Articles tagués ‘Rosenblum’

Seule au monde de Robert Rosenblum

Voici, un livre que ma grand-mère a prêté à ma mère et avant de les rendre, je me suis dit « Pourquoi ne pas le lire ? » (comme si je n’avais pas assez de lecture en retard que je m’en ajoute encore ! hihihi)

Pour commencer, 4ème de couverture :

La vie a toujours souri à Kate Weyland…

De son mariage avec Jim, qu’elle aime follement, sont nés les adorables jumeaux Tom et Chloé. Tous quatre habitent une belle maison à Belhaven, coquette bourgade dans la grande banlieue de New-York. Le temps s’y écoule lentement, émaillé de mille petits tracas et d’autant de joies quotidiennes.

C’est par une belle journée d’automne que Kate se prépare à se rendre au lycée d’Ashedeane, où elle espère se voir proposer le poste de proviseur adjoint. Une véritable aubaine pour sa carrière. Décidément, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes !

De peur d’arriver en retard, cependant, elle demande à son mari d’accompagner lui-même leurs enfants à l’école.

Un léger accroc à la routine. Un accroc qui va bouleverser sa vie.

Car le Destin frappe parfois aveuglément…

Robert Rosemblum est l’auteur de plusieurs romans publiés sous divers pseudonymes, dont certains ont été adaptés pour le grand écran. Seule au monde est né de son profond intérêt pour le spiritisme.

Bon, je l’avoue, j’étais moyennement emballée mais bon, je n’ai rien à perdre alors je me lance… Puis on se laisse prendre dans l’histoire… Comment survivre à une telle tragédie ? Comment y réagir ? Là, l’héroïne veut se raccrocher au spiritisme, à l’espoir de pouvoir parler à ses proches, à l’espoir que là où ils sont ils vont bien…

On ne peut s’empêcher de la suivre dans ses questions, dans ses espoirs, dans ses déceptions !

Je me suis aussi laissée porter par le style de l’auteur, ses descriptions, il m’a donné envie de découvrir cette île de Nantucket, envie de voir si la cabane de Gabriel y est vraiment, envie de voir si ses personnages y vivent, etc, …

Extrait :

L’homme la dévisagea un instant avant de dire « Oui ? » d’un ton tranquille, presque familier, comme si elle était une vieille amie venue lui rendre visite. Il n’était pas particulièrement grand mais une aura de force l’enveloppait. Peut-être était-ce simplement sa façon de se tenir, une attitude qui exprimait non seulement une absence de peur mais une imperméabilité totale à ce sentiment. Cette force était également évidente dans les doigts puissants qui s’étaient refermés sur le chambranle. Ses cheveux, une tignasse sauvage qui retombait sur ses épaules, étaient d’un blond tirant sur le roux, nuancés par endroits de fils d’argent. Ses yeux avaient ce gris-vert de l’océan avant une tempête. Leur forme légèrement effilée ainsi que ses pommettes hautes lui donnaient un air félin et suggéraient une origine orientale. En revanche, ses lèvres étaient pleines, sa mâchoire carrée, son nez fort et un peu aquilin. Il paraissait avoir la cinquantaine, mais les rides qui creusaient sa peau pouvaient être dues aussi bien à la vie au grand air qu’à l’âge.

Ses vêtements étaient eux aussi inhabituels. Il portait un pantalon de daim beige rapiécé en plusieurs endroits, ainsi qu’une chemise de jean qui avait blanchi à force d’être lavée. Par-dessus, il avait passé une veste tissée de manière rustique qui semblait avoir été découpée dans un kilim. Les premiers boutons de sa chemise, ouverts, révélaient un torse tanné. Une paire de lunettes de lecture accrochée à son cou par un morceau de corde lui donnait une touche intellectuelle assez singulière.

– Vous êtes Gabriel ? demanda-t-elle enfin.

En silence, il acquiesça.

– Je suis Katharine Weyland.

Donc voilà un livre que j’ai envie de vous recommander alors qu’au prime abord, je ne l’aurai même pas lu moi-même !!!

♥♥♥♥♥

Nuage de Tags