Articles tagués ‘Cérésa’

Le roman des aventuriers de François Cérésa

Quand j’ai vu ce livre dans les partenariats, j’ai tout de suite été intéressée ! J’aimais son titre, j’aimais sa couverture et j’ai aussi été séduite par la 4ème de couverture que voici :

L’aventure est un mot aux mille facettes. Où commence-t-elle, où finit-elle? Un homme d’aventures est un aventurier, une femme d’aventures une femme galante. Mais on peut aller à l’aventure, tenter l’aventure, avoir le mal d’aventures, dire la bonne aventure, se retrouver d’aventure…

D’Ulysse à Errol Flynn, d’Athos à Pierre Loutrel, de Tintin à Joseph Kessel, sans oublier Mary Read, Anne Bonny et Karen Blixen, ce Roman des aventuriers dresse le portrait piquant de ces héros d’hier et d’aujourd’hui qui ont décliné le mot « aventure » à toutes les sauces, à toutes les époques, sur toutes les mers et tous les continents.

A part Pierre Loutrel, je connaissais tous les noms cités et en plus je me suis déjà renseignée sur Mary Read et Anne Bonny et j’avais hâte d’en savoir plus !!

Il n’y a pas grand-chose sur l’auteur à part que c’est « un journaliste et écrivain qui a signé une vingtaine d’ouvrages et reçu de nombreux prix littéraires »…

Mais dès les premières pages lues, c’est la déception… A force de vouloir jouer avec les mots et les expressions, de vouloir faire de l’humour à tout prix, le style devient lourd et du coup, je n’ai pas réussi à m’intéresser aux histoires ! Je n’ai rien retenu de ces aventuriers ou le peu que j’ai retenu, j’aurai préféré ne pas le savoir (savoir qu’une personne est en fait un escroc, homme à femmes et alcoolique, pas terrible comme information…).

Si tous les aventuriers ont dû intéresser l’auteur, on arrive à savoir lesquels il préfère en fonction de la longueur des chapitres. Au final, je n’ai rien appris de plus sur Mary Read et Anne Bonny que ce que je savais déjà… J’ai été déçue car dans le chapitre Cow-boys et indiens, au final on ne parle que des cow-boys… Et parfois les énumérations de personnages côtoyant ces aventuriers m’ont noyée vu que j’étais loin de connaître tous ces noms (exemple : « […] Basil Rathbone, David Niven, Stewart Granger, Ronald Colman et Errol Flynn, tous rois de la bouffarde. », p. 176)

La seule chose que m’a apporté ce livre, c’est l’envie de mieux connaître les écrits de Joseph Kessel !

Je ne peux pas vous dire que j’ai été gênée par le style sans ajouter un extrait pour illustrer mes propos :

Avec Ulysse, on le remarque assez vite, ça plisse ou ça glisse. Il n’a rien d’Hercule et de ses deltoïdes en titane, ni d’Achille et de son nom de clown aux pieds légers. Mon talon, justement, c’est Ulysse. L’Illiade et l’Odyssée est le premier vrai livre que j’ai lu. C’était en Normandie, au mois de juillet, alors que la Manche semblait trop grande pour Poséidon et notre maison trop petite pour Zeus. Cette maison se hérissait sous la pluie des Contes et légendes mythologiques, ce qui est logique, car elle avait été baptisée Le hérisson par mon spartiate de grand-père. Ni salle de bain, ni toilettes. Les Thermopyles se trouvaient rue Pasteur. C’est comme ça que j’ai attrapé le virus de la mythologie. J’avais des dispositions.

Je mets tout de même un cœur sur cinq à ce roman car l’idée de départ était vraiment excellente : rassembler des histoires et informations sur des aventuriers réels ou imaginaires ! Et peut-être que le style ne rebutera pas les autres lecteurs comme il m’a rebuté moi, j’ai envie de laisser une chance à ce livre mais on va dire qu’il n’était vraiment pas fait pour moi ! Mais je tiens tout de même à remercier Livraddict et les éditions du Rocher pour m’avoir permis de découvrir ce roman !

♥♥♥♥

Nuage de Tags