Articles tagués ‘Baby Challenge Fantasy’

American Gods de Neil Gaiman

 

En voici la 4ème de couverture :

A peine sorti de prison, Ombre rencontre Voyageur, un personnage intrigant. Dieu antique, comme le suggèrent les indices énigmatiques qu’il sème à longueur de temps, fou furieux ou bien simple arnaqueur ? En quoi consiste le travail qu’il propose à Ombre ? En acceptant d’entrer à son service, ce dernier plonge au cœur d’un conflit qui le dépasse, opposant héros mythologiques de l’ancien monde et nouvelles idoles profanes de l’Amérique. Mais comment savoir qui tire véritablement les ficelles : ces entités légendaires saxonnes issues de l’aube des temps ou les puissances du consumérisme et de la technologie ? A moins que ce soit le mystérieux M. Monde…

Je continue ma découverte de l’écriture de Neil Gaiman avec un 3ème roman au style encore différent des 2 autres ! Est-ce que j’ai aimé ? Difficile à dire en fait ! Je l’ai lu plus facilement que Neverwhere mais j’ai eu plus de mal que L’Etrange vie de Nobody Owens.

Toutes les références à la mythologie ne sont pas toujours faciles à suivre et je pense qu’il y en a certaines que je n’ai pas comprises vu qu’elles faisaient parti de mythologies que je ne connaissais pas. Je pense que sans certaines bases, on peut facilement être perdu ou noyé sous la quantité d’informations (mais peut-être que je me trompe).

J’ai trouvé le personnage d’Ombre assez intéressant ! Au départ, on a l’impression qu’on peut le mener assez facilement par le bout du nez mais il a plus de jugeote qu’on ne le pense au départ ! Et pourtant il a dû encaisser beaucoup de choses en peu de temps ! On peut malgré tout s’étonner que lui ne s’étonne plus de rien assez rapidement ! ^_^

Je n’ai pas aimé Voyageur mais je n’en dirais pas plus sur lui, je vous laisse le découvrir par vous-même.

Encore une fois, j’admire l’imagination de Neil Gaiman ! Faire de notre engouement pour les nouvelles technologies, une sorte de culte qui transforme donc ces technologies en divinités est une très bonne idée ! Faire que les « anciens » dieux disparaissent ou en tous les cas sont diminués car on croit de moins en moins en eux m’a fait pensé à un extrait de Peter Pan : « Chaque fois qu’un enfant dit: «Je ne crois pas aux fées», il y a quelque part une petite fée qui meurt. »

Enfin bref, un très bon livre mais qui ne m’a pas entièrement conquise ! J’ai sûrement besoin de plus de légèreté en ce moment ! En tous les cas, je poursuivrais ma découverte de Gaiman avec De bons présages (et peut-être d’autres) mais pas tout de suite ! ^_^

♥♥♥♥♥

P.S. : grâce à cette lecture, j’avance un peu dans mon baby-challenge !

Le Pacte des MarchOmbres, tome 1 : Ellana de Pierre Bottero

Voulant avancer un peu dans mon Baby-Challenge Fantasy et m’étant abonnée à la bibliothèque, j’en ai profité pour emprunter ce livre dont la 4ème de couverture est plutôt succincte :

« – Ellana, la voie des marchombres ne t’apportera ni richesse ni consécration, elle t’offrira en revanche un trésor que les hommes ont oublié : ta liberté. Si tu le désires, le peux accompagner tes premiers pas. – Que voulez-vous dire ? »

Pour l’auteur, allez faire un tour sur mon article : ici !

Ayant déjà lu des livres de cet auteur, je connais son style mais voici un extrait pour vous, il est au tout début du livre mais je l’aime bien :

– Maman, pourquoi les nuages vont dans un sens et nous dans l’autre ?

Isaya sourit, caressa la joue de sa fille du bout des doigts.

– Il y a deux réponses à ta question. Comme à toutes les questions, tu le sais bien. Laquelle veux-tu entendre ?

– Les deux.

– Laquelle en premier alors ?

La filette plissa le nez.

– Celle du savant.

– Nous allons vers le nord parce que nous cherchons une terre où nous établir. Un endroit où construire une belle maison, élever des coureurs et cultiver des racines de niam. C’est notre rêve depuis des années et nous avons quitté Al-Far pour le vivre.

– Je n’aime pas les galettes de niam…

– Nous planterons aussi des fraises, promis. Les nuages, eux, n’ont pas le choix. Ils vont vers le sud parce que le vent les pousse et, comme ils sont très légers, ils sont incapables de lui résister.

– Et la réponse du poète ?

– Les hommes sont comme les nuages. Ils sont chassés en avant par un vent mystérieux et invisible face auquel ils sont impuissants. Ils croient maîtriser leur route et se moquent de la faiblesse des nuages, mais leur vent à eux est mille fois plus fort que celui qui souffle là-haut.

La fillette croisa les bras et parut se désintéresser de la conversation afin d’observer un vol de canards au plumage chatoyant qui se posaient sur la rivière proche. Indigo, émeraude ou vert pâle, ils se bousculaient dans une cacophonie qui la fit rire aux éclats. Lorsque les chariots eurent dépassé les volatiles, elle se tourna vers sa mère.

– Cette fois, je préfère la réponse du savant.

– Pourquoi ? demanda Isaya qui avait attendu sereinement la fin de ce qu’elle savait être une intense réflexion.

– J’aime pas qu’on me pousse en cachette.

Ah la la… J’aimais déjà beaucoup l’univers, les personnages et le style de Bottero et justement, Ellana faisait partie de mes personnages préférés alors ce livre m’attirait depuis un moment ! J’hésitais à le lire car j’avais peur d’être déçue, lassée, après les deux trilogies d’Ewilan, l’imagination de l’auteur n’allait-elle pas s’épuiser ? L’intrigue n’allait-elle pas être redondante ?

Mais bon, comme je me suis inscrite dans le Baby-challenge et que je veux en lire le maximum de titres, je me lance !

Et heureusement que je me suis lancée !! Quel plaisir !! Découvrir l’enfance d’Ellana, voir ce qui a fait qu’elle a ce caractère, ces aptitudes, lire pourquoi et comment Ellana est Ellana ! En apprendre plus sur la guilde des MarchOmbres, groupe mystérieux et intéressant, connaîtra-t-on tous leurs secrets ?

Un roman que j’ai dévoré, qui m’a embarqué, je ne m’identifie pas à Ellana (je ne pourrai pas, j’ai le vertige ! ^^) mais je l’ai suivi avec plaisir, j’ai ressenti ses peines, ses colères, j’ai apprécié ses coups de gueules !

Et quelle bêtise d’avoir peur que l’imagination de Bottero s’épuise !! De nouveaux personnages intéressants et attachants, de nouvelles créatures étranges, de nouvelles facettes de Gwendalavir.

Pour finir, je dirais que c’est le roman que j’ai préféré pour le moment et j’ai hâte de découvrir la suite !

♥♥♥♥

La quête d’Ewilan de Pierre Bottero

En fait, j’ai la trilogie pas l’intégrale mais je les ai lu (relu) tellement rapidement que je me suis dit que j’allais faire un seul article pour en parler. J’avais acheté le 1er tome car j’en avais entendu beaucoup de bien, voulant connaître rapidement la suite, j’ai acheté les 2 derniers tomes chez France Loisirs.

Déjà voici les couvertures et les 4èmes de couverture.

Tome 1 : D’un monde à l’autre

« Quand Camille vit le poids lourd qui fonçait droit sur elle, elle se figea au milieu de la chaussée. Son irrépressible curiosité l’empêcha de fermer les yeux et elle n’eut pas le temps de crier… Non, elle se retrouva couchée à plat ventre dans une forêt inconnue plantée d’arbres immenses. Te voici donc, Ewilan. Nous t’avons longtemps cherchée, mes frères et moi, afin d’achever ce qui avait été commencé, mais tu étais introuvable… »

Tome 2 : Les frontières de glace

De retour dans le monde de l’Empire, l’adolescente Camille redevient l’élue Ewilan. Sa mission lui semble plus claire : libérer le peuple des Figés de leurs oppresseurs, les Ts’liches. Elle aura le soutien de son ami Salim et sera alliée à Edwin le guerrier, Duom le professeur-guide, les combattants Bjorn, Manuel et Artis ainsi qu’Ellana la Marchombre aux pouvoirs fascinants. Epreuves, batailles, monstres jalonneront sa quête fraternelle de la liberté. La bravoure et l’audace de Camille seront mises à rude épreuve : ce n’est pas évident pour une ado Terrienne de devenir une libératrice charismatique !

Tome 3 : L’île du destin

Après avoir libéré les Sentinelles, Camille/Ewilan et son ami Salim rejoignent la Citadelle avec Bjorn et leurs compagnons. Ewilan découvre enfin la retraite du légendaire Merwyn, le maître, le plus des grands dessinateurs. Il leur conseille de regagner l’autre monde, le nôtre et de convaincre Mathieu (le frère de Camille) de les suivre en Gwendalavir.

Mathieu hésite mais accepte de se joindre à la petite troupe. De retour dans le monde de l’Empire, tous se mettent enfin en route afin d’embarquer pour les îles Alines où les parents d’Ewilan sont retenus prisonniers. Mais le voyage est semé d’embûches et de nouvelles épreuves pour l’adolescente. Parviendra-t-elle à mener sa quête jusqu’à son vrai terme ?

Je trouve que la 4ème de couverture du 2ème tome est mal faite : Artis n’est pas du tout un combattant, c’est un guérisseur et les phrases un peu alambiquées ne reflètent pas le style de Bottero.

Enfin bref ! Une trilogie que j’étais contente de retrouver et que j’ai dévoré (un tome par soir était plutôt un bon rythme !). Le style de Bottero est toujours agréable et on suit les aventures d’Ewilan avec intensité, on s’attache aux différents personnages !

On découvre le monde créé par Bottero avec étonnement, on se le représente assez facilement et on se laisse embarquer !

C’est vrai que c’est de la littérature classée jeunesse mais je le conseille à tous ! Ca fait du bien de lire ce genre de romans, c’est rafraîchissant, ça fait voyager, ça fait travailler l’imagination, bref c’est génial !

♥♥♥♥

La Belgariade, tome 1 : Le Pion blanc des présages de David Eddings

L’ayant lu avant la création de mon blog, je voulais le relire pour le Baby Challenge Fantasy pour en faire une chronique alors quand j’ai vu qu’une Lecture Commune s’organisait, je me suis lancée (sauf que ayant pris quelques vacances je suis en retard d’une semaine…)

Voici la 4ème de couverture :

Les dieux créèrent l’homme, et chacun choisit son peuple. Mais Torak, le dieu jaloux, vola l’Orbe d’Aldur, le joyau vivant façonné par l’aîné des dieux, et ce fut la guerre. Le félon, châtié, dort toujours d’un long sommeil hanté par la vengeance à Cthol Mishrak, la Cité de la Nuit.

Pourtant les livres des présages sont formels : Torak va se réveiller. Et justement l’Orbe disparaît pour la seconde fois. Que le maudit la trouve à son réveil et il établira son empire sur toutes choses…

Un petit mot sur l’auteur même s’il est bien connu dans le monde de la Fantasy :

David Eddings est né à Spokane, Washington, en 1931. Après sa Maîtrise d’art en 1961, il devient acheteur chez Boeing, puis professeur d’anglais en université et même vendeur dans une épicerie. Il publie sa première nouvelle en 1973, avant de prendre un virage définitif vers la Fantasy avec Les Chants de la Belgariade. Sa femme, Leigh Eddings, collabore avec son mari depuis plus de 12 ans.

J’avoue avoir été déçue… Et pourtant j’étais impatiente de cette lecture mais je n’ai pas retrouvé la magie de ma 1ère lecture… Peut-être qu’ayant lu plus de Fantasy, je suis un peu plus habituée aux ficelles du genre et que je trouve qu’il y a beaucoup de clichés dans ce tome…

Un enfant, Garion, vivant à l’abri dans une ferme, voit son destin bouleversé du jour au lendemain. Il se rend compte que certaines personnes de son entourage sont plus qu’elles ne semblent l’être et découvre que les légendes sont peut-être plus que de simples histoires ! On comprend aussi qu’il a sûrement un grand destin et donc un rôle à jouer dans la suite de ces légendes. On récupère des membres de chaque civilisation pour faire un groupe où chacun a ses points forts et donc sa place (même si certains ne comprennent pas ce qu’ils font là…).

Mais j’ai tout de même passé un moment agréable et je relirais sûrement les autres tomes !

Un livre que je conseille à ceux qui veulent découvrir la Fantasy !

Et voici mes compagnons de lecture (qui eux étaient dans les temps ! ^__^) :

 Alexielle ; Felina ; Korto ; LefsÖ ; Léo Elfique ; Nathalie ; Plumeline ; Ptitelfe ; Sollyne ; Taliesin

♥♥♥♥♥

A la Croisée des Mondes, Tome 1 : Les Royaumes du Nord de Philip Pullman


J’ai acheté la trilogie peu après avoir vu La Boussole d’Or au cinéma. J’ai tellement été emporté par le film que je voulais savoir si ce serait pareil avec les livres… Et je ne sais pas pourquoi, depuis ils sont restés sur une étagère. Et là, grâce au Baby-challenge Fantasy, ça m’a donné une occasion de le lire !

Voici 4ème de couverture :

« La jeune Lyra connaissait bien les Érudits : ces hommes l’avaient entourée toute sa vie, ils avaient fait son éducation, ils l’avaient punie ou consolée. Ils étaient sa seule famille. Peut-être même aurait-elle pu les considérer comme sa véritable famille si elle avait su ce que c’était une famille. »

Élevée dans l’atmosphère confinée du prestigieux Jordan College, Lyra, accompagnée de son dæmon Pantalaimon, passait ses journées à courir dans les rues d’Oxford à la recherche éperdue d’aventures. Cette vie insouciante prend fin pourtant lorsqu’elle est confiée à Mme Coulter, au moment où Roger, son meilleur ami, disparaît, victime des ravisseurs d’enfants qui opèrent dans tout le pays. Mais lassée de jouer les petites filles modèles, et intriguée par la Poussière, n extraordinaire particule qui suscite effroi et convoitises, Lyra s’enfuit et entame un voyage vers le Grand Nord, périlleux et exaltant, qui lui apportera la révélation de ses extraordinaires pouvoirs et la conduira à la frontière d’un autre monde.

Je ne connaissais pas l’auteur alors si vous êtes comme moi, je vous mets la présentation :

Né en Angleterre, à Norwich, en 1946, Philip Pullman a vécu en Australie et au Zimbabwe où il a effectué une partie de sa scolarité. Diplômé de l’université d’Oxford, il a longtemps enseigné dans cette ville où il vit toujours avec sa femme.

Passionné par les contes dès son plus jeune âge, il choisit de devenir écrivain. Il entame un premier roman lors de sa dernière année à l’université, mais ne le termine pas. Après divers métiers, dont celui d’apprenti bibliothécaire, il mène à bien un nouveau projet de roman, un « thriller métaphysique », qu’il publie et pour lequel il obtient un prix. Devenu instituteur, puis formateur pour de jeunes professeurs, Philip Pullman se consacre dès 1985 à une série policière dont l’héroïne, Sally Lockhart, doit beaucoup au célèbre Sherlock Holmes.

Conteur exceptionnel, créateur d’univers au talent incomparable, Philip Pullman connaît son plus grand succès avec la trilogie À la croisée des mondes, qu’il a mis sept ans à écrire, et avec laquelle il est parvenu à franchir la frontière séparant les littératures jeunesse et adulte pour signer un chef-d’œuvre de fantasy.

La série, qui a remporté de nombreux prix, a été adaptée en feuilleton sur la radio BBC, au théâtre avec grand succès, et au cinéma en 2007 par Chris Weitz, avec Nicole Kidman, Eva Green, Daniel Craig…

Philip Pullman a reçu le prestigieux Astrid Lindgren Memorial Award, catégorie littérature jeunesse, et Le Miroir d’Ambre, le troisième tome, a été récompensé par le Whitbread Book of the Year Award en 2002.

Et comme d’habitude, pour avoir un aperçu du style, un extrait :

Tony Costa lui donna un morceau de viande de phoque séchée à mâchonner, et, en compagnie de Pantalaimon blotti à l’intérieur de sa capuche sous forme d’une souris, Lyra grimpa sur le dos du gros ours, agrippant les poils drus dans ses moufles et serrant le dos musclé entre ses cuisses. La fourrure de l’animal était extraordinairement épaisse et, à cet instant, la fillette se sentit submergée par un sentiment de pouvoir sans limites. Comme si elle ne pesait rien du tout, l’ours fit demi-tour et s’éloigna à grandes foulées vers la crête, en s’enfonçant parmi les taillis.

Il fallut un certain temps à Lyra pour s’habituer à ce balancement, après quoi, elle éprouva une formidable allégresse. Elle chevauchait un ours ! L’Aurore dessinait des arcs de cercles et des boucles de lumière au-dessus de leurs têtes, et de tous les côtés s’étendaient le froid glacial de l’Arctique et le silence infini du Nord.

Les grosses pattes de Iorek Byrnison se posaient presque sans bruit sur la neige. Les arbres, à cet endroit, étaient rabougris, car ils se trouvaient à l’entrée de la toundra, mais des ronces et des buissons se dressaient sur leur chemin. L’ours les traversait comme s’il s’agissait de vulgaires toiles d’araignée.

Je n’ai pas choisi cet extrait par hasard, j’ai un faible pour Iorek et sa relation avec Lyra est très particulière et touchante.

J’ai adoré ce premier tome, adoré et dévoré ! ^^ Je pense qu’avoir vu le film est un plus pour moi, car je voyais les paysages, les personnages, j’étais dans le livre, je suivais Lyra dans ses aventures. C’est étrange comment cette gamine qui pourrait vite être insupportable arrive à faire fondre son entourage et on a qu’une envie l’aider et qu’elle parvienne à faire ce qu’elle doit faire !

Le grand Nord m’a toujours fasciné alors imaginer les paysages a été pour moi magique.

Par contre, il n’est pas évident de visualiser l’aléthiomètre et son fonctionnement…

Après avoir lu ce livre, je me demande une chose : Quelle forme aurait mon daemon ? hihi

Je suis contente d’avoir acheté les 3 tomes car après avoir fini le 1er, je voulais vraiment connaître la suite alors je me suis tout de suite lancer dans la lecture du 2ème !

Alors est-ce que je vous le conseille ?? Je pense que vous l’avez deviné… Oui, je vous le conseille, si vous aimez tout ce qui a attrait à la magie, au fantastique et à l’aventure.

♥♥♥♥

Les mondes d’Ewilan : La Forêt des Captifs de Pierre Bottero

Ewilan

J’ai un peu de mal à me concentrer sur mes lectures en ce moment, j’avais donc besoin d’un livre facile à lire et pourtant entraînant. En farfouillant dans les rayonnages, je trouve Les Mondes d’Ewilan, je prend le 1er tome dont voici la 4ème de couverture :

« La raison d’Ewilan vacilla. Qui avait révélé son Don à l’Institution ? Qui était au courant qu’elle allait revenir et que son pas sur le côté la conduirait dans le parc à cet instant précis de la journée ? Que savaient les hommes qui l’avaient enlevée de l’Art du Dessin et de Gwendalavir ? »

Je connais déjà l’auteur vu que j’ai lu la trilogie de La Quête d’Ewilan mais je vous mets ici le descriptif donné par le livre :

Pierre Bottero es né en 1964. Il habite en Provence avec sa femme et ses deux filles et, pendant longtemps, il a exercé le métier d’instituteur. Grand amateur de littérature fantastique, convaincu du pouvoir de l’Imagination et des Mots, il a toujours rêvé d’univers différents, de dragons et de magie.
« Enfants, je rêvais d’étourdissantes aventures fourmillantes de dangers mais je n’arrivais pas à trouver la porte d’entrée vers un monde parallèle ! J’ai fini par me convaincre qu’elle n’existait pas. J’ai grandi, vieilli, et je me suis contenté d’un monde classique… jusqu’au jour où j’ai commencé à écrire des romans. Un parfum d’aventure s’est alors glissé dans ma vie. De drôles de couleurs, d’étonnantes créatures, des villes étranges…
J’avais trouvé la porte. »

J’ai beaucoup aimé la 1ère trilogie mais j’hésitais à acheter la suivante, j’avais peur que l’histoire s’essouffle… Mais bon, c’est exactement le genre de lecture qui passera facilement pour le moment alors je le prends mais je préfère n’acheter que le 1er tome pour le moment. En voici un extrait :

Elle atteignit le grand hall. Des gardes l’attendaient, tenant en laisse des dogues énormes. Ils étaient nombreux, trop nombreux. Ewilan regroupa ses dernières forces et dessina.
Un tunnel de verre apparut dans lequel elle s’engagea alors que la salle, soudain, se remplissait d’eau. En quelques secondes, il n’y eut plus d’air ailleurs que dans son tunnel. Les gardes submergés gesticulaient, les yeux écarquillés de terreur, frappant de leurs poings désespérés le verre incassable qui la protégeait pendant que les molosses se noyaient, leur gueule de tueurs en quête d’un oxygène introuvable.
Ewilan avait verrouillé ses pensées. Elle refusait de voir ces hommes et ces animaux agoniser. Sa volonté tout entière était focalisée sur la sortie qui se rapprochait. Plus que dix mètres… Cinq… Deux…
Le tunnel de verre explosa. Disparut. L’eau se volatilisa, les gardes s’effondrèrent, leurs poumons avides retrouvant la vie en même temps que l’air.
Un dessin !
Un dessin avait fait voler le sien en éclats.

Pour tout vous dire, je l’ai dévoré !! Je n’arrivais pas à me concentrer sur mes lectures ? Eh bien, celui là, j’ai du me retenir pour ne pas le lire d’une traite ! J’avais peur que les références à la 1ère trilogie m’empêchent de tout comprendre mais en fin de compte si on l’a lu, ça revient rapidement. Par contre, il est possible que cela pose problème si on ne connaît pas du tout cet univers…
J’ai même déjà acheté le 2ème tome malheureusement il n’y avait pas le 3ème ! Et j’ai découvert qu’il existait une 3ème trilogie qui est toujours dans le même univers mais qui a l’air de se concentrer sur un autre personnage ! Je vous en dirais plus si je les trouve !

♥♥♥♥

Nuage de Tags