Articles tagués ‘Terre’

Saga « L’épreuve » de James Dashner

Couverture L'épreuve, tome 1 : Le labyrintheCouverture L'épreuve, tome 2 : La terre brûléeCouverture L'épreuve, tome 3 : Le Remède mortel

J’ai découvert ces romans grâce à ma sœur. Elle voulait offrir le 1er tome à notre maman mais j’étais plus dubitative vu que pour moi, c’était un livre pour ado. Elle continuait à m’en parler, je le lui ai donc offert pour son anniversaire. Elle l’a adoré, elle l’a prêté à notre maman qui a adoré… Je le lui ai donc emprunté mais mon avis reste plus mitigé…

Mais j’ai tout de même lu les trois tomes ! ^_^

Ces livres se lisent très rapidement, c’est vrai. L’histoire n’est pas inintéressante mais je n’ai pas été accrochée. Peut-être parce que les héros sont des ados et que je n’arrivais pas à m’identifier à eux.

Pour moi, le meilleur tome reste le premier, le mystère qui plane sur ce labyrinthe est tout de même intrigant : voir comment chacun trouve sa place dans la communauté, etc… J’avais un peu de mal à me représenter les griffeurs mais à part ça, je l’ai trouvé bien écrit et bien sûr les questions qu’il nous reste à la fin nous donne envie de connaître la suite. Cependant si ma sœur n’avait pas eu les tomes suivants, je me serai arrêtée là.

Mais j’avais besoin lecture facile donc je me suis laissée entraîner dans la lecture du 2ème et 3ème tomes.

Que j’ai lu assez rapidement mais difficile d’exprimer mon ressenti. On a envie de s’attacher à ces ados qui passent par tant d’épreuves, on se demande pourquoi on leur inflige tout ça mais je les ai suivi sans être impliquée. J’aurai aimé en savoir plus sur leur univers, leur passé, leur futur, avoir plus de réponses mais non…

Sûrement parce que ce n’est pas le but de cette saga et c’est pour ça que je me dis qu’elle n’était pas faite pour moi. On va dire que c’est une lecture de vacances, simple, sans réflexion mais même si j’avais envie d’une lecture facile, ce n’est pas tout à fait ce dont j’avais besoin.

Est-ce que je recommande ces lectures ?? J’ai envie de dire pourquoi pas (surtout le 1er tome) mais sans plus…

♥♥♥♥♥

Publicités

La naissance de la Terre : De sa formation à l’apparition de la Vie d’Alain Meunier

couv2179083

Quand j’ai vu que Babelio proposait des livres sur le thème de la géologie pour une Masse Critique, je me suis tout de suite lancée et j’ai été choisi pour celui-ci voici sa 4ème de couverture :

D’où venons-nous ? Comment la vie est-elle apparue sur notre planète ? L’histoire de la Terre est un voyage qui se mesure en milliards d’années, du Big Bang à l’apparition des premiers êtres pluricellulaires complexes. En s’appuyant sur les données de la physique quantique et de l’astrophysique, les spécialistes ont pu comprendre comment la matière s’est formée, accrétée puis différenciée avec un manteau, un noyau, une croûte émergée, des océans et une atmosphère. Ils ont cherché à établir une vision logique des trois longues périodes qui correspondent à la « jeunesse » de la Terre : l’Hadéen, L’Archéen et le Protérozoïque. Cet ouvrage présente une chronologie claire et détaillée des événements et des évolutions qui ont façonné notre planète depuis 4,5 milliards d’années. Ce long cheminement se décrypte dans la composition des roches et dans la distribution de certains isotopes. L’histoire s’achève avec l’apparition de la vie et la possibilité qu’elle se développe sur d’autres planètes…

Tout d’abord, je tiens à m’excuser auprès de Babelio et de la maison d’édition Dunod, ils font confiance aux lecteurs en leur envoyant des livres et je n’ai pas été correcte en mettant tant de temps à écrire mon avis. Cependant, j’ai des excuses, lorsque je participe à un partenariat, je mets un point d’honneur à lire complètement le livre et là, comme c’était un livre scientifique, j’ai essayé de tout comprendre.

Je dis bien essayer… En lisant la 4ème de couverture, je m’attendais à un livre scientifique et détaillé mais je ne m’attendais pas à un livre aussi pointu, je pensais que les données scientifiques seraient plus vulgarisées (même si le fait qu’on parle de physique quantique et d’astrophysique aurait du me mettre la puce à l’oreille).

Je précise que je suis géologue, j’ai un bac+5 et Sciences de la Terre et de l’Univers même si je suis spécialisée en sédimentologie (pour caricaturer le sable, la vase, etc…) et pourtant j’ai été perdue !

La première chose que je me demande après cette lecture, c’est à qui s’adresse ce livre… Au grand public ? Je ne le pense pas. Aux étudiants ? Possible mais alors de quelle filière ? Je m’attendais à ce qu’on parle de roches mais au final on parle surtout de géochimie et même de chimie tout court. Datation isotopique, chimie des roches, chimie du vivant… Sans parler de toute la 1ère partie qui parle d’astrophysique. Bref, un ouvrage très spécialisé, à la pointe des dernières découvertes mais qui n’est pas fait pour le néophyte (ni même pour celui qui a quelques bases).

Dans la 4ème de couverture, il est dit que cet ouvrage présente une chronologie claire et détaillée, si je suis tout à fait d’accord sur le fait qu’elle soit détaillée, je ne l’ai pas trouvé très claire. En effet, si les grandes lignes sont chronologiques, l’auteur nous dit souvent « Nous y reviendrons plus tard » ou « Comme nous en avons déjà discuté dans le chapitre… ». De même que normalement, les schémas et diagrammes sont faits pour aider le lecteur, dans ce livre, certains schémas ne servent à rien et d’autres, comme les diagrammes pression/température sont trop complexes (et pourtant j’ai déjà travaillé avec de tels diagrammes).

Je dois tout de même dire au crédit de l’auteur qu’il a essayé de mettre quelques petites touches d’humour par ci, par là, ce que j’ai trouvé sympathique mais pas suffisant pour rendre ce livre accessible. Peut-être que mes études sont trop lointaines, mes connaissances obsolètes et que c’est pour cela que j’ai eu tant de mal avec ma lecture… J’ai appris des choses mais malheureusement j’ai peur de les oublier vite car trop complexe pour moi.

Un livre que je conseille aux étudiants en géochimie ou à ceux qui étudient les prémices du système solaire, l’apparition de l’oxygène sur Terre ou même de la vie sur Terre mais pour les autres… En tous les cas, il m’a montré mes lacunes et m’a fait comprendre que l’astrophysique et la géochimie n’étaient vraiment pas pour moi !

♥♥♥♥♥

Je remercie Babelio et sa Masse Critique et les éditions Dunod pour ce partenariat.

280px-Logo-dunod

masse_critique

Les Enfants de la Terre, tome 3 : Les Chasseurs de mammouths de Jean M. Auel

Couverture Les Enfants de la Terre, tome 3 : Les Chasseurs de mammouths

Le début du tome 3 est la suite directe du tome 2. On retrouve avec plaisir Ayla et Jondalar. Ils étaient juste partis pour une expédition et comme ils ont rencontré les Mamutoï en cours de route, leur voyage est plus long que prévu.

Ca fait du bien de quitter la vallée et de découvrir un nouvel endroit, une nouvelle tribu, de nouvelles coutumes. On voit comment Ayla et son mode de vie sont acceptés, ses animaux et ses origines notamment. Les mamutoï sont très attachants et sont un peuple ouvert d’esprit. Ayla ne pouvait pas mieux tomber pour continuer sa découverte des Autres.

Malheureusement, les questionnements et les atermoiements de Jondalar, le jeu du chat et de la souris, les malentendus et quiproquos entre Ayla et lui sont lassants. Surtout qu’on sait tous très bien comment ça va finir !

La réunion d’été permet de relancer un peu les choses et de voir comment Ayla se débrouille dans une assemblée plus importante.

On comprend que ce sont des passages obligatoires pour Ayla pour en apprendre plus sur elle, sur ses racines et son peuple mais aussi étrangement sur son peuple d’adoption les Têtes plates. Mais ce tome aurait pu être plus court pour vraiment être accrocheur.

Mais même si j’ai moins aimé ce tome que les autres, l’univers et les personnages restent plaisants et on veut connaître la suite !

Et comme à l’origine, je le lisais dans le cadre d’une LC et que mieux vaut tard que jamais voici les autres avis :

Parthenia ; Sayyadina ; Koelia

♥♥♥♥

Les Enfants de la Terre, tome 2 : La vallée des chevaux de Jean M. Auel

Couverture Les Enfants de la Terre, tome 2 : La vallée des chevaux

Je continue ma re-lecture  de la saga des Enfants de la Terre et tant qu’à faire, je poursuis les LC avec Parthenia.

Comme la dernière fois, la 4ème de couverture n’est pas parlante donc je vous fais une petite « mise en bouche » :

Chassée de la tribu qui l’avait adoptée, Ayla essaye de retrouver les Autres qui sont son peuple d’origine. Elle se dirige vers le Nord, direction que lui avait indiquée Iza et finit par se réfugier dans une vallée où vit une troupe de chevaux sauvages pour se mettre à l’abri avant l’hiver.

En parallèle, on suit Jondalar qui accompagne son frère Thonolan dans son Voyage sensé les emmener jusqu’à l’embouchure de la Grande Rivière Mère.

Chacun de leur côté, ils vont vivre des aventures qui ne vont pas les ménager.

Le style de l’auteur ne change pas donc cette fois pas d’extrait.

Si la magie opère toujours sur moi, je suis plus critique car connaissant l’histoire, on s’attache à d’autres « détails ».

Déjà, bizarrement dans mon souvenir la rencontre Ayla et Jondalar se faisait plus tôt donc je l’ai attendu, attendu, attendu… J’ai donc lu normalement la 1ère partie et lu en une seule nuit la 2ème (même si mes 2 parties ne correspondent pas tout à fait à « avant et après » leur rencontre).

Je ne me souvenais plus, non plus, de l’importance de Thonolan et comme il ne m’avait pas marqué la 1ère fois, je l’ai plus « observé » cette fois-ci et je l’ai trouvé très attachant. Le contraste entre les deux frères est flagrant déjà de part leur physique mais aussi de part leur comportement et l’attitude des autres face à eux. Jondalar est charismatique, il est beau et impressionnant. Thonolan est plus discret mais plus jovial et plus charmant aussi. Je pense que si je les rencontrai Jondalar m’intimiderait alors que je me ferai un pote de Thonolan. Par contre, je ne sais pas sous le charme duquel je tomberai ! 😉

Les personnages secondaires sont aussi très intéressants et complexes : Jetamio, Tholie, Serenio, le shamud, Haduma, …

Finissons par notre héroïne : Ayla. Je comprends ses attentes, ses envies, ses peurs, j’admire sa force et me demande comment elle a fait pour vivre seule… Par contre, même si je sais que c’est romancé, c’est tout de même extraordinaire tout ce qu’elle fait et découvre. Je ne peux malheureusement pas en dire plus car ça serait trop vous en dévoiler mais rien que ses histoires avec Whinney et Bébé sont incroyables.

Je sais aussi que Jean Auel a fait énormément de recherches pour écrire cette saga et je me demande si une tribu comme les Sharamudoï existe vraiment…

Comme vous l’avez deviné, je vais poursuivre ce voyage avec le reste de la saga, seule ou avec d’autres LC, on verra bien !

Voici les autres avis :

Parthenia ; ComfortInDecay ; Sayyadina ; Koelia

♥♥♥♥♥

Les Enfants de la Terre, tome 1 : Le Clan de l’ours des Cavernes de Jean M. Auel

Couverture Les Enfants de la Terre, tome 1 : Le Clan de l'ours des Cavernes / Ayla, l'enfant de la terre

D’habitude, je vous mets la 4ème de couverture mais là, je ne la trouve pas parlante donc je vais essayer de vous expliquer le sujet du livre sans trop vous en dire…

On commence l’histoire avec une petite fille, un tremblement de terre fait qu’elle se retrouve seule. Durant quelques jours, elle survit seule jusqu’à ce qu’elle soit retrouver par le Clan. Au départ, ils veulent la laisser là car elle fait partie des Autres. Mais la guérisseuse la prend en pitié et décide de la garder et de la soigner. En fin de compte, Ayla est adoptée par le Clan et on voit comment la cohabitation fonctionne malgré les différences physiques, les différences de comportement et d’attitude…

Un extrait :

Ayla sentit les larmes lui monter aux yeux. Pieds ! Pieds ! Elle savait que c’était le bon mot, mais pourquoi s’obstinait-il à faire non de la tête ? Quand allait-il cesser de lui agiter la main sous le nez ? Qu’avait-elle fait de mal ?

Le vieil homme la fit à nouveau marcher, lui désigna les pieds, refit le geste de la main, répéta le mot. Elle s’arrêta pour le regarder. Il refit encore le mouvement, en l’exagérant à tel point qu’il faillit en modifier le sens, et prononça une nouvelle fois le mot. Il était penché vers elle, la regardant fixement, agitant la main devant son visage. Geste, mot. Geste, mot.

Alors une vague idée se mit à germer dans l’esprit d’Ayla. Sa main ! Il ne cesse de bouger la main ! Et elle leva la sienne avec hésitation.

–          Oui, oui ! C’est ça, approuva vigoureusement Creb. Fais le geste ! Bouger ! Bouger les pieds ! mima-t-il encore une fois.

Ayla le regarda faire, puis essaya de l’imiter. Creb a dit « oui » ! Il veut donc me voir faire ce geste ! pensa-t-elle.

Elle exécuta le mouvement en prononçant le mot, sans trop comprendre sa signification, mais heureuse d’avoir au moins compris ce qu’on attendait d’elle. Creb lui fit faire demi-tour et se dirigea vers le chêne en boitant lourdement. Il répéta encore la combinaison geste-mot.

Et tout à coup, une lueur de compréhension permit à l’enfant d’effectuer le rapprochement attendu. Bouger les pieds ! Marcher ! Voilà ce que ça veut dire ! Le geste de la main accompagnant le mot « pieds » signifie « marcher ». Les idées se bousculaient dans sa tête. Combien de fois avait-elle vu les membres du clan agiter les mains. Elle revoyait Iza et Creb, face à face, remuer les mains en prononçant quelques mots de temps à autre, mais sans cesser de faire des gestes. Est-ce donc ainsi qu’ils se parlent ? Est-ce pour cette raison qu’ils disent si peu de mots ? S’expriment-ils avec leurs mains ?

Malgré ma Pal qui déborde, j’ai décidé de faire une relecture car le tome 6 attend sagement et que je voulais relire les autres avant ! Une LC organisée sur Livraddict par Parthenia m’a décidé.

Ca faisait un moment que je n’avais pas lu ce livre mais comme à chaque fois, la magie a opéré ! Je me suis laissée entraîner à la suite d’Ayla et à me mettre à sa place. Malgré son jeune âge, sa force de caractère et son courage m’impressionnent !

Bien sûr, une partie de mon esprit ne peut pas s’empêcher d’être critique et de réfléchir à se qui est vrai ou non, ou même ce qui est vraisemblable ou non. Une enfant de moins de 5 ans peut-elle survivre plusieurs jours seule sans se nourrir ? Et je sais que l’auteur a fait beaucoup de recherches pour que son histoire soit le plus proche de la réalité possible mais il y a forcément une part d’imagination…

Mais comme à ma toute 1ère lecture de ce roman, où je ne me posais pas toutes ces questions, je préfère me laisser guider et vivre cette aventure aux côtés d’Ayla et du Clan. Je trouve magiques les descriptions, intéressantes toutes les informations sur les plantes et les façons de vivre du Clan et suivre l’évolution de cette enfant qui doit tout réapprendre est vraiment fascinant !

Au cas où vous ne l’auriez pas compris ce roman est un véritable coup de cœur et je ne peux que vous la conseillez !! Je pense bientôt lire la suite !

Et voici les autres participantes de cette LC et désolée pour mon retard…

Parthenia ; Aramis ; Sayyadina ; Didikari ; Stefiebo ;Petitepom ; Caya ; ComfortInDecay ; Marjooo ; Isallysun ; Achille49 ; Koelia

La Chasse sauvage, tome 1 : Les Chants de la Terre de Elspeth Cooper

Quand j’ai vu ce livre proposé en partenariat avec les Editions Bragelonne, j’ai été attiré par la couverture, j’ai donc lu la 4ème de couverture et elle m’a convaincu :
Gair est condamné à mort.
Il est le seul à entendre le Chant, une terrible magie qui le déchirera de l’intérieur s’il n’apprend pas à la maîtriser. Pourchassé par les Chevaliers de l’Eglise qui veulent le jeter au bûcher, Gair a pour seul espoir un ordre secret que des siècles de persécution ont presque anéanti : les Protecteurs du Voile, l’unique rempart contre les démons du Royaume Caché. Mais le Voile entre les mondes est en train de faiblir. Bien avant d’y être prêt, Gair devra combattre pour sa propre vie, pour l’Ordre du Voile et pour la femme dont il est tombé amoureux …
Je ne connais pas l’auteur, ce qui est normal vu que c’est son 1er roman ! Mais Bragelonne est dithyrambique à son sujet, disant même que c’est un écrivain dans la même veine que Tolkien. Voici ce qui est écrit à son sujet :
Elspeth Cooper a le pouvoir de rendre au lecteur son innocence. Elle sait la féerie et le mystère… les forêts profondes, les monts embrumés, les ruines surplombant la lande… Elle chante le vol de l’aigle, la clameur des épées, l’amitié complice, les amours fiévreuses et le goût amer de la trahison. Elle nous rappelle un temps mythique, celui d’avant l’époque moderne et d’avant l’âge adulte, où le spectacle de la nature, la parole des gens et la tradition des histoires livraient la vérité de l’existence.
Lorsque la légende enseignait la vie, et que  la magie était authentique.

Très tentant ! En plus le livre est un très bel objet, sous la jaquette déjà sympathique, il y a une très belle couverture !! J’ai hâte de ma plonger dans l’histoire !

Dès les premières pages, je suis surprise, je trouve qu’on se retrouve dans l’histoire de façon plutôt abrupte et j’ai eu du mal à m’y faire… Peu à peu, je commence à comprendre Gair, cette magie étrange qu’est le Chant mais je suis déçue car je trouve la trame trop classique : jeune magicien qui découvre son talent, qui est en danger à cause de lui mais qui trouve quelqu’un pour l’aider et le guider et bien sûr, plus Gair en apprend sur la magie, plus on se rend compte qu’il est exceptionnel car il en maîtrise toutes les facettes… Autre point noir, je trouve que les choses ne sont pas assez approfondies : que ce soit certaines descriptions (j’ai eu du mal à visualiser certains personnages), certains points de l’histoire (il y a eu une grande guerre mais on n’en connait pas trop les tenants et aboutissants), j’ai eu du mal à imaginer la cartographie, etc…
Mais je vous rassure, il y a aussi des points positifs, la plume de l’auteur en est un et certains des personnages secondaires aussi (j’ai beaucoup aimé Aysha, Darin, Tanith). Et la fin m’a attristée (mais je ne vous en dirais pas plus !!) et m’a donné envie de connaître la suite !
Je vous parle du style de l’auteur mais je ne vous en ai même pas mis d’extrait alors voici un petit aperçu :
Le vent soufflait du sommet couronné de neige avec une âpreté qui coupa le souffle de Gair. Il avait grimpé aussi haut qu’il l’avait osé cette fois, jusqu’à un éperon rocheux bien au-dessus de la cime des arbres, où l’air était si raréfié et si froid qu’il brûlait les poumons. C’était là qu’était sa place. Là-haut, il pouvait être lui-même, avec le ciel pour seul témoin.
Il s’avança vers le bord de la saillie. Le vent y tourbillonnait furieusement, plus violent, plus froid, impatient de partir, comme lui. En contrebas s’étendait la chaîne du Laraig Anor, un dédale de granit noir et d’ombres neigeuses bleutées, attendant le soleil. Bientôt, celui-ci franchirait la crête derrière Gair. Déjà, le ciel au-dessus de sa tête s’éclairait, et les dernières étoiles avaient disparu depuis longtemps. Simiel Porteuse d’Aurore n’était plus qu’un pâle fantôme à l’ouest, de la couleur des os jaunis par le temps.
Gair fit encore un pas. Le vent le happa ; le garçon écarta les bras et s’y abandonna. Le soleil levant frappa le contrefort de Tir Breann en face de lui, faisant étinceler la neige comme de l’acier tout juste sorti de la forge. Un dernier pas, et Gair se retrouva à l’extrémité de l’éperon, les orteils recroquevillés sur le bord. Le moment était presque venu. Il se pencha dans le vide, séparé seulement par le vent d’une lente chute dans le néant, mais il avait confiance. Le vent le porterait ; il l’avait toujours fait. Tant que Gair vivrait, le vent ne le laisserait pas tomber.

Pour résumer, un livre agréable mais qui, je pense, décevra les habitués de la Fantasy car un peu trop conventionnel même si j’ai aimé cette forme de magie (le Chant). Encore merci à Livraddict et Bragelonne pour ce partenariat.

♥♥♥♥♥

Nuage de Tags