Articles tagués ‘Chants’

La Chasse sauvage, tome 1 : Les Chants de la Terre de Elspeth Cooper

Quand j’ai vu ce livre proposé en partenariat avec les Editions Bragelonne, j’ai été attiré par la couverture, j’ai donc lu la 4ème de couverture et elle m’a convaincu :
Gair est condamné à mort.
Il est le seul à entendre le Chant, une terrible magie qui le déchirera de l’intérieur s’il n’apprend pas à la maîtriser. Pourchassé par les Chevaliers de l’Eglise qui veulent le jeter au bûcher, Gair a pour seul espoir un ordre secret que des siècles de persécution ont presque anéanti : les Protecteurs du Voile, l’unique rempart contre les démons du Royaume Caché. Mais le Voile entre les mondes est en train de faiblir. Bien avant d’y être prêt, Gair devra combattre pour sa propre vie, pour l’Ordre du Voile et pour la femme dont il est tombé amoureux …
Je ne connais pas l’auteur, ce qui est normal vu que c’est son 1er roman ! Mais Bragelonne est dithyrambique à son sujet, disant même que c’est un écrivain dans la même veine que Tolkien. Voici ce qui est écrit à son sujet :
Elspeth Cooper a le pouvoir de rendre au lecteur son innocence. Elle sait la féerie et le mystère… les forêts profondes, les monts embrumés, les ruines surplombant la lande… Elle chante le vol de l’aigle, la clameur des épées, l’amitié complice, les amours fiévreuses et le goût amer de la trahison. Elle nous rappelle un temps mythique, celui d’avant l’époque moderne et d’avant l’âge adulte, où le spectacle de la nature, la parole des gens et la tradition des histoires livraient la vérité de l’existence.
Lorsque la légende enseignait la vie, et que  la magie était authentique.

Très tentant ! En plus le livre est un très bel objet, sous la jaquette déjà sympathique, il y a une très belle couverture !! J’ai hâte de ma plonger dans l’histoire !

Dès les premières pages, je suis surprise, je trouve qu’on se retrouve dans l’histoire de façon plutôt abrupte et j’ai eu du mal à m’y faire… Peu à peu, je commence à comprendre Gair, cette magie étrange qu’est le Chant mais je suis déçue car je trouve la trame trop classique : jeune magicien qui découvre son talent, qui est en danger à cause de lui mais qui trouve quelqu’un pour l’aider et le guider et bien sûr, plus Gair en apprend sur la magie, plus on se rend compte qu’il est exceptionnel car il en maîtrise toutes les facettes… Autre point noir, je trouve que les choses ne sont pas assez approfondies : que ce soit certaines descriptions (j’ai eu du mal à visualiser certains personnages), certains points de l’histoire (il y a eu une grande guerre mais on n’en connait pas trop les tenants et aboutissants), j’ai eu du mal à imaginer la cartographie, etc…
Mais je vous rassure, il y a aussi des points positifs, la plume de l’auteur en est un et certains des personnages secondaires aussi (j’ai beaucoup aimé Aysha, Darin, Tanith). Et la fin m’a attristée (mais je ne vous en dirais pas plus !!) et m’a donné envie de connaître la suite !
Je vous parle du style de l’auteur mais je ne vous en ai même pas mis d’extrait alors voici un petit aperçu :
Le vent soufflait du sommet couronné de neige avec une âpreté qui coupa le souffle de Gair. Il avait grimpé aussi haut qu’il l’avait osé cette fois, jusqu’à un éperon rocheux bien au-dessus de la cime des arbres, où l’air était si raréfié et si froid qu’il brûlait les poumons. C’était là qu’était sa place. Là-haut, il pouvait être lui-même, avec le ciel pour seul témoin.
Il s’avança vers le bord de la saillie. Le vent y tourbillonnait furieusement, plus violent, plus froid, impatient de partir, comme lui. En contrebas s’étendait la chaîne du Laraig Anor, un dédale de granit noir et d’ombres neigeuses bleutées, attendant le soleil. Bientôt, celui-ci franchirait la crête derrière Gair. Déjà, le ciel au-dessus de sa tête s’éclairait, et les dernières étoiles avaient disparu depuis longtemps. Simiel Porteuse d’Aurore n’était plus qu’un pâle fantôme à l’ouest, de la couleur des os jaunis par le temps.
Gair fit encore un pas. Le vent le happa ; le garçon écarta les bras et s’y abandonna. Le soleil levant frappa le contrefort de Tir Breann en face de lui, faisant étinceler la neige comme de l’acier tout juste sorti de la forge. Un dernier pas, et Gair se retrouva à l’extrémité de l’éperon, les orteils recroquevillés sur le bord. Le moment était presque venu. Il se pencha dans le vide, séparé seulement par le vent d’une lente chute dans le néant, mais il avait confiance. Le vent le porterait ; il l’avait toujours fait. Tant que Gair vivrait, le vent ne le laisserait pas tomber.

Pour résumer, un livre agréable mais qui, je pense, décevra les habitués de la Fantasy car un peu trop conventionnel même si j’ai aimé cette forme de magie (le Chant). Encore merci à Livraddict et Bragelonne pour ce partenariat.

♥♥♥♥♥

Nuage de Tags