Articles tagués ‘Chamane’

Le soldat chamane, tome 8 : Racines de Robin Hobb

Après beaucoup d’attente, j’ai enfin pu lire la fin de la saga, en voici la 4ème de couverture :

Jamère, prisonnier dans sa propre chair, partage son corps avec Fils-de-Soldat ; mais c’est son double qui est la part dominante, et qui a lancé l’attaque contre Guetis. A la suite de l’insuccès de cet assaut, l’Opulent constate les échecs de ses entreprises successives : il n’a pu empêcher les Gerniens de poursuivre la construction de la route du Roi, la danse de Kinrove a enlevé Likari à Olikéa, le fort de Guetis est toujours debout, et lui-même n’a pas réussi à unifier ses deux personnalités. Désespéré, il décide de se rendre auprès de Kinrove dans l’espoir que l’Opulent des Opulents pourra l’aider à fusionner les deux parts antagonistes qui s’empoignent en lui. Après un voyage épuisant et périlleux, il parvient au camp du magicien et se trouve entraîné dans sa danse ; Jamère/Fils-de-Soldat entame alors un périple au fond de son être qui le conduira aux portes de la mort…

Pour l’auteur, vous pouvez vous référer à cet article.

Un extrait ? Non ! J’ai hésité mais en fin de compte, je ne vais pas en mettre, je pense qu’il y a assez d’article sur les livres de Robin Hobb pour que vous ayez déjà eu un aperçu de son style.

En fait, cet article va être assez court car Racines étant le dernier tome de la sage, je ne peux pas dire grand-chose sans vous dévoilez des points de l’intrigue.

J’ai été un peu déçue par la fin ! Peut-être parce qu’au fil de cette histoire, je me suis plus attachée à Fils-de-Soldat qu’à Jamère et que la fin que j’avais imaginé est en fait juste un passage du livre.

Au final, ce que je retiendrais du Soldat Chamane, c’est que j’ai préféré les personnages secondaires au personnage principal ! Que ce soit la force d’Amzil, le caractère d’Epinie, la droiture de Spic, l’instinct d’Olikéa, le dévouement de Likari, la sagesse de Lisana… Pour moi, Jamère est borné, quand il rencontre un obstacle, même s’il se le prend en pleine figure, il insistera jusqu’à ce que ce que quelque chose se brise (que ce soit l’obstacle ou lui), il n’essayera même pas de le contourner ou de trouver une autre solution. Peut-être est-ce dû à son éducation de soldat ? Ce qui est drôle c’est que c’est ce trait de caractère  qui plaît à ceux qui aiment Jamère et qui sont agacés par Fitz Chevalerie (L’Assassin Royal) !

Est-ce que je vous le conseille ? Bien sûr si comme moi, vous avez lu les 7 tomes précédents ! hihi Autrement, si vous voulez découvrir Robin Hobb, je vous conseille plutôt la série de L’Assassin Royal, qui garde toujours ma préférence car elle m’a vraiment embarquée ! Ceci dit Le Soldat Chamane reste une série sympa et c’est toujours agréable de retrouver le style de Robin Hobb.

♥♥♥♥♥

Le Soldat Chamane, tome 7 : Danse de terreur de Robin Hobb

Voici la 4ème de couverture de ce tome :

Jamère, commandé désormais par son double, Fils-de-Soldat, assiste, impuissant, aux efforts de ce dernier pour convaincre les Ocellions de changer de tactique afin de chasser les Gerniens de leurs terres. Il tente de persuader Kinrove, le plus grands des Opulents, d’employer ses danseurs à combattre l’ennemi. Mais une autre Opulente, Dasie, met en péril tous ces plans…

Une intrigue de plus en plus nouée, une tension qui monte sans cesse : le dénouement de cette extraordinaire saga s’annonce…

Pas d’extrait cette fois ! ^^

Ben oui, je vais vous lasser à la fin ou vous allez tous connaître et donc ne pas avoir envie de lire cette série ! Je vais d’ailleurs faire un article plutôt court.

Juste vous dire que oui, j’ai été embarqué dans cette série et plus que je ne l’aurai cru à la lecture du 1er tome et qu’avec ce 7ème tome on reste sur notre faim. Ca ne m’étonnerait pas que le dernier livre ait été divisé en 2… Alors vivement la lecture du 8 ! ^^

J’ai hâte de connaître la fin, le tome 8 est paru mais j’attends quand même qu’il sorte en poche ! Et normalement (je préfère mettre normalement car avec Robin Hobb, on ne sait jamais…), ce sera bien le dernier vu qu’elle a commencé une nouvelle série : Les Cités des Anciens (qui a l’air de reprendre des éléments de L’Assassin Royal et/ou des Aventuriers de la mer). Et j’avoue qu’à la lecture de la 4ème de couverture de ce roman, c’est une série qui me tente bien… mais chut ! hihi

♥♥♥♥

Le Soldat Chamane, tome 6 : Le Renégat de Robin Hobb

A la fin du 5ème tome, Jamère est obligé de faire croire à tous ceux qui l’aiment qu’il est mort et décide d’accomplir le destin que la magie a choisi pour lui… 4ème de couverture :

Afin de protéger ceux qu’il aime, Jamère a dû rendre les armes et se donner corps et âme à la magie. Tenu pour mort par les siens, il se réfugie chez les Ocellions où il bénéficie du soutien de la femme-arbre et d’Olikéa, mais se trouve en concurrence avec le magicien, Jodoli. Il va devoir affronter deux questions vitales : comment empêcher la guerre entre les Ocellions et les Gerniens et, surtout, comment convaincre son double, Fils-de-Soldat, de l’écouter pour éviter le massacre ?

Je n’ai pas choisi cet extrait par hasard, c’est le moment où Jamère se divise, plus exactement, c’est le moment où sa part ocellionne prend le dessus :

Et elle ignorait si le jeu en valait la chandelle. Jamère le Gernien tendait à s’incliner devant se jugement et à la laisser s’en aller sans trop de regrets ; naguère, je la croyais amoureuse de moi, au point d’éprouver des scrupules du fait qu’elle nourrissait pour moi des sentiments bien plus profonds que moi pour elle ; à présent, entendre Firada l’accuser de ne s’intéresser à moi que par appât du pouvoir jetait une lumière très différente sur notre relation. Je n’étais pas un taureau de concours qu’on soigne et qu’on toilette pour l’exhiber comme une marchandise ; j’avais encore ma fierté.

Mais l’Ocellion en moi percevait la situation tout à fait autrement : non seulement un Opulent avait besoin d’un nourricier, mais il y avait droit. En tant qu’Opulent des Ocellions, j’honorais le clan familial d’Olikéa d’avoir élu domicile chez lui, et le rejet d’Olikéa de son devoir constituait pour moi une grave insulte ainsi qu’un danger pour mon bien-être. La colère monta en moi, ancrée dans la conscience de mon moi ocellion de l’injure qu’elle me faisait ; n’étais-je pas un Opulent ? N’avais-je pas renoncé à tout pour devenir le récipient de la magie ? De quel droit me refusait-elle l’appui dont la plupart de ses semblables se fussent senties honorées ?

Une sensation étrange me parcourut de la tête aux pieds, assez semblable au picotement qui envahit un membre après un long engourdissement. Quelque part au fond de moi, Fils-de-Soldat rassembla des forces et me contraignit à me redresser sur mon séant ; mon double ocellion, si longtemps soumis par mon identité gernienne, parcourut les alentours d’un regard dédaigneux, puis, comme s’il ôtait une chemise trempée de sueur, il se sépara de moi. A cet instant, moi, Jamère le Gernien, je deviens brusquement spectateur de ma propre vie.

Je trouve la dernière phrase de l’extrait très forte… Combien d’entre nous ont déjà eu cette impression : d’être simple spectateur de sa vie… Mais quant serait-il si ça nous arrivait vraiment ? Vivre dans un corps qu’on ne contrôle plus ? Et surtout vivre dans un corps qu’un autre contrôle !! Etre conscient de tout, être en désaccord à plupart du temps mais rien ne pouvoir y faire.

Jamère va tout tenter pour reprend son corps. Influencer Fils-de-Soldat en lui instillant ses penser, lui voler sa magie pendant son sommeil, reprendre le contrôle quand l’autre est épuisé mais impossible, Fils-de-Soldat reste le plus fort !

Qui a-t-il de pire que d’être spectateur ? Rien ne pensait Jamère, et bien il va découvrir qu’il y a pire… Ne plus rien ressentir, être là mais entouré de néant et Fils-de-Soldat peut lui imposer cette punition quand il le désire.

Dans les tomes précédents, on a pu remarquer que Jamère essayait de contrer la magie et qu’il ne savait pas ce qu’elle voulait de lui, cette fois, c’est Fils-de-Soldat, son moi ocellion, qu’on suit et si lui obéit à la magie, il ne sait pas plus ce qu’il doit faire…

La suite dans le prochain tome ! ^^

♥♥♥♥

Le Soldat Chamane, tome 5 : Le choix du soldat de Robin Hobb

On continue la série, voici le 5ème tome et sa 4ème de couverture :

Simple soldat, Jamère souffre de son obésité qui lui vaut moqueries et dédain. Le mépris tourne à la méfiance lorsqu’il est accusé de meurtre. Mais il est aussi un Opulent du peuple ocellion, qui vit une partie du temps avec Olikéa, à la fois amante, nourricière et qui lui enseigne la magie. Tiraillé entre ses deux existences, le jeune homme s’efforce de survivre aux terribles dangers qui parsèment sa route chaotique…

Si vous avez lu mes précédents articles et si vous avez déjà lu un livre de Robin Hobb, vous connaissez son style mais voici tout de même un extrait :

Gauchement, honteusement, je la courtisais. Son ravissement devant les petits présents que je lui offrais n’avait aucune commune mesure avec leur valeur ; elle chérissait les bonbons multicolores au caramel, les bracelets de cuivre, les bâtons de cannelle et les perles de verre que je lui apportais, mai j’avais le sentiment de l’acheter avec de la bimbeloterie.

Le jour, je regrettais qu’elle me voue un tel amour ; je savais qu’à long terme notre relation ne déboucherait que sur des larmes ; jamais elle ne pourrait devenir mon épouse dans mon monde. Un soir, elle m’emmena jusqu’à une sorte de hamac qu’elle avait tendu entre deux arbres, placé bas et très vaste, et, avant que je comprisse ce qui m’arrivait, elle me montra qu’il pouvait faciliter une toute nouvelle position pour nos ébats ; ensuite, alors que je m’y reposais, elle me rejoignit et moula ses formes contre les miennes. La nuit était douce, sans un souffle de vent, et le corps d’Olikéa tiède contre le mien ; un mouvement de sentimentalisme m’agita soudain, et je songeais qu’elle méritait mieux que ces jeux sexuels sans lendemain.

Je pris mon courage à deux mains et lui exposai ma pensée : je me conduisais en goujat, je me servais d’elle, je la laissai s’attacher à moi, alors que je ne pouvais rien lui offrir en retour ; je m’efforçai de lui présenter mes excuses pour l’avoir laissée se prendre d’affection pour moi. Assurément, un autre, plus honorable, eût refusé ses avances.

Mais mes explications ne rencontrèrent qu’incompréhension. Je levai les yeux vers le noir lacis des branches sur le fond du firmament constellé et cherchai des mots que je ne connaissais pas dans sa langue.

Jamère est divisé, il se perd… Comment choisir ? Son côté gernien, ses racines, lui tiennent à cœur mais ses compatriotes le rejettent pour son apparence, pire, on l’imagine capable des choses les plus atroces ! Son côté ocellion, qu’il voudrait rejeter car il est lié à la magie, qu’il considère comme une malédiction mais les Ocellions l’admirent, une femme, Olikéa, se donne à lui, s’occupe de lui. Comment choisir ? Son peuple qui le rejette ou le peuple ennemi qui l’accepte !

Trahir les Gerniens c’est trahir les siens, sa famille, Jamère pense surtout à Spic, Epinie, Amzil qui l’aiment malgré son aspect, malgré les accusations portées contre lui et pourtant il serait si simple de suivre les Ocellions…

Comment choisir ?… Et si ce n’était pas Jamère qui choisissait mais la Magie qui choisissait pour lui…

En tous les cas, on comprend Jamère, on aimerait l’aider mais on ne peut que le suivre et se demander où la Magie le mènera…

♥♥♥♥

Le Soldat Chamane, tome 4 : La magie de la peur de Robin Hobb

Gardons les bonnes habitudes et découvrez de livre comme je l’ai découvert en lisant la 4ème de couverture :

Désavoué par son père, Jamère, dont la famille vient en partie d’être décimée par la peste ocellionne, part de Grandval avec l’intention de poursuivre son destin de fils militaire. Enrôlé, il se voit assigné au cimetière de la ville. Là, il affronte pour la première fois la magie et la peur qu’exhalent les montagnes occupées par les Ocellions, en même temps que le pouvoir qu’il sent croître en lui…

Et puis on feuillette et on lit un extrait ^^ :

Girofle avait joui de quelques jours de repos et d’herbe fraîche à paître ; le temps refroidissait, surtout la nuit. M’attarder chez Amzil ne servait à rien ; plus vite je parviendrais au bout de mon voyage, à Guetis, plus vite je saurais ce qui m’y attendait. Je prenais des risques à tergiverser : si le commandant refusait de m’enrôler, je devrais sans doute passer l’hiver là-bas puis reprendre la route au printemps pour tenter ma chance dans d’autres garnisons. D’un autre côté, rien ne me garantissait qu’aucun régiment voudrait de moi. Je plongeai dans une spirale de sombres spéculations : si toutes les portes se fermaient, qu’adviendrait-il de moi ? Si je devais affronter le destin d’un fils de militaire incapable d’entrer dans l’armée, d’un fils d’aristocrate que son père avait renié ? D’un frère qui n’avait pas tenu sa promesse de faire venir sa sœur auprès de lui ? D’un obèse qui implorait les inconnus de lui fournir un toit et le couvert ? D’un homme qui regardait une femme avec concupiscence et la voyait se détourner avec dégoût ? Aucune de ces identités possibles ne me plaisaient guère, et je pris brusquement ma décision : je partirais le lendemain à l’aube.

Donc malgré son père, malgré sa corpulence, Jamère veut tout de même accomplir son destin et devenir militaire ! Tant pis pour le grade que son rang lui autorise, il veut s’engager à n’importe quel prix et cela n’importe où ! Et pourtant… Qui voudrait de lui ? Le doute s’installe et Jamère commence à rêver d’une autre vie et si Amzil l’acceptait ? Elle et ses enfants ont besoin de quelqu’un pour les aider et les protéger et ce quelqu’un pourrait être lui. Mais quelque chose le pousse à poursuivre sa route ? La magie ? Oui, en tous les cas d’après en qu’il en apprend. Il faut servir la magie et ne pas se servir d’elle car ses représailles peuvent être terribles ! Jamère arrive donc à s’engager mais pour un poste dont personne ne veut : gardien du cimetière dans lequel il se passe des choses plus qu’étranges…

On suit Jamère dans ses questions et ses décisions, on se demande comment il réussit à accepter tout ce qui lui arrive, à défier la magie, à concilier les deux parties de son être ! Il préfère s’isoler pour protéger ce qu’il aime mais à cause de ses différences, il est loin de se faire que des amis…

♥♥♥♥

Le Soldat Chamane, tome 3 : Le fils rejeté de Robin Hobb

Je commence par la 4ème de couverture :

Revenu dans sa famille pour assister au mariage de son frère aîné, Jamère se trouve en butte au mépris et à l’hostilité de tous à cause de son inexplicable embonpoint. Son père n’accepte pas que son fils soldat laisse libre cours à son appétit et l’accable de son profond mépris ; sa sœur Yaril ne lui cache pas la répugnance qu’il lui inspire et sa fiancée Carsina lui tourne le dos. Nul ne veut entendre son explication : il doit sa corpulence à la magie ocellionne…

Et voici un extrait :

Je m’efforçai de rester invisible pendant les journées de fête qui s’ensuivirent chez nous, mais je n’eus pas la partie facile : je devais participer aux dîners et, dans une maison pleine d’invités, il m’était difficile d’éviter toute rencontre. L’aspect le plus désagréable de cette période provenait de la présence des Grenaltère, qui séjournaient chez nous, car ma sœur Yaril et Carsina me rabrouaient en toute occasion : si j’entrais dans une pièce où elles se trouvaient, elles en sortaient aussitôt avec une expression de dédain. J’en bouillais d’exaspération, d’autant plus qu’elles ne me laissaient jamais la possibilité de leur rendre la pareille. J’avais beau me répéter que vouloir assener mon indifférence à Carsina était un comportement infantile, au fond de mon cœur je brûlais de la blesser autant qu’elle avait meurtri mon amour-propre. Je me rabattais sur mon journal de fils militaire où je décrivais avec une précision impitoyable chacune de nos interactions.

Posse et Cécile avaient déjà entrepris leur voyage de noces : ils devaient descendre la Téfa jusqu’à Tharès-la-Vieille, où le frère de mon père donnerait une réception en leur honneur ; la jeune épousée avait deux tantes et trois oncles dans la capitale, à l’inspection desquels Posse devrait se soumettre pendant plusieurs semaines avant que les jeunes mariés ne reviennent s’installer dans les appartements prévus pour eux dans notre résidence familiale. Je les plaignais de devoir commencer leur vie commune sous le toit de mon père : à coup sûr, il ne leur accorderait guère d’intimité et encore moins d’autonomie.

On continue sur la lancée du 2ème, lecture toujours aussi agréable. Difficile de ne pas ressentir le rejet que subi Jamère, un fils soldat rejeté de l’armée pour son poids et par cela rejeté par son père qui prend pour un affront personnel l’échec de son fils ! Tout le monde lui tourne le dos, même sa sœur avec qui il s’entendait si bien ! Tout le monde ? Non. Sa mère, elle oublie son aspect et ne voit que son fils, elle continue donc à l’aimer et à le soutenir. Mais est-elle prête à le croire ? Qui pourrait croire que la magie soit responsable de son état ? Les autres rescapés en restent affaiblis et maigres alors pourquoi lui grossit ? Quelle est donc cette magie ? Quelle est son influence sur Jamère ?

Son père décide de l’aider à redevenir le soldat qu’il était. Par amour ? Non, loin de là ! Juste pour laver son honneur ! Pour prouver que Jamère a tort ! Mais quelque soit les restrictions, son état ne change pas, il continue même à grossir… Et plutôt que d’admettre ses torts, son père pense que Jamère continue à abuser de la nourriture ce qui renforce encore les tensions.

Je ne vous en dirais pas plus, je ne vais pas tout vous dévoiler non plus ! 😉

Allez, vivement la suite !

♥♥♥♥

Le Soldat Chamane, tome 2 : Le cavalier rêveur de Robin Hobb

Voici la 4ème de couverture de ce 2ème tome :

Jamère Burvelle poursuit ses études à l’Ecole royale de cavalerie, mais l’opposition entre fils d’anciens et de nouveaux nobles croît toujours. La tension mène à des affrontements sournois et violents. Pris dans cette tourmente, Jamère doit, en outre, faire face aux exigences de la femme-arbre qui dans ses rêves, lui ordonne de chasser les « envahisseurs ». Mais un jour, la crise éclate…

Pour les informations sur l’auteur vous pouvez vous référer à l’article précédent ! ^^ (comment ça, fainéante ?? hihi)

Comme toujours un petit extrait :

L’obscurité nous enveloppa. Je n’y voyais plus rien par mes yeux « normaux » ; mais, devant les autres, ceux qui identifiaient Epinie comme une créature étrange et inconnue, une épaisse forêt apparut tout à coup. L’espace d’un instant, je perçus une riche odeur d’humus, je sentis même les vrilles qui me rattachaient à l’arbre dans mon dos ; puis il y eut un cri, une sorte de glapissement où se mêlaient la surprise, la rage et… oui, une once de peur.

L’« autre » se sépara de moi ; je me retrouvai assis sur un coussin dans le noir. L’extrémité de la mèche d’une bougie brasillait encore faiblement. Elle n’éclairait pas mais me fournissait un point où fixer mon regard. J’entendis gratter une allumette soufrée puis l’âcreté familière parvint à mes narines et je distinguai la main d’Epinie dans le petit cercle de lumière de la flamme. La jeune fille ralluma les deux bougies avant de nous regarder tour à tour, Spic et moi ; elle avait l’air bouleversée mais déclara néanmoins d’un ton malicieux : « Eh bien, voilà. Comme tu as pu le constater, Jamère, tout se résume à des gens assis dans le noir qui se tiennent par la main et qui jouent à se faire peur. N’empêche que ça peut se révéler amusant. » Un petit sourire détendit ses traits pâles. « Je pense que tu peux lâcher la main de Spic à présent – enfin, si tu le souhaites. »

Je pris alors conscience que nous nous étreignions les doigts à nous en faire mal. Nous nous dégageâmes et, penaud, je frottai mes phalanges endolories.

J’ai lu ce 2ème livre très vite (2 soirées), je l’ai plus apprécié que le 1er ! Comme si le 1er posait les bases de l’histoire et que cette fois on y entrait vraiment ! Bon, ce n’est pas de la grande littérature mais c’est très plaisant à lire ! En route, pour le 3ème tome, en espérant qu’il soit aussi bien ! ^^

♥♥♥♥

Nuage de Tags