ?

– Sa mère ne m’en a rien dit.

– Fort bien. De toute manière son ancien nom ne lui sera plus très utile. Et il y a quelqu’un, au dehors, qui lui veut du mal. Si nous lui choisissions un nom, hmmm ?

Caius Pompeius s’avança pour dévisager l’enfant.

– On dirait un peu mon proconsul, Marcus. Nous pourrions l’appeler Marcus.

– Il ressemble plus à mon jardinier en chef, Stebbins, renchérit Josiah Worthington. Non que je suggère Stebbins comme nom. Ce pauvre diable buvait comme un trou.

– Il a quelque chose de mon neveu Harry, dit la mère Slaughter.

Et l’on put croire alors que tout le cimetière allait s’en mêler : chaque habitant proposait ses comparaisons entre l’enfant et un être depuis longtemps oublié, lorsque Mrs Owens prit la parole.

– Il ne ressemble à personne d’autre qu’à lui-même, dit-elle d’une voix ferme. Il ne ressemble à personne.

– Alors va pour Personne, dit Silas. Nobody. Nobody Owens.

Et là, comme en réaction à son nom, l’enfant ouvrit de grands yeux, bien éveillé. Il regarda autour de lui, s’imprégna des visages des morts, et de la brume, et de la lune. Puis il regarda Silas. Il ne cilla pas. Il avait l’air grave.

J’ai choisi ce passage car on y trouve Silas et qu’on voit son influence sur les autres mais aussi parce que c’est le moment où on donne son nom au « héros ».

Je n’aurai pas du attendre si longtemps pour vous faire part de mon ressenti… Surtout qu’en ce moment, je suis en train de lire un autre livre de cet auteur… Mon article risque donc d’être court !

J’ai beaucoup aimé cette lecture (autrement, je n’aurai pas emprunté d’autres livres de Gaiman), j’ai trouvé que c’était un joli conte fantastique ! Il est très facile à lire et les personnages sont intéressants et pour la plupart touchants.

Comment ne pas s’attacher à ce petit Nobody qui réchappe de peu à la mort, que sa mère décide de protéger par delà la mort en le confiant à Mrs Owens. Ce Nobody qui va devenir un petit garçon si particulier, en grande partie par son environnement et son entourage ! Pour lui, rien de plus normal que de vivre dans un cimetière, de discuter avec des fantômes qui sont sa famille. Les fantômes, perplexes par l’arrivée de ce petit vivant et qui en fin de compte l’acceptent tous et aiment sa présence !

Silas est un personnage très étrange et énigmatique, il décide d’être le parrain de Nobody, de le surveiller et surtout de le protéger et le garder en vie !

Un autre personnage qui m’a beaucoup plu, la sorcière… Mais chut, je ne vous en dis pas plus, à vous de le découvrir

Une jolie couverture, de belles illustrations, un univers qui nous emporte dans une atmosphère un peu à la Tim Burton et tout ça dans un petit livre plutôt ! Une lecture un peu trop rapide, j’aurai aimé rester plus longtemps dans cet imaginaire !

En fin de compte, il n’est pas si court mon article ! ^_^

♥♥♥♥

Nuage de Tags