Articles tagués ‘Foenkinos’

La tête de l’emploi de David Foenkinos

Couverture La tête de l'emploi

J’ai eu la surprise d’être contactée sur mon blog pour recevoir ce roman en partenariat. Ayant déjà plusieurs livres de cet auteur, j’ai tout de suite été partante. Voici sa 4ème de couverture :
A 50 ans, Bernard se voyait bien parti pour mener la même vie tranquille jusqu’à la fin de ses jours. Mais parfois l’existence réserve des surprises… De catastrophe en loi des séries, l’effet domino peut balayer en un clin d’œil le château de cartes de nos certitudes. Et le moins que l’on puisse dire est que cet homme ordinaire, sympathique au demeurant, n’était pas armé pour affronter ce qui l’attendait.
Buster Keaton post-moderne, il va devoir traverser ce roman drôle et mélancolique pour tenter de retrouver sa place dans un monde en crise.
Cette 4ème de couverture n’est pas percutante mais l’histoire d’un homme ordinaire peut être intéressante, une histoire comme on peut en croiser tous les jours peut nous saisir si elle est bien racontée et si l’auteur sait nous embarquer alors on y va… Un extrait pour avoir un aperçu du style :
Un jour, mes parents ont eu l’étrange idée de faire un enfant : moi.
Je ne suis pas certain de saisir leurs motivations. Il est d’ailleurs possible qu’ils ne les connaissent pas eux-mêmes. Peut-être ont-ils fait un enfant un peu pour faire comme tout le monde. Je ressens encore en moi les vibrations de mes premières années, où j’étais assis au milieu du salon comme une improbable boule humaine. Mes parents me touchaient du bout des doigts, et m’embrassaient du bout des lèvres. Il y avait comme une distance de sécurité entre nous, on aurait dit qu’ils avaient peur de m’aimer. Peur d’attraper une sorte de maladie dont on ne pourrait pas se défaire. Qui sait ? Ils pourraient être contaminés par la douceur, et propulsés dans l’envie de faire un autre enfant.
J’en rajoute sûrement un peu. C’est toujours le cas, non ? Je n’ai jamais rencontré quiconque qui soit capable de parler de ses parents de manière posée, honnête et juste. Ce que j’analyse comme de la distance est sûrement leur façon de m’aimer. Car ils m’aiment. Je ne possède pas le dictionnaire qui me permettrait de comprendre leur affection, mais je sens bien que cette affection existe. Ce n’est pas forcément concret. On se téléphone de temps à autre, on ne se dit pratiquement rien. On survole les sujets de manière indolore, et c’est justement dans ces conversations vide que je puise une forme de tendresse. On n’a pas toujours besoin de mots. Nous nous aimons comme les mollusques doivent s’aimer. Et je crois que cela me convient plutôt bien. J’ai probablement renoncé à l’ambition d’être aimé par mes parents comme je le souhaiterais. De toute façon, et quoi que nous fassions, nous ne serons jamais rassasiés en amour.
Je suis restée quelque peu déconcertée par le ton. Le personnage semble s’apitoyer sur son sort, il semble s’embourber dans sa propre histoire sans réussir à s’en sortir, sans donner l’impression de vraiment vouloir s’en sortir… Du coup, je n’ai pas réussi à m’attacher à ce Bernard, ce que je vais dire est dur mais pour moi, c’est un looser.
Je comprend qu’il ne sache pas comment réagir quand tout cela lui tombe dessus, il n’était pas préparé à ça (mais qui l’est dans le fond…) mais j’aurai aimé qu’il se batte plus ! A l’image de sa fille ! Elle, je l’ai appréciée, j’aurai aimé en savoir plus sur elle mais bon, ce roman est l’histoire de Bernard donc c’est lui le centre et les autres ne sont que des personnages qui gravitent autour de lui.Comme vous l’aurez sans doute compris, ce roman ne m’a pas conquise. Il est sympa mais sans plus, il est simple et rapide à lire, le style de l’auteur est agréable mais il manque un petit quelque chose… C’est difficile à définir, quelque chose de  pétillant et de touchant que j’avais ressenti dans mes précédentes lectures, notamment dans La Délicatesse
Du coup, quoi faire… Si vous avez envie d’une lecture facile sans prise de tête, allez-y, ce livre peut vous plaire. Mais si vous avez envie de découvrir l’auteur, je vous conseille de commencer par un autre.
♥♥♥♥♥

En cas de bonheur de David Foenkinos

J’ai déjà lu La Délicatesse de cet auteur car il avait été chaudement recommandé par Revelation et depuis je voulais lire d’autres ouvrages de Foenkinos. J’ai donc été ravie quand Livraddict et les éditions J’ai Lu ont proposé ce livre en partenariat et je les en remercie.

J’ai l’habitude de vous mettre les 4ème de couverture sauf qu’ici, la 4ème n’est en fait que les avis d’Erik Orsenna et de Nathalie Vallez qui même s’ils sont enthousiastes ne nous apprennent pas grand-chose sur l’histoire.

Pour l’auteur, vous pouvez vous référer à mon article sur La Délicatesse.

Le style de l’auteur est toujours simple, fluide et agréable, voici tout de même quelques extraits ou citations :

« Sa gaucherie la rassurait sur un autre point important : c’était sûrement la première fois. Et elle n’avait pas tort. Par moments, elle était prise du désir de le prendre dans ses bras, de lui dire qu’elle l’aimait, de lui dire qu’elle savait tout, et que rien de tout ça n’était grave. »

« La façon qu’elle avait eu d’être si légère, si heureuse, si douce, si amicale, si tendre, si positive, si émouvante, si intellectuelle, si rebelle, si majeure, rendit fou Jean-Jacques. Ce moment qu’il venait de vivre, il était capable de le saisir dans toute sa lourdeur du temps. Il voulait le revivre encore et encore, et plusieurs fois encore. Il n’eut pas la force de venir l’embrasser, de venir l’aimer. Heureux comme jamais il n’avait été heureux depuis Genève ; c’était ici un nouveau Genève. Et rien ne pouvait l’effrayer davantage. Son futur terrible se projetait en lui, dans des ombres imprécises. Personne ne savait que faire en cas de bonheur. On avait des assurances pour la mort, pour la voiture, et pour la mort en voiture. Mais qui nous protégera du bonheur ? Jean-Jacques venait de comprendre que ce bonheur, en devenant si fort, était la pire chose qui pût lui arriver. »

« Sa vie sentimentale était Hiroshima, et tout le monde s’en foutait. On passait, on repartait, sans même lui demander son avis. Claire et Jean-Jacques avaient des malheurs de gens heureux ; alors qu’elle, elle passait sa vie à essayer de parsemer de petits bonheurs ridicules sa vie malheureuse. »

La plume de l’auteur est toujours aussi agréable ! Comment rendre une histoire pathétiquement banale, intéressante ? Demandez-le à David Foenkinos ! En effet, quoi de plus banal qu’un homme qui trompe sa femme à cause de la monotonie de son couple… Et pourtant… La façon dont Claire quitte son mari et surtout le pourquoi ! Comment chacun va gérer sa rupture. Tout cela est traité avec style et humour !

Une jolie galerie de personnages même si j’avoue avoir eu un peu de mal avec Jean-Jacques, j’ai beaucoup d’affection pour Claire mais aussi pour Sabine, Igor, Ibàn et même pour Renée.

Le sujet est bien traité : on essaye de préserver les enfants, de faire bonne figure même quand c’est la déprime totale, il y a les amis qui essayent de vous aider et qui parfois font plus de mal que de bien, les collègues qui ne savent pas comment réagir, etc…

Mais si j’ai apprécié ma lecture, j’ai tout de même préféré La Délicatesse, peut-être parce que je connaissais déjà le style de l’auteur et que ce n’était  plus une découverte ? Et que j’ai quelques bémols à ajouter pour ce roman : un rebondissement, étonnant certes, mais un peu tiré par les cheveux, un flou sur l’histoire de Renée et René (sur la fin surtout) et une fin… Une happy end sans être vraiment une happy end… qui m’a en tous les cas laissé une impression bizarre !

Je pense donc continuer la découverte de cet auteur pour voir s’il garde son style particulier et si tous ses romans sont aussi agréables mais aussi pour voir si je vais enfin trouver une fin que j’apprécie !

♥♥♥♥♥

La Délicatesse de David Foenkinos

A lire tous les compliments que revelation fait sur ce livre, j’étais intriguée ! Alors quand je l’ai vu, je l’ai acheté tout de suite. Puis quand une Lecture Commune s’est organisée, je me suis inscrite (merci beL).

Voici la 4ème de couverture :

« François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais. C’est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux. On sent qu’on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus, ça serait bien. Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot, c’est parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse…

–          Je vais prendre un jus… Un jus d’abricot, répondit Nathalie.

Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité. »

L’auteur :

David Foenkinos est l’auteur de neuf romans dont Le potentiel érotique de ma femme, Nos séparations et Les souvenirs. La délicatesse, paru en 2009, a obtenu dix prix littéraires et est traduit dans plus de vingt langues. David Foenkinos en a réalisé l’adaptation cinématographique avec son frère, Stéphane Foenkinos, en 2011.

Un extrait serait superflu vu que la 4ème en est un ! Le style est simple et fluide, ce roman se lit très facilement. C’est un vrai plaisir ! J’ai été entraînée par l’histoire, touchée par les personnages (j’ai envie de dire personnes, tellement ils m’ont touchée). J’ai trouvé ce livre tellement émouvant que j’ai du mal à faire un avis « critique » ! La tristesse de Nathalie, la maladresse de Markus, l’histoire magique de François et Nathalie, l’histoire peu banale de Markus et Nathalie, la curiosité mal placée et parfois malsaine des collègues, tout cela sonne tellement vrai, tellement juste…

Et pourtant il me manque un petit quelque chose pour que ce soit un coup de cœur… Peut-être la fin qui m’a laissée sur ma faim ?

En tous les cas, un très joli roman qui m’a donné envie de voir le film (en lisant j’avais déjà le visage des acteurs en tête à cause de la couverture) mais aussi de découvrir d’autres romans de cet auteur !

Une lecture que je vous conseille pour passer un joli moment !

Et voici mes compagnes de lecture :

club beLecteur : C., E., Jo, Ju, et V, stellabloggeuse, ASK ! , Nath, Dex, Felina, ptitelfe, Kytheria, Petitepom

♥♥♥♥

Nuage de Tags