Archives de la catégorie ‘Historique’

Fleur de tonnerre de Jean Teulé

Couverture Fleur de tonnerre

Deuxième essai avec Jean Teulé… J’ai déjà lu « Le Magasin des suicides » et je n’avais pas trop accroché mais bon.
Là, la couverture et le titre « Fleur de Tonnerre » sont sympas et la 4ème de couverture m’a vraiment donné envie d’en savoir plus sur Hélène Jégado :

Ce fut une enfant adorable, une jeune fille charmante, une femme compatissante et dévouée. Elle a traversé la Bretagne de part en part, tuant avec détermination tous ceux qui croisèrent son chemin: les hommes, les femmes, les vieillards, les enfants et même les nourrissons.
Elle s’appelait Hélène Jégado, et le bourreau qui lui trancha la tête le 26 février 1852 sur la place du Champs-de-Mars de Rennes ne sut jamais qu’il venait d’exécuter la plus terrifiante meurtrière de tous les temps.

Sous la plume acérée de Jean Teulé, Hélène reprend vie et accomplit son destin, funeste et fascinant.

Pardonnez mon manque de culture… Non, je ne connaissais pas Hélène Jégado ! Elle serait la première et la plus prolifique des tueuses en série, excellente cuisinière, si ce n’est qu’elle assaisonnait toutes ses recettes avec son ingrédient secret : la reusenic’h (il faut comprendre l’arsenic) ! Elle a sévi entre 1803 et 1852 et entre Plouhinec, Trédarzec, Ploemeur et Rennes.

Elle a commencé jeune (vers 12 ans) et par sa mère (qu’elle voulait en quelque sorte punir). Puis elle s’est découvert une vocation (ou est devenue folle) et s’est prise pour l’Ankou.

Je ne vais pas vous raconter toutes ses pérégrinations ni péripéties mais ce que je peux vous dire, c’est que je n’accroche toujours pas avec le style de Jean Teulé. Je n’ai pas aimé son « humour », ni sa façon de narrer l’histoire. Ce roman est court (260 pages), je pensais donc le lire rapidement (3-4 jours au maximum) mais j’ai mis un peu plus d’une semaine et ce, à cause du style.

Seul point positif, j’ai envie d’en connaître plus sur Hélène Jégado (pour faire le tri entre la vraie histoire et l’histoire romancée) mais aussi savoir comment ils ont pu retracer son parcours… En effet, s’ils ont mis tant de temps à l’arrêter c’est qu’elle ne devait pas laisser beaucoup de traces…

Vous conseiller ce roman ? Non. En connaître plus sur Fleur de Tonnerre ? Assurément !

♥♥♥♥♥

Le nom de la rose d’Umberto Eco

Couverture Le nom de la rose

Vais-je être aussi longue à écrire cet article que je l’ai été à lire ce livre ?

Honte à moi ! J’ai sorti ce roman de ma PAL pour une LC organisée sur Livraddict et là, je crois que j’ai explosé tous les records… Ca ne s’appelle plus du retard à ce point-là ! (et en plus, j’ai tardé à publier mon avis tant qu’à faire….)

Et pourtant, je ne peux pas dire que ce livre m’ait déplu. Ce n’était peut-être pas le moment (la fatigue due à la saison au travail y a joué vu que je lisais très peu) mais il n’y a pas que ça…

J’étais peut-être trop fixée sur le film qui m’a beaucoup plu. On retrouve les personnages, l’atmosphère… Mais dans le livre, ce qui est normal, on y trouve moult détails sur la religion, les hérésies, , les minorités, les « guerres empereur-pape », etc., … Bien sûr tout cela était en toile de fond dans le film donc je m’y attendais mais pas à ce point. N’y connaissant rien, j’étais perdue !

C’est un roman très dense, trop dense pour moi. Je l’ai souvent laissé de côté pour lire autre chose et faire une pause mais j’ai persévéré et je l’ai enfin fini ! Je ne vais pas vous cacher mon soulagement. Je n’abandonne que très rarement un livre mais là, j’ai lutté et pourtant comme je vous l’ai dit : ce livre ne m’a pas déplu. Il est donc difficile pour moi de le noter et encore plus difficile de savoir si je dois vous le conseiller ou non…

Alors je vous laisse vous débrouiller !

♥♥♥♥♥

Les rumeurs du Nil de Sally Beauman

couv63843626

J’ai découvert ce livre lors d’une session de partenariat, la couverture a tout de suite fait travailler mon imagination et la 4ème de couverture invite au voyage :

Envoyée en Égypte en 1922 pour se remettre de la mort de sa mère, la petite Lucy, onze ans, est prise dans l’effervescence qui entoure la recherche obsessionnelle du tombeau de Toutânkhamon.
Sa rencontre avec Frances, la fille d’un archéologue américain, bouleverse son existence. Alors que les deux fillettes épient les adultes pour percer à jour les secrets qu’ils gardent jalousement, se forge entre elles un lien d’amitié indestructible.
Des décennies plus tard, hantée par les fantômes et les erreurs de son passé, Lucy les exhume pour tenter de donner un sens aux étranges événements qui se sont déroulés au Caire et dans la Vallée des Rois. Et pour la première fois de sa vie, elle réussit à affronter ce qui s’est passé après l’Égypte, au moment où Frances avait le plus besoin d’elle.

Mon histoire avec ce livre est étrange, je l’ai trouvé dans ma boîte aux lettres à mon retour de vacances. Je continuais donc dans le dépaysement ! Mais avec la reprise du travail, je n’avançais pas dans ma lecture alors que l’histoire me plaisait. J’avais envie de connaître l’histoire de Lucy mais je m’endormais après quelques pages.

Je me suis pourtant attachée à cette petite fille solitaire et blessée par la vie. J’ai aimé les liens qu’elle a su créer avec les personnes qui l’entourent notamment avec Frances. J’ai aimé découvrir l’Egypte et surtout la Vallée des Rois à travers son regard. J’ai aussi aimé ses idées et ses opinions sur ce monde et ses archéologues.

J’avais un peu plus de mal avec les aller-retour passé, présent même si la Lucy du présent, vieille dame avec une longue histoire et de nombreuses aventures m’a intriguée… Elle est entourée de fantômes qu’elle veut garder pour elle.

Et bizarrement, si la 2ème partie de ma lecture a été beaucoup plus rapide, j’ai moins aimé cette partie de l’histoire. En effet, ce qui m’a attiré dans ce livre, c’est l’Egypte. Toute la 1ère partie, c’est les souvenirs du 1er voyage de Lucy, sa découverte, elle est tombée amoureuse de cette atmosphère et a voulu y retourner, y retrouver ses amis, les archéologues. Cependant, ses voyages ultérieurs m’ont moins plu car il y avait plus d’intrigues…

On parle aussi de sa vie amoureuse. Son 1er mariage est un désastre et on se doute des raisons avant qu’elles soient clairement exposées. Sa 2ème histoire, là aussi, on s’en doutait et on peut même dire qu’on l’espérait mais elle n’est que rapidement évoquée sûrement à cause des conditions dans laquelle elle s’est passée et c’est dommage.

En résumé, mon avis sur ce livre est mitigé. Je voulais découvrir l’Egypte et l’archéologie et là, j’ai été servie. Cependant le reste de l’histoire m’a moins emporté. Je conseille tout de même ce livre pour la magie de la 1ère partie.

♥♥♥♥♥

Je remercie Livraddict et les éditions Lattès pour ce partenariat !

LA JC-Lattes

Les terres chaudes de Colette Vlérick

Couverture Les Terres chaudes

Je connais déjà cette auteur et j’apprécie ses écrits. Quand j’ai pu la rencontrer au festival du livre à Carhaix-Plouguer en 2012, j’ai été ravie. J’ai donc acheté ce livre sur ses conseils. J’ai été quelque peu perturbée par sa dédicace : « Pour découvrir les petits chemins de la presqu’île… ». En effet, pour moi, la Presqu’île, c’est celle de Crozon alors qu’ici il s’agit de celle de Plougastel-Daoulas. Voici la 4ème de couverture :

Les Le Gall, dont les ancêtres ont prospéré grâce à la culture du lin, continuent d’accroître leurs biens en exploitant des fraiseraies. Lorsqu’en 1903 un départ d’émigrants est organisé pour le Canada, Blanche, la fille aînée, décide de tout quitter. Elle veut reconstruire sa vie, loin des siens et du secret qui la lie à sa sœur : la vérité sur la mort de leur frère. Pour la jeune femme, infirme, l’exil sera rude dans les vastes plaines canadiennes. Eugénie, la cadette, épouse un voisin du village. Au nom des Le Gall, elle perpétue et développe la culture des fraises. Année après année, la vie réservera aux deux sœurs joies et coups durs. Longtemps elles se demanderont ce qui les réunira. La réussite ? Le chagrin ? Ou ce secret qui pèse sur elles depuis toujours ?

On suit très facilement l’histoire de cette famille. On s’attache à ces deux sœurs, plus particulièrement à Blanche. Je trouve que le terme d’infirme pour la décrire est un peu fort mais il est vrai que dans une famille de « paysans » la moindre blessure mal guérie a une conséquence.

Je comprend son envie de partir, de commencer une nouvelle vie et j’ai aimé voir comment elle s’adaptait même si elle garde la Bretagne et notamment Plougastel dans le cœur.

J’aime toujours autant le style de l’auteur. On visualise très bien tout ce qu’elle décrit :les costumes, les paysages, etc, … On voit qu’elle a fait beaucoup de recherches historiques mais aussi sur les techniques de culture des fraises.

La seule chose que me gênait, c’était la fin. Il me manquait quelque chose, je voulais connaître la suite ! Et en fouillant la bibliothèque de ma mère, j’ai découvert qu’il existait un tome 2 donc je connaîtrais bientôt la suite !! ^_^

♥♥♥♥

La Divine géométrie de Karen Engelmann

Couverture La Divine géométrie

Le titre et la 4ème de couverture m’ont fortement intriguée :

Stockholm, 1791. Emil Larsson, fonctionnaire au Bureau des douanes, joueur et célibataire endurci, mène une vie tranquille. Jusqu’à ce que, un soir, Mme Moineau, cartomancienne et tenancière d’une maison de jeu très privée, lui révèle une vision : amour et union sont promis au jeune homme. Elle propose de lui tirer une Octave, un tarot dévoilant les huit personnes susceptibles de l’aider à réaliser son dessein, s’il parvient à les trouver.

Intrigué, Emil commence sa quête. Mais, peu à peu, les pouvoirs de l’Octave s’étendent au-delà de la simple affaire de coeur, et dès lors, réunir les huit devient crucial pour tirer le pays du chaos qui le menace.

A travers intrigues amoureuses et conspirations politiques, La Divine Géométrie fait revivre la Suède du roi Gustave III, tandis que les vents révolutionnaires se propagent à travers l’Europe.

Et je ne vous cache pas que le jeu de tarot offert avec ce livre a fini de me convaincre ! J’ai donc postulé au partenariat entre Livraddict et les éditions JC Lattès.

Je ne connaissais pas du tout l’auteur ce qui n’est pas étonnant vu que c’est son 1er roman ! Et quel 1er roman !! Déjà parlons du livre objet, les pages sont assez aérées pour que la lecture soit facile et il y a des illustrations que ce soit pour visualiser les cartes ou les Octaves. En plus, ce roman est accompagné d’un beau jeu de cartes et d’une méthode pour tirer une Octave ! Bref, un ensemble qui fait vraiment plaisir à recevoir et sympa à regarder.

Commençons la lecture… On suit Emil Larsson dans sa quête qui au départ devait être seulement la recherche d’une compagne, de l’amour. Mais rien n’est aussi simple ! Avec lui, nous découvrons une belle galerie de personnages, bien travaillés, vraiment différents les uns des autres mais tous très intéressants que ce soit par leur côté un peu magique, leurs manipulations, leur simplicité.

Bien sûr, il y a Mme Moineau, la voyante – cartomancienne même si cela est réducteur de la décrire seulement ainsi. On l’imagine très bien, on a envie de l’aider, de la protéger mais aussi de se mettre sous sa protection…

Poursuivons avec la Uzanne au prime abord, on ne se doute pas de son importance. C’est une dame de la cour qui fascine par ses manières ! C’est une collectionneuse d’éventails et elle pratique et enseigne l’art de s’en servir ! Pour elle, un éventail n’est pas qu’un accessoire, c’est un moyen d’expression, une arme mais surtout un formidable moyen de persuasion…

Je ne peux malheureusement vous décrire tous les personnages, ce serait bien trop long, j’ajouterai juste mon petit faible pour le couple Nordén et pour Mme Murbeck.

Bien sûr, les personnages sont l’une des principales forces de ce roman mais il ne faut pas négliger l’aspect historique. L’auteur nous transporte en Suède sous le règne de Gustave III et on suit de loin la révolution française. J’ai bien aimé être plongée dans cette atmosphère, je connaissais un peu l’époque de la révolution mais pas de ce point de vue. Je ne savais pas tous les liens entre les différentes royautés ni les impacts qu’avaient pu avoir cette révolution.

Je terminerai par la cartomancie, je vous rassure, il n’y a pas besoin d’y croire pour apprécié cette lecture mais la méthode du tirage de l’Octave m’a fortement intriguée et si je ne l’ai pas encore tenté, c’est peut-être car on ne sait jamais où ce tirage peut nous mener ! Demander à Emil, il ne s’attendait sûrement pas que sa recherche de l’amour le fasse passer par tout ça…

En tous les cas, une lecture que je vous recommande chaudement !! Je remercie Livraddict et JC Lattès pour cette découverte !

♥♥♥♥

LAJC-Lattes

 

Les Enfants de la Terre, tome 3 : Les Chasseurs de mammouths de Jean M. Auel

Couverture Les Enfants de la Terre, tome 3 : Les Chasseurs de mammouths

Le début du tome 3 est la suite directe du tome 2. On retrouve avec plaisir Ayla et Jondalar. Ils étaient juste partis pour une expédition et comme ils ont rencontré les Mamutoï en cours de route, leur voyage est plus long que prévu.

Ca fait du bien de quitter la vallée et de découvrir un nouvel endroit, une nouvelle tribu, de nouvelles coutumes. On voit comment Ayla et son mode de vie sont acceptés, ses animaux et ses origines notamment. Les mamutoï sont très attachants et sont un peuple ouvert d’esprit. Ayla ne pouvait pas mieux tomber pour continuer sa découverte des Autres.

Malheureusement, les questionnements et les atermoiements de Jondalar, le jeu du chat et de la souris, les malentendus et quiproquos entre Ayla et lui sont lassants. Surtout qu’on sait tous très bien comment ça va finir !

La réunion d’été permet de relancer un peu les choses et de voir comment Ayla se débrouille dans une assemblée plus importante.

On comprend que ce sont des passages obligatoires pour Ayla pour en apprendre plus sur elle, sur ses racines et son peuple mais aussi étrangement sur son peuple d’adoption les Têtes plates. Mais ce tome aurait pu être plus court pour vraiment être accrocheur.

Mais même si j’ai moins aimé ce tome que les autres, l’univers et les personnages restent plaisants et on veut connaître la suite !

Et comme à l’origine, je le lisais dans le cadre d’une LC et que mieux vaut tard que jamais voici les autres avis :

Parthenia ; Sayyadina ; Koelia

♥♥♥♥

Les Enfants de la Terre, tome 2 : La vallée des chevaux de Jean M. Auel

Couverture Les Enfants de la Terre, tome 2 : La vallée des chevaux

Je continue ma re-lecture  de la saga des Enfants de la Terre et tant qu’à faire, je poursuis les LC avec Parthenia.

Comme la dernière fois, la 4ème de couverture n’est pas parlante donc je vous fais une petite « mise en bouche » :

Chassée de la tribu qui l’avait adoptée, Ayla essaye de retrouver les Autres qui sont son peuple d’origine. Elle se dirige vers le Nord, direction que lui avait indiquée Iza et finit par se réfugier dans une vallée où vit une troupe de chevaux sauvages pour se mettre à l’abri avant l’hiver.

En parallèle, on suit Jondalar qui accompagne son frère Thonolan dans son Voyage sensé les emmener jusqu’à l’embouchure de la Grande Rivière Mère.

Chacun de leur côté, ils vont vivre des aventures qui ne vont pas les ménager.

Le style de l’auteur ne change pas donc cette fois pas d’extrait.

Si la magie opère toujours sur moi, je suis plus critique car connaissant l’histoire, on s’attache à d’autres « détails ».

Déjà, bizarrement dans mon souvenir la rencontre Ayla et Jondalar se faisait plus tôt donc je l’ai attendu, attendu, attendu… J’ai donc lu normalement la 1ère partie et lu en une seule nuit la 2ème (même si mes 2 parties ne correspondent pas tout à fait à « avant et après » leur rencontre).

Je ne me souvenais plus, non plus, de l’importance de Thonolan et comme il ne m’avait pas marqué la 1ère fois, je l’ai plus « observé » cette fois-ci et je l’ai trouvé très attachant. Le contraste entre les deux frères est flagrant déjà de part leur physique mais aussi de part leur comportement et l’attitude des autres face à eux. Jondalar est charismatique, il est beau et impressionnant. Thonolan est plus discret mais plus jovial et plus charmant aussi. Je pense que si je les rencontrai Jondalar m’intimiderait alors que je me ferai un pote de Thonolan. Par contre, je ne sais pas sous le charme duquel je tomberai ! 😉

Les personnages secondaires sont aussi très intéressants et complexes : Jetamio, Tholie, Serenio, le shamud, Haduma, …

Finissons par notre héroïne : Ayla. Je comprends ses attentes, ses envies, ses peurs, j’admire sa force et me demande comment elle a fait pour vivre seule… Par contre, même si je sais que c’est romancé, c’est tout de même extraordinaire tout ce qu’elle fait et découvre. Je ne peux malheureusement pas en dire plus car ça serait trop vous en dévoiler mais rien que ses histoires avec Whinney et Bébé sont incroyables.

Je sais aussi que Jean Auel a fait énormément de recherches pour écrire cette saga et je me demande si une tribu comme les Sharamudoï existe vraiment…

Comme vous l’avez deviné, je vais poursuivre ce voyage avec le reste de la saga, seule ou avec d’autres LC, on verra bien !

Voici les autres avis :

Parthenia ; ComfortInDecay ; Sayyadina ; Koelia

♥♥♥♥♥

Nuage de Tags