Articles tagués ‘Hobb’

L’Assassin Royal, Cycle I de Robin Hobb

ar1 ar2 ar3 ar4 ar5 ar6

Je ne vais pas vous écrire un article par tome, ce serait bien trop long et je risque de vous ennuyer. Et comme j’ai décidé de lire tous les tomes de cet univers dans l’ordre, je vais donc vous faire un article par « série » ou par cycle.

C’est donc une relecture pour moi mais j’ai adoré replonger dans le monde des Six Duchés et retrouver Fitz Chevalerie. On peut regretter le re-découpage de la traduction française mais comme je les ai tous cette fois-ci et que je les ai lu à la suite, cela ne m’a pas gêné.

J’aime tellement cet univers et ces personnages qu’au fur et à mesure je me souvenais de tout mais cela ne m’a pas dérangé.

Il est assez difficile de parler du cycle complet sans trop vous en dévoiler… Je ne sais donc pas trop comment faire.

J’ai aimé replonger dans l’apprentissage de Fitz (même si peu de personnes aimeraient apprendre ce qu’il a appris ni de la façon dont il l’a appris), retrouver ses liens avec les différents personnages : Umbre, Burrich, le Fou surtout mais aussi Molly (même si on ne peut pas s’empêcher de se demander où cela va les mener), Kettricken et j’ai un faible pour Patience et Brodette.

Fitz doit apprendre à maîtriser de nombreux savoirs et magies, certains qui lui sont naturels, innés, faciles, d’autres qui sont contrariés. Son aide la plus précieuse est sûrement Œil-de-Nuit mais je ne vous en dirais pas plus ! ^_^

On le suit dans toutes ses aventures, on partage ses peines, on le suit dans sa quête, on partage ses doutes. Il reste toujours en retrait alors qu’il est au cœur des événements (bien malgré lui d’ailleurs). Il reste toujours fidèle malgré les difficultés.

Bref, vous l’aurez compris c’est un personnage qui me touche même s’il a l’air d’attirer les ennuis (il faut avouer qu’il les cherche quand même un peu parfois ! ^_^). J’ai hâte de le retrouver dans le 2ème cycle (que sera lui aussi une relecture complète) mais ça, ce sera après la lecture du cycle des Aventuriers de la Mer !

Et au cas où vous le l’auriez pas compris, je suis sous le charme de l’écriture de Robin Hobb, je ne peux donc que vous conseiller ses romans !

♥♥♥♥♥

Les Cités des Anciens, tome 1 : Dragons et serpents de Robin Hobb

Couverture Les Cités des Anciens, tome 1 : Dragons et serpents

Pour ceux qui me connaissent un peu ou qui suivent ce blog, vous savez que je suis fan de Robin Hobb et de l’univers qu’elle a créé ! Donc quand j’ai su que Les Cités des Anciens arrivaient, j’étais super contente, j’ai acheté le 1er tome en grand format car j’espère le faire dédicacer par l’auteur. Occasion ratée à Trolls et Légendes à Mons, mais réussie à Saint-Malo aux Etonnants voyageurs ! Donc je tiens beaucoup à ce livre mais je ne sais pas pourquoi, je n’arrivais pas à le sortir de ma PAL. Peur d’en attendre trop, peur de le lire trop vite… Enfin bref, je parle, je parle mais je devrais peut-être vous mettre la 4ème de couverture :

Dans le Désert des Pluies, les serpents géants se sont enfermés dans leurs cocons, sous la supervision de la dragonne Tintaglia, pour en émerger, transformés à leur tour en dragons, et assurer la pérennité de leur race. Mais, trop vieux, trop affaibli, ils ne donnent que des créatures difformes, inachevés, incapables de survivre seules sans l’aide des humains, qu’ils mettent tant à contribution pour les nourrir que les Marchands du Désert des Pluies décident de s’en débarasser…

Autour d’eux gravitent Thymara, jeune fille aux mains et aux pieds griffus et palmés, que ses parents n’auraient jamais dû laisser vivre ; Alise, prise entre un époux, riche Marchand  qui la délaisse et la méprise, et sa passion des dragons ; et Leftrin, capitaine de vivenef à l’honnêteté élastique qui tombe sur une bille de bois-sorcier et choisit de la vendre au plus offrant malgré l’interdiction formelle qui pèse sur ce genre de commerce.

En plongeant à nouveau dans un univers qu’elle connaît bien, Robin Hobb enrichit la galerie de ses personnages si attachants par d’inoubliables héros, en butte à des situations qui révèlent leurs forces autant que leurs faiblesses. A travers des aventures où se côtoient êtres humains et créatures fantastiques, tels que les dragons, nul écrivain ne maîtrise comme elle, aujourd’hui, une palette aussi large et dense d’émotions.

Je vais vous épargner la partie biographie et l’extrait car pour l’auteur, il vous suffit de farfouiller sur mon blog et pour le style idem. Le style de Robin Hobb est reconnaissable, surtout quand elle décrit son univers (L’Assassin Royal, Les Aventuriers de la Mer, Les Cités des Anciens).

Je ne vais pas vous cacher que j’ai été un peu perdue dans les premières pages… Aurai-je dû lire la fin des Aventuriers de la Mer avant de commencer ? Je ne le saurai que quand je la lirai ! ^_^ Mais cette impression s’est rapidement estompée et je me suis retrouvée plongée dans l’histoire, complètement sous le charme de la plume de Robin Hobb.

J’ai apprécié les personnages : Thymara et son père, Alise, je suis intriguée par d’autres (Leftrin notamment), j’ai aimé retrouver des personnages qu’on connaissait d’avant (Althéa, Brashen, Selden) même si je pensais qu’on en parlerait plus.

On imagine très bien ces villes dans les arbres, ces dragons difformes, la manière de décrire de l’auteur est toujours aussi forte !

J’ai dévoré ce tome ! Seul bémol, c’est un tome d’introduction et il a un goût de trop peu ! En lisant la 4ème de couverture, je m’attendais à ce que l’histoire avance plus dans ce livre et pourtant connaissant l’auteur, j’aurai du me rappeler qu’elle aime bien poser les bases avant de vraiment démarrer l’action. Ah non, un 2ème bémol dont je ne parlerais pas trop pour ne pas vous dévoiler l’histoire mais… Alise est aveugle ou quoi ?? On sait qu’elle n’est pas idiote mais il y a vraiment certaines choses que je ne comprends pas comment elle fait pour passer à côté…

J’ai la suite dans ma PAL mais je l’y laisse pour le moment : d’autres lectures plus « urgentes » et surtout je préfère avoir la fin avant de reprendre (peur de tout dévorer et d’être frustrée s’il me manque le dernier tome ! hihi).

♥♥♥♥

Retour au Pays : Prélude à L’assassin royal et aux Aventuriers de la mer de Robin Hobb

Cela fait un moment que ce petit roman attendait dans ma PAL alors j’ai profité d’une LC lancée par Ptitetrolle pour le lire. La 4ème de couverture :

 » Ce que l’esprit conscient ne perçoit pas, le cœur le sait déjà. Dans un rêve. j’ai traversé comme le vent ce désert des Pluies, en rasant le sol mou, passant au travers des ramures qui se balançaient. Insoucieuse de la fange et de l’eau corrosive, j’ai pu voir soudain la beauté aux multiples strates des alentours. Je me tenais en équilibre, oscillant, comme un oiseau, sur une fronde de fougères. Un esprit du désert des Pluies m’a murmuré : « Essaie de le dominer et il t’engloutira. Incorpore-toi à lui, et tu vivras. »  »

Robin Hobb

L’assassin royal et Les aventuriers de la mer ont fait de Robin Hobb un auteur incontournable dans le paysage de la fantasy contemporaine. Remontant aux origines de ces deux cycles phare, Retour au pays, court roman sous forme de journal intime, nous invite à découvrir l’épopée des premiers colons du désert des Pluies et la fondation de Terrilville.

Vu que sur la 4ème on vous parle de l’auteur, je n’en rajoute pas et comme la 1ère partie est un extrait du livre, je ne vais pas vous en rajouter un. Cette introduction faite, entrons dans le vif du sujet ! ^_^

Ce livre se lit très rapidement (trop rapidement), je trouve… Peut-être parce que je suis habituée au style de Robin Hobb et que connaissant le thème, je n’étais pas perdue. J’ai aimé  le petit mot de l’auteur au début et je suis d’accord avec elle, même si on ne connait pas ses autres cycles, on peut lire ce livre et je trouve aussi qu’on s’attache et s’identifie plus aux héros imparfaits (Fitz… ^SOUPIR^).

J’ai aimé l’histoire et le style sous forme de journal intime ! Au départ, j’ai cru que j’allais détester Carillon mais très rapidement, au fil de ses changements et de ses initiatives, je me suis attachée à elle (je ne peux pas dire que je m’y suis identifiée car je ne pense pas que je serais aussi débrouillarde qu’elle !).

Malgré le peu de pages, je trouve que l’auteur a réussi à faire vivre ses personnages et à leur donner une personnalité complète et complexe pour la plupart. Ceux qui connaissent déjà le Désert des Pluies comprendront des choses avant ceux qui découvrent l’histoire… Par contre, l’histoire m’a laissé sur ma faim ! J’étais heureuse de retrouver la plume de Robin Hobb et ce roman a un goût de trop peu ! L’histoire est complète mais j’aurai aimé plus de détails, des explications pour certaines choses (même si on ne peut pas les avoir vu que les colons eux-mêmes n’ont pas ces explications).

Bien sûr je vous le conseille, cela permet de découvrir les bases de l’histoire et si vous accrochez, n’hésitez à lire le reste ! Moi, j’ai le 1er tome de La Cité des Anciens qui m’attend, j’ai hâte de m’y mettre même si j’ai de nombreux romans à lire auparavant…

Une dernière chose, voici les autres participants :

Felina ; Frankie ; Iani ; Lou ; Luna ; Minidou ; Ptitetrolle ; Quaidesamoureux ; Rose ; Zazou8888

♥♥♥♥

Le soldat chamane, tome 8 : Racines de Robin Hobb

Après beaucoup d’attente, j’ai enfin pu lire la fin de la saga, en voici la 4ème de couverture :

Jamère, prisonnier dans sa propre chair, partage son corps avec Fils-de-Soldat ; mais c’est son double qui est la part dominante, et qui a lancé l’attaque contre Guetis. A la suite de l’insuccès de cet assaut, l’Opulent constate les échecs de ses entreprises successives : il n’a pu empêcher les Gerniens de poursuivre la construction de la route du Roi, la danse de Kinrove a enlevé Likari à Olikéa, le fort de Guetis est toujours debout, et lui-même n’a pas réussi à unifier ses deux personnalités. Désespéré, il décide de se rendre auprès de Kinrove dans l’espoir que l’Opulent des Opulents pourra l’aider à fusionner les deux parts antagonistes qui s’empoignent en lui. Après un voyage épuisant et périlleux, il parvient au camp du magicien et se trouve entraîné dans sa danse ; Jamère/Fils-de-Soldat entame alors un périple au fond de son être qui le conduira aux portes de la mort…

Pour l’auteur, vous pouvez vous référer à cet article.

Un extrait ? Non ! J’ai hésité mais en fin de compte, je ne vais pas en mettre, je pense qu’il y a assez d’article sur les livres de Robin Hobb pour que vous ayez déjà eu un aperçu de son style.

En fait, cet article va être assez court car Racines étant le dernier tome de la sage, je ne peux pas dire grand-chose sans vous dévoilez des points de l’intrigue.

J’ai été un peu déçue par la fin ! Peut-être parce qu’au fil de cette histoire, je me suis plus attachée à Fils-de-Soldat qu’à Jamère et que la fin que j’avais imaginé est en fait juste un passage du livre.

Au final, ce que je retiendrais du Soldat Chamane, c’est que j’ai préféré les personnages secondaires au personnage principal ! Que ce soit la force d’Amzil, le caractère d’Epinie, la droiture de Spic, l’instinct d’Olikéa, le dévouement de Likari, la sagesse de Lisana… Pour moi, Jamère est borné, quand il rencontre un obstacle, même s’il se le prend en pleine figure, il insistera jusqu’à ce que ce que quelque chose se brise (que ce soit l’obstacle ou lui), il n’essayera même pas de le contourner ou de trouver une autre solution. Peut-être est-ce dû à son éducation de soldat ? Ce qui est drôle c’est que c’est ce trait de caractère  qui plaît à ceux qui aiment Jamère et qui sont agacés par Fitz Chevalerie (L’Assassin Royal) !

Est-ce que je vous le conseille ? Bien sûr si comme moi, vous avez lu les 7 tomes précédents ! hihi Autrement, si vous voulez découvrir Robin Hobb, je vous conseille plutôt la série de L’Assassin Royal, qui garde toujours ma préférence car elle m’a vraiment embarquée ! Ceci dit Le Soldat Chamane reste une série sympa et c’est toujours agréable de retrouver le style de Robin Hobb.

♥♥♥♥♥

Le Soldat Chamane, tome 7 : Danse de terreur de Robin Hobb

Voici la 4ème de couverture de ce tome :

Jamère, commandé désormais par son double, Fils-de-Soldat, assiste, impuissant, aux efforts de ce dernier pour convaincre les Ocellions de changer de tactique afin de chasser les Gerniens de leurs terres. Il tente de persuader Kinrove, le plus grands des Opulents, d’employer ses danseurs à combattre l’ennemi. Mais une autre Opulente, Dasie, met en péril tous ces plans…

Une intrigue de plus en plus nouée, une tension qui monte sans cesse : le dénouement de cette extraordinaire saga s’annonce…

Pas d’extrait cette fois ! ^^

Ben oui, je vais vous lasser à la fin ou vous allez tous connaître et donc ne pas avoir envie de lire cette série ! Je vais d’ailleurs faire un article plutôt court.

Juste vous dire que oui, j’ai été embarqué dans cette série et plus que je ne l’aurai cru à la lecture du 1er tome et qu’avec ce 7ème tome on reste sur notre faim. Ca ne m’étonnerait pas que le dernier livre ait été divisé en 2… Alors vivement la lecture du 8 ! ^^

J’ai hâte de connaître la fin, le tome 8 est paru mais j’attends quand même qu’il sorte en poche ! Et normalement (je préfère mettre normalement car avec Robin Hobb, on ne sait jamais…), ce sera bien le dernier vu qu’elle a commencé une nouvelle série : Les Cités des Anciens (qui a l’air de reprendre des éléments de L’Assassin Royal et/ou des Aventuriers de la mer). Et j’avoue qu’à la lecture de la 4ème de couverture de ce roman, c’est une série qui me tente bien… mais chut ! hihi

♥♥♥♥

Le Soldat Chamane, tome 6 : Le Renégat de Robin Hobb

A la fin du 5ème tome, Jamère est obligé de faire croire à tous ceux qui l’aiment qu’il est mort et décide d’accomplir le destin que la magie a choisi pour lui… 4ème de couverture :

Afin de protéger ceux qu’il aime, Jamère a dû rendre les armes et se donner corps et âme à la magie. Tenu pour mort par les siens, il se réfugie chez les Ocellions où il bénéficie du soutien de la femme-arbre et d’Olikéa, mais se trouve en concurrence avec le magicien, Jodoli. Il va devoir affronter deux questions vitales : comment empêcher la guerre entre les Ocellions et les Gerniens et, surtout, comment convaincre son double, Fils-de-Soldat, de l’écouter pour éviter le massacre ?

Je n’ai pas choisi cet extrait par hasard, c’est le moment où Jamère se divise, plus exactement, c’est le moment où sa part ocellionne prend le dessus :

Et elle ignorait si le jeu en valait la chandelle. Jamère le Gernien tendait à s’incliner devant se jugement et à la laisser s’en aller sans trop de regrets ; naguère, je la croyais amoureuse de moi, au point d’éprouver des scrupules du fait qu’elle nourrissait pour moi des sentiments bien plus profonds que moi pour elle ; à présent, entendre Firada l’accuser de ne s’intéresser à moi que par appât du pouvoir jetait une lumière très différente sur notre relation. Je n’étais pas un taureau de concours qu’on soigne et qu’on toilette pour l’exhiber comme une marchandise ; j’avais encore ma fierté.

Mais l’Ocellion en moi percevait la situation tout à fait autrement : non seulement un Opulent avait besoin d’un nourricier, mais il y avait droit. En tant qu’Opulent des Ocellions, j’honorais le clan familial d’Olikéa d’avoir élu domicile chez lui, et le rejet d’Olikéa de son devoir constituait pour moi une grave insulte ainsi qu’un danger pour mon bien-être. La colère monta en moi, ancrée dans la conscience de mon moi ocellion de l’injure qu’elle me faisait ; n’étais-je pas un Opulent ? N’avais-je pas renoncé à tout pour devenir le récipient de la magie ? De quel droit me refusait-elle l’appui dont la plupart de ses semblables se fussent senties honorées ?

Une sensation étrange me parcourut de la tête aux pieds, assez semblable au picotement qui envahit un membre après un long engourdissement. Quelque part au fond de moi, Fils-de-Soldat rassembla des forces et me contraignit à me redresser sur mon séant ; mon double ocellion, si longtemps soumis par mon identité gernienne, parcourut les alentours d’un regard dédaigneux, puis, comme s’il ôtait une chemise trempée de sueur, il se sépara de moi. A cet instant, moi, Jamère le Gernien, je deviens brusquement spectateur de ma propre vie.

Je trouve la dernière phrase de l’extrait très forte… Combien d’entre nous ont déjà eu cette impression : d’être simple spectateur de sa vie… Mais quant serait-il si ça nous arrivait vraiment ? Vivre dans un corps qu’on ne contrôle plus ? Et surtout vivre dans un corps qu’un autre contrôle !! Etre conscient de tout, être en désaccord à plupart du temps mais rien ne pouvoir y faire.

Jamère va tout tenter pour reprend son corps. Influencer Fils-de-Soldat en lui instillant ses penser, lui voler sa magie pendant son sommeil, reprendre le contrôle quand l’autre est épuisé mais impossible, Fils-de-Soldat reste le plus fort !

Qui a-t-il de pire que d’être spectateur ? Rien ne pensait Jamère, et bien il va découvrir qu’il y a pire… Ne plus rien ressentir, être là mais entouré de néant et Fils-de-Soldat peut lui imposer cette punition quand il le désire.

Dans les tomes précédents, on a pu remarquer que Jamère essayait de contrer la magie et qu’il ne savait pas ce qu’elle voulait de lui, cette fois, c’est Fils-de-Soldat, son moi ocellion, qu’on suit et si lui obéit à la magie, il ne sait pas plus ce qu’il doit faire…

La suite dans le prochain tome ! ^^

♥♥♥♥

Le Soldat Chamane, tome 5 : Le choix du soldat de Robin Hobb

On continue la série, voici le 5ème tome et sa 4ème de couverture :

Simple soldat, Jamère souffre de son obésité qui lui vaut moqueries et dédain. Le mépris tourne à la méfiance lorsqu’il est accusé de meurtre. Mais il est aussi un Opulent du peuple ocellion, qui vit une partie du temps avec Olikéa, à la fois amante, nourricière et qui lui enseigne la magie. Tiraillé entre ses deux existences, le jeune homme s’efforce de survivre aux terribles dangers qui parsèment sa route chaotique…

Si vous avez lu mes précédents articles et si vous avez déjà lu un livre de Robin Hobb, vous connaissez son style mais voici tout de même un extrait :

Gauchement, honteusement, je la courtisais. Son ravissement devant les petits présents que je lui offrais n’avait aucune commune mesure avec leur valeur ; elle chérissait les bonbons multicolores au caramel, les bracelets de cuivre, les bâtons de cannelle et les perles de verre que je lui apportais, mai j’avais le sentiment de l’acheter avec de la bimbeloterie.

Le jour, je regrettais qu’elle me voue un tel amour ; je savais qu’à long terme notre relation ne déboucherait que sur des larmes ; jamais elle ne pourrait devenir mon épouse dans mon monde. Un soir, elle m’emmena jusqu’à une sorte de hamac qu’elle avait tendu entre deux arbres, placé bas et très vaste, et, avant que je comprisse ce qui m’arrivait, elle me montra qu’il pouvait faciliter une toute nouvelle position pour nos ébats ; ensuite, alors que je m’y reposais, elle me rejoignit et moula ses formes contre les miennes. La nuit était douce, sans un souffle de vent, et le corps d’Olikéa tiède contre le mien ; un mouvement de sentimentalisme m’agita soudain, et je songeais qu’elle méritait mieux que ces jeux sexuels sans lendemain.

Je pris mon courage à deux mains et lui exposai ma pensée : je me conduisais en goujat, je me servais d’elle, je la laissai s’attacher à moi, alors que je ne pouvais rien lui offrir en retour ; je m’efforçai de lui présenter mes excuses pour l’avoir laissée se prendre d’affection pour moi. Assurément, un autre, plus honorable, eût refusé ses avances.

Mais mes explications ne rencontrèrent qu’incompréhension. Je levai les yeux vers le noir lacis des branches sur le fond du firmament constellé et cherchai des mots que je ne connaissais pas dans sa langue.

Jamère est divisé, il se perd… Comment choisir ? Son côté gernien, ses racines, lui tiennent à cœur mais ses compatriotes le rejettent pour son apparence, pire, on l’imagine capable des choses les plus atroces ! Son côté ocellion, qu’il voudrait rejeter car il est lié à la magie, qu’il considère comme une malédiction mais les Ocellions l’admirent, une femme, Olikéa, se donne à lui, s’occupe de lui. Comment choisir ? Son peuple qui le rejette ou le peuple ennemi qui l’accepte !

Trahir les Gerniens c’est trahir les siens, sa famille, Jamère pense surtout à Spic, Epinie, Amzil qui l’aiment malgré son aspect, malgré les accusations portées contre lui et pourtant il serait si simple de suivre les Ocellions…

Comment choisir ?… Et si ce n’était pas Jamère qui choisissait mais la Magie qui choisissait pour lui…

En tous les cas, on comprend Jamère, on aimerait l’aider mais on ne peut que le suivre et se demander où la Magie le mènera…

♥♥♥♥

Nuage de Tags