Articles tagués ‘Minier’

Nuit de Bernard Minier

Je souhaite tout d’abord remercier les éditions XO et Livraddict pour ce partenariat.

C’est mon 2ème essai avec la plume de Minier que j’avais découvert avec Le Cercle, j’étais restée sur une impression mitigée que j’espérais donc que cette lecture ferait pencher la balance d’un côté ou de l’autre.

Tout d’abord, j’ai trouvé la couverture très belle et la 4ème nous promet un face à face entre Servaz et Hirtmann :

Nuit de tempête en mer du Nord. Secoué par des vents violents, l’hélicoptère dépose Kirsten Nigaard sur la plate-forme pétrolière. L’inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d’une technicienne de la base off-shore.
Un homme manque à l’appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de Martin Servaz.
L’absent s’appelle Julian Hirtmann, le tueur retors et insaisissable que le policier poursuit depuis des années. Étrangement, sur plusieurs clichés, Martin Servaz apparaît. Suivi, épié.
Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d’un enfant.
Au dos, juste un prénom : GUSTAV
Pour Kirsten et Martin, c’est le début d’un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.

Le point fort de ce roman est les personnages, Minier sait très bien les travailler et leurs personnalités complexes sont très intéressantes. J’aime les faiblesses de Servaz, les sautes d’humeur de Margot, je suis intriguée et effrayée par Hirtmann, j’ai été déçue de ne pas plus voir Espérandieu et Samira, par contre, je n’ai pas accroché avec Kristen Nigaard.

Et pourtant, c’était bien parti, j’ai beaucoup aimé les deux premières parties : celle qui nous fait découvrir Kristen et celle qui nous fait retrouver Servaz. Mais je ne sais pas pourquoi quand l’enquête commune a commencé, j’ai eu plus de mal. J’ai eu l’impression que l’histoire perdait son rythme ou peut-être trop d’informations ou…

Il faut dire que Nuit est le 4ème opus d’une série consacrée à Servaz et même s’ils peuvent se lire séparément, j’ai eu l’impression qu’il me manquait quelque chose. Minier fait parfois des références aux histoires précédentes et cela ne gêne pas la lecture mais il m’a semblé rater quelque chose. De plus, je pense que quand on lit les 4 livres dans l’ordre, on voit une évolution dans les personnages qui peut peut-être nous aider à mieux les comprendre.

En résumé, c’est un bon roman avec des personnages bien travaillés et une fin étonnante mais il m’a manqué un petit truc pour vraiment me séduire. Je l’ai trouvé moins angoissant, moins haletant que Le Cercle, j’ai plus eu l’impression d’un tome de transition pour faire évoluer Servaz et ses relations aux autres. Mais le style de Minier est vraiment prenant, je ne peux donc que vous conseiller la lecture de ses romans !

♥♥♥♥♥

LAhttps://i1.wp.com/www.ricochet-jeunes.org/editeurs/editeur/scans/x/logo-xo-editions.jpg

Publicités

Le Cercle de Bernard Minier

Quand Livraddict a proposé ce roman en partenariat, j’ai tout de suite été intéressée mais c’est le fait qu’il y avait une discussion avec l’auteur qui m’a convaincu de postuler et j’ai eu le plaisir d’être retenue ! Voici la 4ème de couverture :

Un coup de fil surgi du passé, un e-mail énigmatique, qui signe peut-être le retour du plus retors des serial-killers, précipitent le commandant Martin Servaz dans une enquête dangereuse, la plus personnelle de sa vie.

Un professeur de civilisation antique assassiné, un éleveur de chiens dévoré par ses animaux… Pourquoi la mort s’acharne-t-elle sur Marsac, petite ville universitaire du Sud-Ouest, et son cercle d’étudiants réunissant l’élite de la région ?
Confronté à un univers terrifiant de perversité, Servaz va rouvrir d’anciennes et terribles blessures et faire l’apprentissage de la peur, pour lui-même comme pour les siens.

Quelques mots sur l’auteur (que je ne connaissais que pour avoir croisé son 1er roman) :

Bernard Minier est né à Béziers et a grandi dans le Sud-Ouest. Après Glacé, prix du meilleur roman francophone du festival Polar 2011 de Cognac, Le Cercle est son deuxième roman.

Un court extrait qui m’a marquée :

L’espoir est une drogue.

L’espoir est un psychotrope.

L’espoir est un excitant bien plus puissant que la caféine, le khat, le maté, la cocaïne, l’éphédrine, l’EPO, le speed-ball ou les amphétamines.

L’espoir accélérait son rythme cardiaque, il augmentait sa fréquence respiratoire, élevait sa pression sanguine, dilatait ses pupilles. L’espoir stimulait la production de ses glandes surrénales, amplifiait ses perceptions auditives et olfactives. L’espoir contractait ses viscères. Son cerveau dopé à l’espoir enregistrait soudain tout avec une acuité qu’elle n’avait jamais connue auparavant.

J’ai aimé cette lecture mais je n’ai pas été embarquée comme j’attends à l’être par un « thriller ». Bien sûr Thriller n’est qu’une étiquette mais l’histoire, l’atmosphère, l’enquête font que ça correspond assez bien à ce roman.

Le découpage par jour est intéressant, il permet de voir que toute l’action se déroule en peu de temps et les chapitres courts facilitent la lecture (même si je pensais donc avancer plus vite dans ma lecture). Les intermèdes mettent en pause l’action et racontent une « autre histoire », on comprend comment les deux histoires se recoupent à la fin (ou un peu plus tôt en fonction des lecteurs).

Voilà pour la forme. Maintenant un peu plus difficile, le fond… J’ai du mal à exprimer ce que j’ai pensé de ma lecture…

J’ai apprécié les personnages et j’aurai aimé en savoir plus sur certains comme Ziegler. Mais ils sont tous bien travaillés que ce soit physiquement ou psychologiquement. C’est un des points forts du roman. Ce sont les mêmes protagonistes que dans Glacé, et même si les deux livres peuvent se lire indépendamment, j’aurai préféré le lire avant pour voir l’évolution des caractères ou des relations entre personnages par exemple.

Mais malheureusement, je n’ai pas pu m’empêcher des comparaisons… Un thriller se passant dans le sud-ouest, ayant un enquêteur tourmenté par son passé, des crimes plutôt glauques, où la musique a une place importante… Il ne manque plus que du fantastique et j’aurai eu l’impression de me retrouver dans un roman de Sire Cédric… Ce n’est pas « honnête » de ma part car chaque auteur a son propre style et il est impossible de confondre les deux. Mais soit je suis moins sensible au style de Bernard Minier, soit je suis plus attirée par le fantastique car la comparaison n’était pas en faveur du Cercle. Ce qui m’a peut-être empêchée d’être totalement dans l’histoire.

Et pourtant Le Cercle est un bon roman et Bernard Minier a un style intéressant : certaines scènes font vraiment frissonner (les lecteurs se souviennent sûrement de la fourchette ou de la super glu sans oublier les chiens… Brrrr…). Je pense donc que je lirai Glacé avant de décider si je suivrais les autres aventures de Servaz.

Encore merci à Livraddict et aux éditions XO pour ce partenariat.

LA  https://i1.wp.com/www.ricochet-jeunes.org/editeurs/editeur/scans/x/logo-xo-editions.jpg

♥♥♥♥

Nuage de Tags