Couverture Fleur de tonnerre

Deuxième essai avec Jean Teulé… J’ai déjà lu « Le Magasin des suicides » et je n’avais pas trop accroché mais bon.
Là, la couverture et le titre « Fleur de Tonnerre » sont sympas et la 4ème de couverture m’a vraiment donné envie d’en savoir plus sur Hélène Jégado :

Ce fut une enfant adorable, une jeune fille charmante, une femme compatissante et dévouée. Elle a traversé la Bretagne de part en part, tuant avec détermination tous ceux qui croisèrent son chemin: les hommes, les femmes, les vieillards, les enfants et même les nourrissons.
Elle s’appelait Hélène Jégado, et le bourreau qui lui trancha la tête le 26 février 1852 sur la place du Champs-de-Mars de Rennes ne sut jamais qu’il venait d’exécuter la plus terrifiante meurtrière de tous les temps.

Sous la plume acérée de Jean Teulé, Hélène reprend vie et accomplit son destin, funeste et fascinant.

Pardonnez mon manque de culture… Non, je ne connaissais pas Hélène Jégado ! Elle serait la première et la plus prolifique des tueuses en série, excellente cuisinière, si ce n’est qu’elle assaisonnait toutes ses recettes avec son ingrédient secret : la reusenic’h (il faut comprendre l’arsenic) ! Elle a sévi entre 1803 et 1852 et entre Plouhinec, Trédarzec, Ploemeur et Rennes.

Elle a commencé jeune (vers 12 ans) et par sa mère (qu’elle voulait en quelque sorte punir). Puis elle s’est découvert une vocation (ou est devenue folle) et s’est prise pour l’Ankou.

Je ne vais pas vous raconter toutes ses pérégrinations ni péripéties mais ce que je peux vous dire, c’est que je n’accroche toujours pas avec le style de Jean Teulé. Je n’ai pas aimé son « humour », ni sa façon de narrer l’histoire. Ce roman est court (260 pages), je pensais donc le lire rapidement (3-4 jours au maximum) mais j’ai mis un peu plus d’une semaine et ce, à cause du style.

Seul point positif, j’ai envie d’en connaître plus sur Hélène Jégado (pour faire le tri entre la vraie histoire et l’histoire romancée) mais aussi savoir comment ils ont pu retracer son parcours… En effet, s’ils ont mis tant de temps à l’arrêter c’est qu’elle ne devait pas laisser beaucoup de traces…

Vous conseiller ce roman ? Non. En connaître plus sur Fleur de Tonnerre ? Assurément !

♥♥♥♥♥

Couverture Le nom de la rose

Vais-je être aussi longue à écrire cet article que je l’ai été à lire ce livre ?

Honte à moi ! J’ai sorti ce roman de ma PAL pour une LC organisée sur Livraddict et là, je crois que j’ai explosé tous les records… Ca ne s’appelle plus du retard à ce point-là ! (et en plus, j’ai tardé à publier mon avis tant qu’à faire….)

Et pourtant, je ne peux pas dire que ce livre m’ait déplu. Ce n’était peut-être pas le moment (la fatigue due à la saison au travail y a joué vu que je lisais très peu) mais il n’y a pas que ça…

J’étais peut-être trop fixée sur le film qui m’a beaucoup plu. On retrouve les personnages, l’atmosphère… Mais dans le livre, ce qui est normal, on y trouve moult détails sur la religion, les hérésies, , les minorités, les « guerres empereur-pape », etc., … Bien sûr tout cela était en toile de fond dans le film donc je m’y attendais mais pas à ce point. N’y connaissant rien, j’étais perdue !

C’est un roman très dense, trop dense pour moi. Je l’ai souvent laissé de côté pour lire autre chose et faire une pause mais j’ai persévéré et je l’ai enfin fini ! Je ne vais pas vous cacher mon soulagement. Je n’abandonne que très rarement un livre mais là, j’ai lutté et pourtant comme je vous l’ai dit : ce livre ne m’a pas déplu. Il est donc difficile pour moi de le noter et encore plus difficile de savoir si je dois vous le conseiller ou non…

Alors je vous laisse vous débrouiller !

♥♥♥♥♥

Couverture Les petits soleils de chaque jour

Je me suis laissée tentée par la couverture de ce livre lors des partenariats de Livraddict et j’ai eu le plaisir d’être choisie.

Voici la 4ème de couverture :

Clélie vit une retraite paisible, après avoir fait le bonheur des clients de la boulangerie Destempes pendant plus de quarante ans, en leur vendant pains et gâteaux confectionnés avec amour. Mais à l’aube de l’été, Colline, la petite-fille de la maison, bouleversée par le divorce de ses parents, perd littéralement le goût de vivre. Touchée par la détresse de cette enfant de neuf ans, Clélie lui propose de venir passer les grandes vacances avec elle.
Elle va lui présenter ses voisins et amis de la place des Ternes, qui, chacun à sa manière, vont répondre à ses interrogations sur le sens de la vie, et l’aider à trouver sa place dans le monde. L’histoire tendre et émouvante d’une amitié entre deux générations. Un roman pour apprendre à se réjouir des petits soleils de chaque jour.

Je savais déjà que j’allais être touchée par Colline mais je ne savais pas ce que me réservait ce roman.

Je vais avoir du mal à m’exprimer sur ma lecture. Je commence donc par la fin : c’est un véritable coup de cœur ! Ce roman m’a vraiment fait du bien, j’ai même commencé un carnet pour noter ces petits soleils de chaque jour.

Colline est une petite fille extraordinaire avec un cœur immense et une sensibilité à fleur de peau, elle ressent tout et ce très intensément. Elle a une empathie si forte que c’en est trop pour elle. Le divorce de ses parents est la goutte d’eau qui fait déborder le vase, elle ne trouve plus sa place, elle a trop mal…

Elle trouve du réconfort auprès de Clélie qui joue un peu le rôle de grand-mère pour elle et qui essaye de la comprendre sans la juger.

Elles vont donc passer les vacances d’été ensemble. Clélie ne sait pas trop comment s’occuper d’une enfant ni comment elle va lui redonner le goût de vivre. Elle demande donc conseil à ses voisins. Une drôle d’équipe tous ceux-là mais avec chacun leur sensibilité, ils vont aider Colline.

Apprendre à maîtriser ses émotions, apprendre à protéger son cœur des émotions des autres, apprendre à ne pas se laisser envahir par le mal, apprendre à voir la beauté mais surtout apprendre à déceler les petits soleils de chaque jour !

Et pas à pas elle va apprendre à aimer la vie, elle va apprivoiser ses émotions et si elle bénéficie de l’influence des autres, elle aussi, tout en douceur, influence son entourage.

Accompagnez-la, laissez vous guider, laissez vous vous réchauffer à ces petits soleils.

Ce livre est un véritable bijou ! Je vous le conseille et espère qu’il vous fera autant de bien qu’à moi !

Merci à Livraddict et aux éditions Michel Lafon pour cette découverte. Et surtout un grand merci à Ondine Khayat pour ce grand soleil !

♥♥♥♥♥

Couverture Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Un livre que j’ai acheté car il paraît que c’est un livre qu’il faut absolument lire…. Mais je n’arrivais pas à le sortir de ma PAL alors merci à Nelcie pour sa LC sur Livraddict.

Voici la 4ème de couverture :

Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche.

J’ai été étonnée par le ton de l’histoire. La 4ème parle du procès, je m’attendais à ce qu’il soit au cœur du roman ainsi que le racisme, etc., … mais non. Bien sûr, ils sont présents mais j’ai presque envie de dire qu’ils sont là en toile de fond car le cœur de l’histoire et ce, dans tous les sens du terme, c’est Scout.

Elle et son histoire m’ont touché !

Elle essaye de comprendre ce qui l’entoure avec  ses yeux d’enfant et son ressenti d’enfant, sans a priori. Cela est en partie dû à son éducation et son cocon familial. Elle est proche de son père et de son frère mais aussi de Calpurnia ce qui explique sa tolérance et même son incompréhension lors du procès.

Atticus est « bizarre ». Il aime ses enfants mais ne le montre pas toujours ou pas directement. Il est à la fois présent mais absent. Il fait leur éducation mais les laisse vivre leur vie. Il leur inculque des valeurs mais les laisse se faire leur propre opinion. Il les protège mais les laisse affronter la vie et les autres.

J’ai moins accroché avec Jem… Peut-être à cause de son changement d’attitude au cours de l’histoire… Mais il doit affronter beaucoup de choses : entre le procès, l’envie de protéger son père, de se détacher de sa petite sœur, de faire le grand… Bref, un ado en pleine crise d’ado !

Et je finirai avec Scout. Que dire de cette petite fille ? C’est un garçon manqué qui aime son père et son frère, qui veut faire les choses bien même si ça lui fait de la peine. L’histoire n’est pas toujours très claire mais c’est normal vu qu’on la suit dans la peau de Scout et vu son âge, elle ne comprend pas toujours tout.

Je devrai aussi vous parler de Dill, de Boo Radley, de Tom Robinson, de Miss Maudie, du procès, du contexte, … Mais je vous laisse découvrir tout ça par vous-même car je vous conseille fortement cette lecture ! Mon seul regret ? Ne pas l’avoir lu plus tôt !

Et voici mes compagnons de lecture :

Nelcie, lemillefeuilles, Miss Fox and Mr Bird, whiteaker, Pamperika, BettieRose, Chtitepuce, Froggysoul, Antomilna, mm03, Sayyadina, ExtraVagance, Aboubacar, Jwann

Couverture Maman a tort

Cela faisait un moment que j’entendais parler de cet auteur et quand j’ai vu que ma mère avait ce roman dans sa bibliothèque, je le lui ai emprunté. Voici la 4ème de couverture :

Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n’est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit.

Il est le seul… Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l’aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s’effacent. Ils ne tiennent plus qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche. Le compte à rebours a commencé.

Avant que tout bascule. Que l’engrenage se déclenche. Que les masques tombent.

Qui est Malone ?

Je n’arrivais pas à me décider à le lire alors quand une LC s’est organisé sur Livraddict, je me suis inscrite. Et je suis en retard pour donner mon avis ! (comme bien souvent allez-vous me dire…) En fait, j’étais dans les temps pour la lecture mais je me suis retrouvée en difficulté quand j’ai voulu écrire cet article. En effet, , comment vous dire ce que j’ai aimé ou non sans vous dévoilez l’intrigue… Difficile quand on est face à ce genre de roman…

Commençons par les généralités : j’ai été déçue ! Peut-être que j’attendais trop de la lecture… Quand je lis un thriller, je m’attend à être happée par l’histoire, à avoir du mal à la lâcher. Là, je lisais plus ou moins longtemps, je fermais le bouquin et je le reprenais le lendemain. Je l’ai lu sans difficulté mais sans hâte non plus.

Je ne me suis pas prise d’affection pour les personnages : entre le psy qu’on n’arrive pas à cerner, la commandante presque plus préoccupée par son horloge biologique que par ses enquêtes, l’enfant qui semble trop avancé pour son âge, … En plus, il y a certaines choses que j’avais compris avant les révélations (Gouti, la maman par exemple) et d’autres choses qui m’ont surprise mais dont je ne comprenais pas l’intérêt (certaines infos sur le psy, la vie privée de Jibé, la fin pour Marianne)…

Bref un roman que j’ai trouvé plein de maladresses (si je peux dire les choses ainsi) mais d’après mes compagnes de lecture qui connaissent déjà l’auteur, ce n’est pas son meilleur… Donc si vous voulez découvrir la plume de Bussi, commencez plutôt par un autre de ses romans ! ^_^

♥♥♥♥♥

Voici les autres avis :

Ego C, Mina Lockheart, Chroniques littéraires, Colorandbook, Nini672, JadElit, Law Moody, Miss Fox et Mr Bird,
Riz-Deux-Zzz, Aurelie bouquine, Billy, DocteurManhattan  (page 9 de la LC), Olivorel45 (page 9 de la LC), Ennairod (page 9 de la LC)

Couverture Tanao et le Couple de Brume

Tout d’abord, je tiens à remercier Livraddict et l’auteur pour ce partenariat.

Seule ma curiosité m’a poussée vers ce livre, en effet, ce roman étant classé en jeunesse, ce n’est pas vraiment le type de lecture que je recherchais en ce moment. Mais je me suis laissée tenter et je ne regrette pas. Voici la 4ème de couverture :

Le village des Pahnans est presque déserté. Tous les camarades de jeux de Tanao sont partis avec leur famille pour la Réunion des Tribus. Malgré leur absence, le jeune garçon va vivre un été animé. Il rencontrera un mystérieux duo. Son aïeule Gardienne des Secrets l’aidera à comprendre les raisons de leur visite. Lorsque d’inquiétants voyageurs feront leur apparition, Tanao et sa grand-mère découvriront un pan de l’histoire de leur clan.

J’ai eu le plaisir de recevoir ce partenariat avec un petit mot et une dédicace de l’auteur, ce genre d’attention fait toujours plaisir. Je ne vais pas vous le cacher, j’ai hésité à me lancer dans cette lecture, j’avais lu les 1ères pages dès que je l’ai reçu et entre les noms que je trouvais compliqués et ma difficulté à m’immerger dans l’univers de Tanao… J’ai donc attendu le dernier moment pour le lire en entier.

Et là, le déclic ! En fait, la 1ère fois, ce n’était pas le moment pour ce court roman et moi… Cette histoire aborde plein de thèmes qui ne me correspondaient pas vraiment mais après plusieurs rudes nouvelles ce week-end, ils m’ont touché et plus que je ne le pensais…

Je l’ai donc ré-ouvert lundi pour me vider la tête et je l’ai lu d’une traite ! Il n’a pas eu l’effet escompté, il m’a fait réfléchir et relativiser, ce qui n’était pas plus mal.

L’écriture est fluide et l’écriture simple. Une fois qu’on s’est habitué aux noms, on s’attache aux personnages et forcément au lien entre Tanao et sa grand-mère Abalia. Lui qui était déçu de ne pas aller à la Réunion des tribus et de voir ses amis partir sans lui, il va découvrir une relation très forte avec sa grand-mère. Elle va le guider, l’aider à grandir et à mûrir. Elle va lui apprendre les coutumes et les légendes de leur tribu, ils vont parfois apprendre ensemble…

Bien sûr si cette relation est le point fort et le centre de l’histoire pour moi, il ne faut pas oublier les autres personnages. J’ai un faible pour Rawak, le Kark, j’ai aimé son côté maladroit (ce n’est pas vraiment le terme qui convient mais je ne trouve pas mieux) et son amitié avec Karmato.

Pour finir, un extrait qui m’a touché car il me parle et que je vais essayer de suivre ce conseil :

« – Le chagrin est comme le feu, les larmes sont là pour le contenir, continua-t-elle en l’approchant un instant des branchettes.

Des flammèches se mirent à danser.

– Lorsqu’il s’embrase, ses flammes nous brûlent le cœur. Avec le temps, comme le bois qui se consume, la douleur diminue pour n’être à la fin qu’un tas de braises. Elles ne nous blessent que lorsqu’on les remue.

[…]

– Malheureusement, certains l’alimentent en y ajoutant de la colère, des regrets ou d’autres émotions qui sont autant de bûches. Le brasier ne diminue pas et finit par consumer le cœur. » page 34

En conclusion, ce roman m’a plu malgré un faux départ de ma part mais je ne comprend pas vraiment sa classification en jeunesse. J’aurai aimé me perdre dans la Grande Forêt, découvrir les Monts Jumeaux, voyager dans ces paysages avec les Pahnans. Je finis mon article et je me rend compte que je n’ai pas parlé du Couple de Brume… Je vous laisse donc découvrir les Brumeux et ce qu’ils représentent et je vous souhaite une bonne lecture avec ce roman que je vous conseille !

♥♥♥♥

 

Couverture Autre-Monde, tome 2 : Malronce

Et voici la suite de la LC sur la saga Autre-Monde !

Je suis rentrée plus facilement dans ce tome, peut-être parce que je me suis habituée aux personnages. Nos trois amis rencontrent différents groupes de Pans. On voit comment chaque groupe s’est organisé en fonction de son milieu, de leur nombre mais aussi de leurs capacités. On voit aussi chaque membre de notre trio évolue et s’affirme.

Au départ, c’est Ambre qui est le plus bousculée car la Féroce Team a un mode de fonctionnement un peu particulier. Autant dans le 1er tome, sur l’île Carmichael, on se posait la question : Est-ce qu’un Pan peut devenir un Cynik en grandissant ? La Féroce Team ne se pose pas la question, ils préfèrent ne pas prendre le risque…

J’ai beaucoup apprécié le passage dans la Forêt aveugle mais aussi la différence de perception qu’en ont les Pans. Elle reste toujours dangereuse mais elle se « transforme » en Mer sèche pour les Kloropanphylles. Je n’ai pas accroché avec ce groupe de Pans… Leurs performance technologique et leur lien avec la nature m’impressionnent mais leurs cachotteries et certaines de leurs règles m’exaspèrent…

Reste la dernière partie, quand Ambre, Tobias et Matt arrivent enfin à sortir de la Forêt Aveugle. Ils vont arriver à Babylone, ville de Cyniks. Ils sont étonnés de voir que les Cyniks ont réussi à s’organiser et choqués des horreurs qu’ils ont pu inventer (l’anneau ombilical en particulier). On retrouve des personnages du tome précédent (Colin, Balthazar) et on en découvre d’autres vraiment antipathiques (le buveur d’innocence). J’ai vraiment aimé de voir comment l’Alliance reste soudée et fidèle près à tout les uns pour les autres.

Et pourtant… Cette saga n’est toujours pas un coup de cœur. Je suis intriguée et je me demande ce qu’il va se passer par la suite mais pas assez pour me procurer les autres tomes. Les LC de cette saga se poursuivront donc sans moi !

Mais voici mes compagnes de lecture pour celle-ci :

Nini672, Chtitepuce, Bélial, Salhuna, Erikia, Daya51, Tempête en Roulettes, Nanounette, Croc-Book, cafebook, Gilsayan, Pamperika, Aureline

Nuage de Tags