Articles tagués ‘Sor’cière’

La sorcière de Locronan de Nathalie de Broc

Couverture La sorcière de Locronan

Je ne sais plus si j’ai craqué pour ce livre à cause de la couverture ou du fait qu’il se passe en grande partie à Locronan… Voici la 4ème de couverture :

Au XVIIe siècle, l’âge d’or de la Bretagne. Grâce à Mahaut, qui l’a recueillie enfant, Maëlig connaît, à seize ans, l’art précieux de guérir par les plantes. Ensemble, elles soignent les bourgeois de Locronan, riche cité de tisserands. Mais les notables oublient bien vite leurs bienfaits, même Foulques Bertrand, dont Maëlig a sauvé l’épouse pendant la Grande Peste.

Bientôt, tout Locronan s’enflamme contre la jeune fille : avec sa tache de naissance en forme d’étoile, sa chevelure rousse, son don exceptionnel pour le violon, instrument maléfique par excellence, n’est-elle pas fille de Satan ? De là à évoquer la sorcellerie, il n’y a qu’un pas que Foulques Bertrand, dont la vie éternelle est à ce prix, franchit sans états d’âme, car seule Maëlig connaît son terrible secret…

Je connaissais Nathalie de Broc pour avoir déjà lu un de ses romans et j’ai eu l’occasion de la rencontrer lors de salons du livre :

Nathalie de Broc vit à Quimper. Elle est l’auteur de romans qui dépeignent la forte identité de la Bretagne : Le Patriarche du Bélon, La Dame des Forges, La Tresse de Jeanne. Elle a également publié La Rivière retrouvée et Loin de la rivière. Elle a été grand reporter pour France Inter pendant plusieurs années. Elle est aujourd’hui journaliste indépendante.

 Un extrait pour le style mais aussi car je l’ai beaucoup aimé :

J’aimais entendre les notes de mon violon traverser l’épaisseur de l’obscurité. Cela leur conférait une pureté que ne leur offrait pas le grand jour. Elles coulaient entre les arbres, à la manière d’un ruban, j’imaginais aussi qu’elles m’épargnaient la venue d’animaux rôdeurs. Je croyais tant de choses…

Quiconque m’eût croisée, le chant à la bouche, peut-être même le sourire aux lèvres, eût été incapable de se douter que mon cœur était brisé, car il m’arrivait de rire d’un rien, ou plutôt de ce qui fait rire un enfant. J’arpentais la forêt comme mon royaume, suivant un itinéraire que j’avais ponctué de signes reconnaissables, croix de branches mortes, bouquets de fougères, monticules de pierres, afin de ne pas me perdre. Ma jupe n’était plus que lambeaux que j’avais noués pour plus de commodité autour de mes mollets, j’allais pieds nus depuis qu’un de mes sabots avait été emporté par le courant du Blavet.

J’ai apprécié ma lecture et surtout l’héroïne Maëlig. Elle est belle et forte et pourtant depuis sa plus tendre enfance, elle subit les moqueries car elle est rousse. Elle traverse de nombreuses épreuves mais son charme fait que tout au long de sa vie, elle trouve des alliés.

La 4ème de couverture ne parle que de la dernière partie du livre. L’histoire commence à Quintin, petit bourg de tisserands et fileuses, où elle vit avec sa mère, Célie. Elle ignore qui est son père et espère bien le retrouver un jour. Si elles ont des amis, elles ont aussi malheureusement des « ennemis » : Maëlig est rousse, elle a une tache dans le cou et elle joue trop bien du violon… Elle est forcément l’instrument du diable. Célie préfère donc partir mais le voyage ne se passera pas comme prévu !

Maëlig trouve plusieurs protecteurs dont le dernier est Mahaut, une guérisseuse (qu’elle rencontre à Pleyben ! ^_^) mais je ne vous en dis pas plus.

J’ai suivi les pas de Maëlig que les chemins de Bretagne jusqu’à son arrivée à Locronan et ses visites à Quimper. J’ai aimé son don et son amour pour la musique, ses liens avec les personnes qui l’entourent, elle a le cœur sur la main. Elle a de nombreux dons dont celui de prescience dans certains domaines.

J’ai aussi apprécié les rôles des plantes et des guérisseurs. Bref, ce roman a beaucoup de points forts ! Je lirai d’autres livres de Nathalie de Broc (et la prochaine fois que je la rencontrerai, je pourrai en parler avec elle !).

♥♥♥♥

Publicités

Rachel Morgan, tome 01 : Sorcière pour l’échafaud de Kim Harrison

Couverture Rachel Morgan, tome 01 : Sorcière pour l'échafaud

Ce livre s’étant retrouvé dans ma PAL après un achat pour un swap, je n’étais pas très motivée à le lire… Mais comme il rentre dans le challenge Faërie, je me suis dit pourquoi pas ! Voici la 4ème de couverture qui je l’avoue ne m’a pas séduite :

Rachel Morgan est une jeune femme comme les autres… mais il ne faut pas se fier aux apparences : c’est une sorcière ! Après sept ans passés à chasser les criminels qui se cachent parmi les créatures de la nuit, Rachel démissionne et lance sa propre agence.

Le seul problème, c’est que personne n’est censé quitter cette police très spéciale, et Rachel est aussitôt traquée par des tueurs munis d’un bel assortiment de malédictions bien vicieuses. Le seul moyen de s’en sortir ? S’associer avec une vampire envoûtante et pour le moins inquiétante…

Quelques recherches sur l’auteur que je ne connaissais pas :

Kim Harrison est le pseudo de l’auteur américaine Dawn Cook. Sous le nom de Harrison, elle est surtout connue pour sa série de fantasy urbaine : Rachel Morgan ; sous le nom de Cook, pour ses séries Princess et Vérité publiées récemment. Sa double identité a été révélée en mai 2009.

Dans un premier temps, Harrison s’est essayée à l’écriture traditionnelle de SF mais a commencé à écrire de la fantasy contemporaine après avoir décidé de se concentrer davantage sur le développement du caractère de ses héroïnes. Dead Witch Walking, le premier roman de Kim a été publié en livre de poche en 2004. Depuis lors, elle a écrit six livres de plus dans la série Rachel Morgan et contribué à plusieurs anthologies, avec des préquelles de la série et avec une histoire pour adolescents. Après le succès de son premier roman, Harrison a été en mesure de démissionner de son travail et de se consacrer à l’écriture à plein temps.

J’ai longtemps hésité à vous mettre un extrait… Et cela pour la bonne raison que la plupart du temps, je prends un passage du début du livre pour ne pas trop vous en dévoiler sauf que… Ici, j’ai eu beaucoup de mal avec le début pour ne pas dire avec la 1ère moitié ! Je me suis même forcée à continuer ma lecture malgré la lenteur de la mise en place et les personnages auxquels je n’accrochais pas (à part peut-être Jenks). Je n’ai abandonné qu’un seul livre et il n’était pas dit que celui-ci serait le deuxième !

Donc j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai insisté. Et je me suis fait avoir ! Si j’ai peiné pendant environ la moitié, j’ai dévoré le reste sans m’en rendre compte !! Si j’ai trouvé beaucoup de longueurs au départ, dans la suite l’action s’enchaîne facilement ! La plupart des personnages ont leurs secrets : Quel est le souhait d’Ivy ? Qui est vraiment le voisin ? Nick est-il vraiment quelqu’un de bien ? Et on se demande aussi comment vont évoluer les différentes relations entre eux : Ivy et Rachel vont-elles pouvoir rester associées ? Que va-t-il se passer entre Nick et Rachel ? Entre Trent et Rachel ?

Bref, ceci est un 1er tome qui pose des bases et met en place l’intrigue. Il a réussi à m’accrocher assez pour que j’ai envie de connaître la suite mais la 1ère partie m’a assez ennuyée pour que j’ai peur qu’il se passe la même chose avec les tomes suivants… Donc si je tombe dessus à la bibliothèque ou que quelqu’un me les prête, je les lirai mais je n’irai pas jusqu’à les acheter. Un bilan mitigé…

♥♥♥♥♥

Les Bannis et les Proscrits, tome 1 : Le Feu de la Sor’cière de James Clemens

J’ai acheté ce livre pour un swap mais manque de chance, le swappé l’avait acheté juste avant l’envoi du colis donc je l’ai gardé dans ma PAL, pas très enthousiaste mais bon… Mais comme il fait partie des romans du baby-challenge Fantasy, je me suis lancée dans sa lecture. La 4ème de couverture est assez attrayante :

Par une nuit fatale à Alasea, pays ravagé par une malédiction, trois mages accomplissent un ultime sacrifice dans l’espoir de préserver le bien.

Cinq cents ans jour pour jour après cette nuit funeste, une jeune fille hérite d’un pouvoir perdu depuis longtemps. Mais avant qu’elle puisse en saisir les implications, le Seigneur Noir lance ses hordes des ténèbres pour s’emparer de la magie embryonnaire qu’elle détient. Dans sa fuite, Elena est précipitée vers une issue terrible… mais aussi vers la compagnie d’alliés inattendus, avec lesquels elle va tenter de combattre les forces maléfiques et de secourir un empire autrefois glorieux.

Et voici les quelques mots de Milady sur l’auteur :

James Clemens, né à Chicago en 1961, a grandi dans le Midwest et à la campagne canadienne, rêvant de grandes aventures qui l’attendaient de l’autre côté du champ de maïs et du ruisseau. Vétérinaire installé en Californie, il n’a cessé d’inventer des histoires depuis son enfance. Le Feu de la Sor’cière fut le premier de ses best-sellers traduits en une douzaine de langues.

Un petit passage pour avoir un aperçu du style :

Lorsqu’elle releva la tête, le spectacle qui s’offrit à elle lui fit aussitôt oublier les pulsations sourdes de son ventre. La lumière du couchant transperçait le feuillage et faisait étinceler une pomme d’un rouge vernissé, presque aussi grosse qu’un melon. Sa mère adorait ces fruits succulents, parfaits pour confectionner des tartes. Et même son père ne pourrait que la féliciter si elle rentrait avec un tel trophée en plus de son panier plein.

A condition qu’elle puisse l’atteindre…

Elena grimpa jusqu’à l’avant-dernier barreau de l’échelle. En principe, elle n’avait pas le droit de monter si haut, mais l’excitation lui faisait oublier toute prudence. Elle leva le bras. Ses doigts effleurèrent le dessous du fruit, qui se balança doucement au bout de sa tige.

Miséricorde ! Si Joach était là, il n’aurait pas eu de mal à l’attraper. D’un autre côté, c’était son trophée. Les lèvres pincées par la détermination, Elena se hissa prudemment sur le dernier barreau. L’échelle vacilla sous ses pieds. Passant un bras autour du tronc, elle tendit sa main lire vers la pomme qu’elle convoitait. Centimètre après centimètre, ses doigts se rapprochèrent du gros fruit mûr tandis que son épaule émettait une protestation silencieuse.

Avec une grimace triomphante, la jeune fille regarda sa main se glisser dans le rayon de soleil qui nimbait la pomme d’un halo flamboyant. Ou du moins, elle voulut la regarder – car dès que ses doigts entrèrent dans la lumière, ils disparurent.

Elle ne paniqua pas tout de suite. Le soleil avait dû l’éblouir, raisonna-t-elle.

J’ai eu une agréable surprise ! Je ne m’attendais pas à entrer si facilement dans l’histoire ni à m’attacher à ses personnages ! On partage le désarroi d’Elena et on espère qu’elle trouvera les réponses à ses questions, on trouve touchant la relation frère-sœur d’Elena et Joach, on admire leur courage. On aime aussi la communauté (j’utilise ce mot intentionnellement 😉 ) qui se crée autour d’Elena, formée d’êtres de diverses espèces et on s’attache plus ou moins aux personnalités. Pour ma part, j’ai aimé Nee’lahn, Kral, Boln, Er’ril, je reste plus perplexe face à Fardale et Méric, je n’ai pas aimé Mogweed, je ne les cite pas tous et je ne vous donne pas plus de détails sur chaque car je m’en voudrais de vous gâcher la surprise.

Les méchants et les monstres sont vraiment effrayants et on espère qu’une chose qu’Elena maîtrise son pouvoir pour se défendre et s’en sortir !

Donc un livre que je vous conseille et j’ai hâte d’en découvrir la suite.

♥♥♥♥

Nuage de Tags