Articles tagués ‘Baïne’

La Baïne d’Eric Holder

Etrange influence que quelqu’un peut avoir sur nos lectures… J’ai découvert Eric Holder au lycée grâce à un professeur de français vraiment génial ! Il avait choisi le recueil de nouvelles : On dirait une actrice (qu’il faudrait que je relise d’ailleurs) pour que même les plus réfractaires à la lecture ne soient pas découragés. De plus, il nous a fait rencontré l’auteur. Quelle meilleure manière de nous intéresser au livre !! Ce fut une après-midi mémorable dont je garde de très bons souvenirs et une dédicace…

Pourquoi cette longue introduction ? Tout simplement pour vous expliquer que depuis ce moment-là, je ne peux pas passer à côté d’un Eric Holder sans avoir envie de le lire ! L’avantage de cet auteur, c’est qu’il écrit des nouvelles ou des romans courts qui sont donc assez faciles à lire et rafraîchissants mais son défaut, à mon avis, c’est qu’il rate ses fins (avis partagé par le professeur de français avec qui j’ai partagé mes lectures vu qu’il m’avait prêté : Duo forte, L’homme de chevet et Mademoiselle Chambon, trois autres romans de cet auteur).

En me baladant dans les rayons de France Loisirs, je vois La Baïne… Non seulement le nom de l’auteur m’attire mais de plus, je trouve la couverture belle ! Allez, je l’achète !

Retour à la maison, première déception : le livre, déjà pas très épais, est écrit en caractères assez gros ! Deuxième déception : Il parle de la région de Bordeaux ! Vu le titre, j’aurai du m’en douter mais malheureusement, les quelques mois passés à Talence me donnent des a priori et pas des meilleurs…

4ème de couverture :

On nomme « baïne », dans le Sud-Ouest de la France, une lagune entre le rivage et un banc de sable, formée par la houle de l’Atlantique. Des failles dans le banc génèrent un courant violent, appelé « sortie de baïne », qui attire au large le nageur imprudent. Sandrine Laguibson, la trentaine, a réalisé son rêve d’estivante : habiter toute l’année à Soulac, une station balnéaire de la pointe de Grave. Ses deux enfants sont nés dans la région, ainsi que son époux et leurs amis. Survient « l’Etranger », Arnaud, le Parisien, en repérage pour les besoins d’un film. Sa fréquentation ouvre à Sandrine un nouvel horizon. Et creuse une brèche, par où la rumeur s’engouffre…

La 4ème de couverture a l’air intéressante et de toute façon, je l’ai acheté alors je me lance dans la lecture et je me laisse rapidement entraîner par le style ! Je m’imagine avec les personnages, je me vois même très bien dans le rôle principale : cette femme un peu transparente, qui fait tout pour rendre son entourage heureux et qui se révèle dans les yeux d’un homme qui enfin la voit autrement :

« Ce soir-là, dans le hall de l’hôtel, en lui tendant la main, Arnaud « l’Etranger » fut témoin d’une subite transformation. En même temps qu’elle rougissait, ses yeux couleur de mer en hiver s’étaient agrandis et approfondis, il y avait eu une fossette qu’il aurait voulu retenir au coin de la bouche, une manière gracieuse de bouger son cou, un pan de front émouvant dévoilé par les cheveux. Une sorte de courant d’air était passé, dessinant un autre visage, et avait fait naître, en se dissipant, le désir de le revoir. Ne manquait à cette femme, de son point de vue, qu’un embrasement pour rayonner. »

On se demande jusqu’où cette histoire va nous entraîner, elle nous étonne même parfois… Puis la fin arrive… Ratée à mon goût, encore une fois… On a envie de la ré-écrire soit pour la laisser plus floue, soit pour la développer mais surtout ne pas la laisser dans cette demi-mesure qui ne semble pas correspondre au reste du livre… Mais bon, ce n’est que mon avis, peut-être que vous, vous la trouverez très bien telle quelle !

En tous les cas, je vous conseille ce livre même si en toute honnêteté, je vous dirais de l’emprunter plutôt que de l’acheter, surtout si c’est le premier Eric Holder que vous lisez !

♥♥♥♥♥

Nuage de Tags