Articles tagués ‘Eté’

Tendre été de Joseph Joffo

Couverture Tendre été

J’ai choisi ce livre dans une braderie car j’avais un bon souvenir de ma lecture d’Un sac de Billes. La 4ème de couverture est simple mais elle m’a donné envie d’en savoir plus :

Alexandra a quinze ans. L’âge où l’on rêve encore d’être châtelaine, l’âge où l’on pense déjà à l’amour. En compagnie de Jean-Pierre, un adolescent sauvage et tendre, elle découvre la nature, la forêt, mais aussi l’aveuglement des adultes, lors de grandes vacances en pays de Loire.
Alexandra n’oubliera jamais ce tendre été.

J’ai été sous le charme de ce roman du début à la fin que ce soit grâce à l’histoire ou grâce aux personnages.

Les rêves et la candeur d’Alexandra, la liberté et le naturel de Jean-Pierre, les exigences des mamans, l’indulgence des papas, la fidélité des gitans, l’excentricité du père Jonas… On ne peut que s’attacher à cette brochette de personnages !

La nature est omniprésente, Jean-Pierre nous la présente comme une amie, il connaît ses recoins comme sa poche.

Mon impression a la lecture de la 4ème s’est confirmée, c’est un roman plein de simplicité, de douceur, de tendresse. On a juste envie de se laisser porter, d’accompagner nos deux jeunes amis dans leur belle histoire.

C’est un lecture que je conseille et il n’a pas manqué grand chose pour que ce soit un coup de cœur. D’ailleurs, je ne sais pas trop ce qu’il m’a manqué, juste que je sais que ce n’est pas un livre que je relirai même si j’en garderai un bon souvenir.

♥♥♥♥

 

Publicités

La fin de l’été de Danielle Steel

Pour commencer, personne ne se moque de mon choix, ok ? hihihi

En fait, quand j’ai décidé de participer à Vivaldi, j’ai un peu paniqué et j’ai fouillé dans la bibliothèque de ma mère pour trouver le livre été (eh oui, il n’y en avait pas dans la mienne à part Ys en été que j’ai déjà lu)…

Je suis tombée (rassurez-vous, je ne me suis pas fait mal ! lol) sur La fin de l’été, joli titre je trouve alors, je l’ai pris ! Puis j’ai vu l’auteur : Danielle Steel ! Bon, pas de la grande littérature mais au moins facile à lire !

Bon même si vous ne l’aimez pas ou ne l’avez jamais lu, vous connaissez sûrement l’auteur mais au cas où :

Danielle Steel, jeune femme dont le charme n’a d’égal que l’élégance, est née à New-York en 1949. Elle a vécu une grande partie de son enfance en France et reçu une éducation à la française. Puis, elle est retournée à New-York achever ses études. Elle a suivi à la fois les cours de l’Université et ceux d’une grande école new-yorkaise de stylisme de mode. Mais c’est finalement vers l’écriture qu’elle se tournera. 19 best-sellers en 12 ans… 50 millions de livres imprimés, dont 30 millions aux Etats-Unis… Trois livres simultanément sur la liste des best-sellers de New York Times. Ses livres sont publiés dans 27 pays… A la renommée et au succès de Danielle Steel se sont ajoutés les honneurs et les hommages. En 1981, elle a été élue l’une des « dix femmes les plus influentes du monde » par les étudiants d’une Université. Ses romans ont occupés quatre places prestigieuses parmi les dix premières des « meilleures ventes » 1984 du New York Times. Danielle Steel a toujours fait passer sa vie de famille avant son œuvre d’écrivain. John Traina, son mari, est l’un des administrateurs les plus en vue de Californie, et les Traina aiment rester chez eux, avec leurs enfants, dans leur domaine de Napa Valley.

Et voici la 4ème de couverture :

L’été sera long.

La petite Pilar est en Provence, chez ses grands-parents paternels, pour les vacances, et Deanna reste toute seule en Californie. Son mariage n’est, somme toute, qu’une prison dorée. Cette année encore, son travail retient Marc-Edouard en Europe. Pour meubler sa solitude, Deanna peint.

Lors d’un week-end sur une plage au sud de San Francisco, elle rencontre Ben, directeur d’une galerie réputée. Avec lui, elle retrouve la tendresse, la complicité, les rires qui étaient morts entre elle et Marc-Edouard depuis si longtemps. Pour un été… Mais un drame survient qui l’oblige à prendre le premier avion pour la France…

Américaine, Danielle Steel a vécu son enfance à Paris. Elle est l’auteur de nombreux romans qui sont tous des best-sellers. Dans ce récit captivant, elle noue et dénoue le destin de ses personnages avec cette finesse psychologique et cette maîtrise du suspense qui ont déjà conquis plus de cinquante-cinq millions de lecteurs dans le monde entier.

Ce roman vaut ce qu’il vaut mais j’ai bien aimé ! Ca vide un peu la tête ce genre de livre, facile à lire ! Bien sûr il parle d’amour mais avec des difficultés (ce n’est pas du Barbara Cartland quoi !)… On suit l’héroïne avec plaisir mais un truc qui m’agace vraiment : la facilité des personnages à se dire Je t’aime (on se croise une fois, on s’embrasse et tout de suite les grandes déclarations) ! Mais là, c’est mon côté cynique qui reprend le dessus ! lol

Allez rendez-vous en automne !

P.S. : J’ajoute ce poème de Danielle Steel qui ouvre le roman et que je ne trouve pas si mal :

L’été vint,

murmure dansant

dans sa chevelure,

souhaitant qu’il l’aime,

qu’il apprenne à rêver,

et qu’il sache arrêter

le manège

pour entendre enfin

la vérité

qu’elle gardait en silence,

pour ramener

dans ses yeux

la jeunesse et les rires.

Elle voulait

qu’il comprenne

qu’elle l’aimait encore,

jusqu’à l’instant

où il serait trop tard…

Mais le temps ne pouvait attendre,

jamais ce moment ne viendrait…

Et libre elle fut

de bâtir

rêves et châteaux

dans les airs,

projets d’été si doux,

si neufs, si vieux…

Le récit achevé,

les cieux se dissolvent,

l’amour perdure

jusqu’à

la fin de l’été.

♥♥♥♥♥

Nuage de Tags