Articles tagués ‘Dracula’

Dracula de Bram Stoker

Pour commencer, la 4ème de couverture :

Répondant à l’invitation du comte Dracula qui prépare son prochain voyage en Angleterre, Jonathan Harker découvre à son arrivée dans les Carpates un pays mystérieux. Un pays aux forêts ténébreuses et aux montagnes menaçantes. Un pays peuplé de loups dont les habitants se signent au nom de Dracula. Malgré la bienveillance de son hôte, le jeune clerc ne peut qu’éprouver une angoisse grandissante. Ce comte, qui contrôle son courrier et verrouille les portes de son château, ne se reflète pas dans les miroirs et se déplace sur les murs en défiant les lois de l’apesanteur… Jonathan Harker dois se rendre à la terrifiante évidence : il est prisonnier d’un homme qui n’est pas un homme. Et qui partira bientôt hanter les nuits de Londres…

Un petit mot sur l’auteur (je l’avoue, pas les miens mais ceux du livre) :

Abraham Stoker est né à Clontarf, près de Dublin, le 8 novembre 1847, dans une famille modeste de sept enfants. De santé fragile, il passe son plus jeune âge auprès de sa mère qui le familiarise avec les légendes irlandaises et les romans gothiques. À 16 ans, il rentre au Trinity College et, devient à vingt ans chroniqueur dramatique au Dublin Mail.
En 1875, Bram Stoker écrit The primerose path, un feuilleton publié dans la revue Shamrock et, en 1879, paraît Au-delà du crépuscule, un livre de contes pour enfants dédié à son fils Noël. À partir de 1887, il publie des nouvelles devenues des classiques du genre fantastique comme La maison du juge ou La squaw, tout en parachevant durant dix ans ce qu’Oscar Wilde saluera comme « le beau roman du siècle », Dracula. Ce récit épistolaire, paru en mai 1897, connaît le succès dès sa parution et Bram Stoker fera lui-même l’adaptation théâtrale de ce qui deviendra une source d’inspiration majeure pour le cinéma.
Par la suite, Bram Stoker, publiera d’autres romans d’aventures fantastiques tels que Le joyau des sept étoiles et Le repaire du ver blanc, un récit inspiré des légendes celtiques.
Précurseur de la littérature de terreur moderne, Bram Stoker, qui a également ouvert la voie à Lovecraft, est mort le 21 avril 1912.

Vous mettre un extrait pour voir le style de l’auteur ne servirait à rien car il change de style en fonction du personnage qui s’exprime ! ^^

J’avoue que j’ai été étonnée par ce livre… Ce n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais et pourtant, je l’ai apprécié !

Je m’attendais à un livre de vampires, sur Dracula, qui fait peur. Et en fin de compte, Dracula est peu présent, à part au début du livre. Tout le monde parle de lui, on le croise de temps en temps mais lui ne donne pas son point de vue. Comme ce livre est formé comme un recueil de lettres, journaux intimes, compte-rendu, je m’attendais à ce qu’à un moment donné, le comte Dracula donne son point de vue mais pas du tout. Cela m’a un peu manqué.

Que dire d’autre ? Certaines invraisemblances selon moi : dès la 1ère rencontre, les différents protagonistes se font de grands serments d’amitié (que cela arrive une fois, à la rigueur mais à chaque rencontre…) et mettent rarement en doute la parole de l’autre et pourtant certains faits sont plus qu’étranges.

Quelques erreurs aussi, que ce soit dues à l’auteur, comme ne plus savoir qui était là à un moment donné (quand un groupe va voir Renfield, Bram Stoker ne parle pas de Jonathan Harker alors que plus loin, Jonathan dit qu’il y était), d’autres que je ne sais pas si elles sont dues à l’auteur ou au traducteur (des changements de prénom, Mina qui porte le prénom de Lucy pendant deux pages, ou le docteur Seward qui s’appelle de temps en temps Jack et de temps en temps John) et d’autres encore qui là, sont dues à la traduction (« Battre des sourcils », je pense que c’est plutôt « battre des cils » mais bon…).

J’avoue avoir eu quelques problèmes à lire certains passages, comme ceux où Mina retranscrit ce que lui disent les gens de Whitby, en voici un extrait :

« Vous voyez : j’peux pas m’empêcher d’me marrer quand même ! Un jour, j’dis, l’Ange de la Mort va sonner sa trompette, ren qu’pour moi. Mais faut pas pleurer pour ça ma mam’zelle (ajouta-t-il tout de suite en remarquant mes larmes) : s’i v’nait claironner c’te nuit, j’serais prêt !  […] P’t’être elle viendra pendant qu’on est en train, tous les deux, de r’garder l’joli paysage ! »

Mais tout cela n’est que détail, comme on dit on parle des points négatifs car c’est plus facile à expliquer, j’ai vraiment apprécié ce livre même si j’aurai du mal à dire pourquoi ! Le personnage de Van Helsing est très particulier et très intriguant, la cohérence du groupe et son entente est très agréable et fonctionne très bien ! L’alternance des narrateurs est parfois troublante mais j’aime connaître les différents points de vue (il ne me manque que celui du Comte ! ^^).

Ah si, un dernier truc qui m’a manqué : Comment s’est enfui Jonathan ??

Un livre que je vous conseille mais ne vous attendez à rien de sanglant ou d’effrayant (il y a juste quelques passages angoissants).

♥♥♥♥

J’ai lu ce livre dans le cadre d’une Lecture Commune organisé sur Livraddict dont voici les autres participants :

Jotman, chocolat, strawberry, A S K, ô pâle étoile, Shaya, Furby71, Kasper,  isa1977

Publicités

Nuage de Tags