Archives de la catégorie ‘Fantasy’

L’Assassin Royal, Cycle I de Robin Hobb

ar1 ar2 ar3 ar4 ar5 ar6

Je ne vais pas vous écrire un article par tome, ce serait bien trop long et je risque de vous ennuyer. Et comme j’ai décidé de lire tous les tomes de cet univers dans l’ordre, je vais donc vous faire un article par « série » ou par cycle.

C’est donc une relecture pour moi mais j’ai adoré replonger dans le monde des Six Duchés et retrouver Fitz Chevalerie. On peut regretter le re-découpage de la traduction française mais comme je les ai tous cette fois-ci et que je les ai lu à la suite, cela ne m’a pas gêné.

J’aime tellement cet univers et ces personnages qu’au fur et à mesure je me souvenais de tout mais cela ne m’a pas dérangé.

Il est assez difficile de parler du cycle complet sans trop vous en dévoiler… Je ne sais donc pas trop comment faire.

J’ai aimé replonger dans l’apprentissage de Fitz (même si peu de personnes aimeraient apprendre ce qu’il a appris ni de la façon dont il l’a appris), retrouver ses liens avec les différents personnages : Umbre, Burrich, le Fou surtout mais aussi Molly (même si on ne peut pas s’empêcher de se demander où cela va les mener), Kettricken et j’ai un faible pour Patience et Brodette.

Fitz doit apprendre à maîtriser de nombreux savoirs et magies, certains qui lui sont naturels, innés, faciles, d’autres qui sont contrariés. Son aide la plus précieuse est sûrement Œil-de-Nuit mais je ne vous en dirais pas plus ! ^_^

On le suit dans toutes ses aventures, on partage ses peines, on le suit dans sa quête, on partage ses doutes. Il reste toujours en retrait alors qu’il est au cœur des événements (bien malgré lui d’ailleurs). Il reste toujours fidèle malgré les difficultés.

Bref, vous l’aurez compris c’est un personnage qui me touche même s’il a l’air d’attirer les ennuis (il faut avouer qu’il les cherche quand même un peu parfois ! ^_^). J’ai hâte de le retrouver dans le 2ème cycle (que sera lui aussi une relecture complète) mais ça, ce sera après la lecture du cycle des Aventuriers de la Mer !

Et au cas où vous le l’auriez pas compris, je suis sous le charme de l’écriture de Robin Hobb, je ne peux donc que vous conseiller ses romans !

♥♥♥♥♥

La saga Les Haut Conteurs de Olivier Peru et Patrick McSpare

Couverture Les Haut Conteurs, tome 1 : La Voix des RoisCouverture Les Haut Conteurs, tome 2 : Roi VampireCouverture Les Haut Conteurs, tome 3 : Coeur de LuneCouverture Les Haut Conteurs, tome 4 : Treize damnésCouverture Les Haut Conteurs, tome 5 : La Mort Noire

J’avais beaucoup entendu parlé de cette saga et ça faisait un moment que je voulais découvrir l’écriture d’Olivier Peru. Pourquoi avoir choisi les Haut-Conteurs plutôt que Druide ? Premièrement parce que le tome 1 s’est retrouvé sur ma route et deuxièmement parce que c’est seulement à ce moment-là que j’ai découvert que cette saga était écrite par 2 auteurs et pas seulement par Peru.

Que vous dire sur mes lectures ?…

La lecture du 1er tome m’a fait beaucoup de bien. Je sortais de lectures plutôt fastidieuses et là, entre la Fantasy et l’écriture fluide, je me suis laissée entraînée. J’ai adoré ce livre et j’ai donc poursuivi dans ma lancée avec le 2ème, etc., …

Je me suis beaucoup attachée à Roland et Mathilde. J’ai été agréablement surprise par cet univers et les capes pourpres, les monstres, la magie, … J’ai été intriguée par Salim, William le Ténébreux, le Livre des Peurs, Vlad, Lothar. C’est pour ça que j’ai enchaîné les tomes, je voulais en savoir plus, connaître le destin de Roland !

J’ai suivi les conteurs dans leurs aventures, en tremblant pour eux, m’enthousiasmant pour leurs découvertes, partageant leurs peines, questions et souffrances…

J’ai aimé voir l’évolution de Roland, le voir grandir, le voir mûrir.

Pour moi, ça s’est gâté au 4ème tome. Est-ce parce que je m’habituais à l’écriture et aux personnages ? Je ne crois pas… En fait, je l’ai trouvé plus complexe, plus fouillis, j’ai eu du mal à suivre. J’ai tout de même lu le dernier tome en espérant retrouver l’élan du début. Ce ne fut pas le cas… Heureusement, ça n’a pas empiré non plus. En fait, j’ai trouvé que les 2 derniers tomes étaient dans la même veine, un ton en dessous des 3 premiers. En plus, dans le dernier tome, je me suis doutée de certaines révélations avant qu’elles n’arrivent…

Cependant cela reste une bonne saga !

♥♥♥♥

Kushiel, tome 3 : L’Avatar de Jacqueline Carey

 

Couverture Kushiel, tome 3 : L'AvatarJe devais le lire pour une Lecture Commune mais j’ai totalement raté la date… Et en plus, j’ai encore plus tardé à faire mon article… Mais bon, ça y est, c’est fait !

Voici la 4ème de couverture :

La marque de Kushiel dans l’oeil de Phèdre nô Delaunay fait d’elle une élue, et lui vaut d’éprouver à jamais le plaisir dans la souffrance. Sur son chemin semé de dangers, elle peut compter sur le moine guerrier Joscelin. Bien que la nature de Phèdre soit une source perpétuelle de tourments pour eux deux, Joscelin lui demeure indéfectiblement fidèle. Jamais il n’a trahi son serment: protéger et servir. Mais le destin lui réserve une ultime épreuve. En effet, Phèdre n’a jamais oublié Hyacinthe, son ami d’enfance et, depuis dix ans, elle cherche en vain la clé qui le libérerait de son asservissement éternel. Car Hyacinthe a conclu un pacte avec les dieux pour se sacrifier à la place de son amie et sauver sa patrie. Aussi Phèdre saisit-elle la dernière chance qui lui est donnée de le sauver. Cette quête la conduira au bout du monde, par-delà des royaumes où règne la folie, à la merci de seigneurs de guerre déments et cruels, et face à un pouvoir si immense et terrifiant que personne n’ose en prononcer le nom…

J’ai été contente de retrouver Phèdre et son univers. Je savais que je commençais ma lecture trop tard pour être dans les temps pour la Lecture Commune mais j’oublie à chaque fois que chaque tome de cette saga est un véritable pavé et qu’il faut être motivée en voir le bout même si la lecture est intéressante. La fatigue ne me permettait pas de lire beaucoup et j’avais l’impression de ne pas avancer… Heureusement que j’avais aimé les 2 premiers tomes, c’est ce qui m’a permis de m’accrocher.

Nous suivons Phèdre dans une nouvelle aventure, elle souhaite toujours sauver Hyacinthe mais on craint le pire car c’est aussi une promesse faite à Mélisande qui la guide…

J’ai aimé découvrir ces nouveaux paysages avec elle, ses nouveaux alliés. J’ai été plongée dans l’horreur avec elle, subi ses angoisses face à ce qu’elle fait subir à Joscelin. J’ai été touchée par sa force de caractère, sa fidélité, sa peur d’échouer, de perdre ce et ceux qu’elle aime mais aussi par sa confiance. Il faut dire que bien des Dieux ont posé leur main sur elle… Comme toujours elle sait charmer mais pas seulement par sa beauté ou ses dons mais aussi par son intelligence, sa compassion, son empathie.

J’admire Joscelin pour tout ce qu’il accepte d’endurer pour elle, lui qui a renié tellement de serments, il est perd à tout perdre et même à se perdre pour elle.

J’ai aussi aimé retrouver d’anciens personnages mais là, je ne vous en dis pas plus, je veux vous laisser le plaisir de la découverte et le suspense de cette aventure. En tous les cas, une saga que je conseille et dont je veux prolonger la lecture avec celle de la saga Imriel !

♥♥♥♥

Le Roi des Fauves de Aurélie Wellenstein

Couverture Le Roi des Fauves

Je remercie Livraddict et les éditions Scrineo pour ce partenariat. J’ai été complètement séduite par la couverture et intriguée par la 4ème de couverture :

Accusés de meurtre, Ivar, Kaya et Oswald sont injustement condamnés à un sort pire que la mort. Enfermés dans un royaume en ruines, coupés du monde, il leur reste sept jours d’humanité. Sept jours pendant lesquels le parasite qu’on leur a inoculé va grandir en eux, déformant leur corps et leur esprit pour les changer en monstres, en berserkirs, ces hommes-bêtes enragés destinés seulement à tuer ou être tués. Commence alors une course contre le temps, effrénée, angoissante, où les amis d’hier devront rester forts et soudés, pour lutter contre les autres… et surtout contre la bête qui grandit en eux. Existe-t-il une issue ? Existe-t-il un salut quand son pire ennemi n’est autre que soi-même ?

C’est un roman que j’ai lu facilement et pourtant, je n’ai pas été conquise. J’ai beaucoup de mal à mettre des mots sur mon ressenti. En fait, cette lecture m’a laissée indifférente : je ne l’ai pas aimé mais elle ne m’a pas déplu non plus.

L’idée de départ est bonne et même si je connais peu les légendes de berserkirs, je voulais savoir comment l’auteur avait traitée le sujet. Et je suis restée sur ma faim. Je ne me suis pas attachée aux personnages, je n’arrivais pas à visualiser le contexte, bref, je restais à l’extérieur de l’histoire.

Le thème est assez sombre, on peut presque le prendre comme une représentation de soi, de la pensée (chacun combattant comme il peut sa part d’animalité, son côté sombre) mais cela ne m’a pas suffit.

Dans la 4ème, on parlait de « course contre le temps, effrénée »… En effet, il y a bien ce temps qui leur est compté, on le ressent, surtout chez Oswald mais il n’y a pas le rythme haletant que le mot effrénée pouvait laisser supposer.

Et il y a des points qui auraient pu être utilisés notamment le personnage d’Hilde.

En fait, j’ai commencé à apprécier cette lecture quand Ivar comprend et s’accepte.

J’ai lu que ce roman est « unique » et pas le 1er tome d’une série et pourtant la fin ouverte donne envie de savoir ce qu’il va se passer ensuite…

En résumé, une lecture sympa mais sans plus, une idée et des personnages intéressants mais pas exploités à leur juste valeur, bref mon avis reste mitigé !

♥♥♥♥♥

LA

Fils-des-Brumes, tome 1 : L’Empire ultime de Brandon Sanderson

Couverture Fils-des-Brumes, tome 1 : L'Empire ultime

Si je me souviens bien c’est Blackwolf qui m’avait parlé de se livre et de cet auteur, j’avais donc acheté ce tome que j’avais eu le plaisir de faire dédicacer par l’auteur à un festival à Saint-Malo. Cependant, la taille de ce livre m’avait découragée et je l’ai laissé dans ma PAL, heureusement une LC organisée sur Livraddict m’a permis de l’en sortir enfin. Voici sa 4ème de couverture :

Les brumes règnent sur la nuit,
Le Seigneur Maître sur le monde.

La jeune Vin ne connaît de l’Empire Ultime que les brumes de Luthadel, les pluies de cendre et le regard d’acier des Grands Inquisiteurs. Depuis plus de 1000 ans, le Seigneur Maître gouverne les hommes par la terreur. Seuls les nobles pratiquent l’allomancie, la précieuse magie des métaux.
Mais Vin n’est pas une adolescente comme les autres. Et le jour où sa route croise celle de Kelsier, le plus célèbre voleur de l’Empire, elle est entraînée dans un combat sans merci. Car Kelsier, revenu de l’enfer, nourrit un projet fou : renverser l’Empire.

Je ne vais pas vous cacher que j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire… Je n’arrivais pas à comprendre l’univers ni la magie et le format des chapitres m’a un peu déconcertée (le petit paragraphe en italique au début de chaque chapitre).

En fait, j’ai commencé à apprécier le roman quand Kelsier forme Vin. Au fur et à mesure de sa formation, on comprend de mieux en mieux l’allomancie : son fonctionnement, ses possibilités, etc…

Pour moi, le gros plus de ce livre ce sont ses personnages, j’ai beaucoup aimé l’équipe que monte Kelsier, chacun a son rôle à jouer, tous complémentaires et au final tous solidaires même si cela perturbe Vin. En effet, cette jeune femme méfiante a toujours appris à se battre mais aussi à se faire oublier et son frère qui l’a élevée à la dure lui a toujours appris que tout le monde trahit tout le monde et qu’elle finira seule car tout le monde l’abandonnera…

Pas facile dans ces conditions de faire confiance, ni de trouver sa place dans une équipe… Et pourtant, Vin grandit, apprend, évolue, on s’attache à elle, on a envie de la protéger et de lui dire de s’ouvrir un peu plus aux autres.

J’avoue que je ne sais pas trop jusqu’où aller dans cet article car j’ai envie de vous parler de Sazed, le Terrisien aux multiples talents, de Elend Venture, fils d’un des plus importants bastions, du Seigneur Maître, le grand mystère de cette histoire. J’aurai envie de développer sur Vin car elle est vraiment intéressante et touchante, sur Kelsier qui est ni tout blanc, ni tout noir, sur l’allomancie et la ferrochimie qui sont des magies complexes mais passionnantes, etc…

On a envie de voir l’équipe de Kelsier réussir son projet complètement fou, car on espère que les skaas vont avoir une meilleure vie, que le tyran soit renversé, que ce monde gris retrouve des couleurs.

Mais il ne faut pas trop en dire, il faut vous laisser le plaisir de découvrir ce roman car je vous le conseille avec plaisir, je l’ai vraiment aimé. Une dernière chose, c’est un 1er tome et pourtant à la fin de ce livre, je ne me sens pas frustrée, j’ai bien sûr envie de lire la suite mais si je ne la lis pas, ce n’est pas un souci, l’histoire de ce tome se suffit à elle-même.

♥♥♥♥

Et voici les avis de mes compagnes de lecture :

BouQuiNeTTe ; Ichmagbücher ; Kprécieuse

Kushiel, tome 2 : L’élue de Jacqueline Carey

Couverture Kushiel, tome 2 : L'élue

Comme cela faisait presque un an que j’avais lu le 1er tome et que je l’avais apprécié, je me suis dit qu’il était temps de lire la suite. De plus, une Lecture Commune sur Livraddict me donnait l’opportunité de partager mon avis avec d’autres, donc j’ai sauté sur l’occasion. J’ai un peu de retard mais pas autant que je le pensais ! ^_^ Allez parlons du livre à présent, en commençant par sa 4ème de couverture :

Vendue alors qu’elle n’était qu’une enfant, Phèdre est devenue la propriété d’un noble qui a su reconnaître la marque rouge ornant son œil : le signe de Kushiel qui lui vaut d’éprouver à jamais le plaisir dans la souffrance. Un don unique et cruel faisant d’elle la plus convoitée des courtisanes et une espionne exceptionnelle.

Puis, pour sauver sa patrie d’une sombre conspiration, Phèdre dut tout sacrifier. Mais les dieux n’en ont pas fini avec elle. Si le peuple d’Angelin aime sa jeune reine, d’autres ne pensent qu’à lui ravir la couronne. Et les comploteurs qui sont parvenus à échapper à la colère des puissants ont plus que jamais soif de pouvoir et de vengeance…

J’avais un peu peur qu’après un an, je ne me souvienne plus du 1er tome… Mais on retrouve les personnages avec plaisir et on re-rentre dans l’histoire sans souci.

Ce 2ème tome a la même « structure » que le 1er : une 1ère partie un peu lente qui permet de planter le décor, de comprendre les méandres politiques puis les intrigues commencent avec bien sûr au centre Phèdre.

Cette fois-ci, elle m’a plus touchée et je peux dire qu’en plus de la trouver intéressante, je me suis enfin attachée à elle. J’ai apprécié l’évolution que l’auteur a fait subir à ses personnages. En effet, si on reprend les mêmes et qu’on recommence, on pourrait se dire que l’histoire est semblable mais non, car les personnages sont complexes, ils mûrissent, changent, évoluent et parfois dans des directions différentes… Je pense que cette réflexion se voit surtout chez Joscelin qui parfois nous paraît perdu et même, j’ai envie de dire fragile. J’ai envie de dire que la seule qui reste fidèle à elle-même est Mélisande…

J’ai aimé voyagé avec Phèdre : Marsilikos où elle retrouve Quintilius Rousse, La Serenissima et ses intrigues et ses douleurs, l’Illyrie avec ses légendes et Kasan Atrabiades (un personnage que j’ai beaucoup aimé),  Kriti avec ses introspections, Démétrios Asterius et la Kore… Une belle brochette de personnages secondaires qui m’ont vraiment intéressée, des coutumes, des légendes, des paysages très bien décrits.

Il  y a tout de même 2 petits bémols… Une des révélations des plus importantes qu’on devine avant qu’elle nous soit dévoilée et un fin un peu longue. Une fin heureuse mais qui nous laisse tout de même des questions en suspens : Où est l’enfant ? Phèdre aura-t-elle ses 10 ans de répit ? Le tsingano sera-t-il libéré ? Mélisande va-t-elle enfin cesser les intrigues ?

En tous les cas, j’ai hâte de me plonger dans la lecture du 3ème tome ! Mais d’autres lectures m’attendent avant elle.

♥♥♥♥

Et voici les avis de mes compagnons de lecture :

Abutterflyofairytale ; Amarüel ; Anassete ; Angelebb ; Bountyfrei ; Luna ; Mypianocanta ; Quaidesamoureux ; Thrr-Gilag

Kushiel, tome 1 : La Marque de Jacqueline Carey

Couverture Kushiel, tome 1 : La Marque

J’ai découvert ce livre (ou cette saga pour être plus exacte) grâce au blog de BlackWolf. J’ai longtemps hésité notamment à cause du prix de chaque tome. Mais dernièrement, France Loisirs les a édité et je me suis donc offert les 2 premiers tomes grâce au système de points cadeau. Pour commencer, je trouve la couverture très belle et pour que vous puissiez connaître un peu l’histoire, voici 4ème de couverture :

Vendue alors qu’elle n’était qu’une enfant, Phèdre nó Delaunay est devenue la propriété d’un noble qui a su reconnaître la marque rouge ornant son oeil : le signe de Kushiel qui lui vaut d’éprouver à jamais le plaisir dans la souffrance. Un don unique et cruel faisant d’elle la plus convoitée des courtisanes et une espionne exceptionnelle. Lorsqu’elle découvre le complot qui pèse sur sa patrie, Phèdre n’a d’autre choix que de passer à l’action. Commence alors pour elle une aventure épique et déchirante, semée d’épreuves, qu’il lui faudra mener jusqu’au bout pour sauver son peuple.

Récit plein de grandeur, de sacrifices, de trahisons et de conspirations machiavéliques, le premier tome dévoile un monde de poètes vénéneux, de courtisans assassins, de monarques assiégés, de seigneurs de guerre barbares… vu par les yeux d’une héroïne comme vous n’en avez jamais rencontré et que vous n’oublierez jamais.

Tout d’abord, j’ai été surprise car c’est tout de même un sacré pavé : 1151 pages ! Donc je lisais, je lisais et je n’avais pas l’impression d’avancer ! C’est assez frustrant ! Heureusement, l’univers et les personnages sont bien construits donc on rentre facilement dans l’histoire et on se laisse embarquer.

Malgré la 4ème de couverture, j’ai été surprise par la proportion que le « don » de Phèdre prend, je ne m’attendais pas à ce que ce soit autant décrit. Moi, c’est plus le côté espionne qui m’intéressait et je trouve qu’il a mis un moment avant de vraiment apparaître.

Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages mais je me suis intéressée à eux car ils sont tout de même atypiques que ce soit les gentils ou les méchants. Je me suis aussi intéressée à l’univers créé car il est lui aussi original mais leur « religion » et manières d’être m’ont déroutée et pourtant quelle meilleure philosophie que « Aime comme tu le désires » (ça convient bien pour ce jour de Saint-Valentin ^_^)…

Cependant, si le style est très prenant et très fouillé, certains « raccourcis » m’ont agacée : « ce n’est pas la peine que je vous raconte ce qui s’est passé », « tout le monde sait très bien comment ça se passe », etc… Je suppose que c’est pour éviter trop de répétitions ou trop de digressions pour ne pas rallonger le récit mais tout de même…

Enfin bref, un roman envoûtant mais déroutant dans lequel je suis vraiment rentrée quand Phèdre a dû se débrouiller seule (ou presque !) et que les trahisons et conspirations se dévoilent peu à peu. J’ai hâte de lire la suite ! Un livre que je recommande mais pas à tous ! lol

♥♥♥♥

Chien du Heaume de Justine Niogret

Couverture Chien du heaume

J’avais beaucoup entendu parler de ce livre et la chronique de Blackwolf avait réussi à me convaincre. Voici la 4ème de couverture :

Chien du heaume, un surnom gagné au prix du sang et de la sueur par celle qui ne possède plus rien que sa hache, dont elle destine la lame à ceux qui lui ont pris son nom. Mais en attendant de pouvoir leur sortir les viscères, elle loue son bras et sa rage au plus offrant, guerrière parmi les guerriers, tueuse parmi les loups. De bien curieuses rencontres l’attendent au castel de Broe où l’hiver l’a cloîtrée : Regehir, le forgeron à la gueule cassée, Iynge à la voix plus douce que les mœurs, le chevalier Sanglier et sa cruelle épouse de dix printemps. Au terme de sa quête, Chien trouvera-t-elle la vengeance, la rédemption ou… autre chose ?

J’ai longtemps hésité sur l’extrait. Au départ, je pensais à un descriptif montrant l’atmosphère lourde et le décor brumeux puis je me suis décidée pour celui-ci qui montre la réelle personnalité de Noalle :

Le lendemain, lorsqu’elle sortit dans la cour, Chien vit ce que l’enfançonne avait fait de sa dame blanche. Noalle était à sa fenêtre. Elle reconnut la mercenaire et la salua à grands gestes de ses mains salies. La chemise de la gamine était ouverte aux quatre vents et battait, molle et blanche, tout contre son torse de marmot. Chien leva les yeux vers elle, et se demanda ce qu’était ce paquet de couleur de neige. Puis elle comprit. Car voilà ce que la gamine avait fait de sa chouette : elle lui avait passé son aiguillette dans les deux orbites avant de la crocher là, gelée, à l’encadrure de sa fenêtre. L’enfant se pencha vers Chien, frôlant le cadavre immobile de l’oiseau qui pendait à son cordon glacé, et cria vers la femme. Le vent tenta de lui voler ses paroles, mais elles tombèrent dans la cour de la forteresse, lourdes comme des pierres.

–          Elle m’a fait peur, cria Noalle pour Chien du heaume. Elle m’a fait peur, ta dame blanche, alors je me suis vengée…

Chien regardait les deux bijoux de la fillette luire au creux de ces plumes blanches, semblables à des yeux d’argent. Ceux de Noalle, verts et glacés, n’avaient pas quitté Chien du heaume, et la guerrière reconnut lesquels étaient les plus cruels.

Je ne sais pas si ce livre n’était pas fait pour moi ou si j’en attendais trop mais je n’ai malheureusement pas apprécié cette lecture. Le style de l’auteur que ce soit dans le roman ou dans les notes de fin (je précise car ce sont deux styles complètement différents)  est vraiment bon. Cependant je n’ai pas réussi à entrer dans son histoire ni dans son univers. J’ai trouvé le tout noir, sombre, glauque, froid… Que ce soit au niveau du décor ou des personnages… Il a été impossible pour moi de m’attacher aux personnages, pourtant l’héroïne atypique avait tout pour me plaire mais non, le lien ne s’est pas créé. Et ce n’est pas la seule, plusieurs personnages (le chevalier Sanglier, Rehegir, la Salamandre, Iynge, …) auraient pu me plaire mais il m’a toujours manqué quelque chose et j’avais du mal à définir le lien qui les unissaient (amitié, amour platonique, amour charnel, …).

La fin m’a paru étrange et dans d’autres circonstances m’aurait donné envie de lire la suite mais là… Je ne sais pas ! Acheter un livre alors que le 1er tome ne m’a pas plu… Donc je pense que malgré toutes les qualités de l’auteur, je vais en rester là ou alors peut-être que dans un autre registre je me laisserai tenter ou si on me prête le livre ! ^_^

En résumé, de très bons éléments dans ce roman mais qui n’ont pas su me séduire, un auteur avec beaucoup de talent que je lirai peut-être dans un autre style. Je sais mon article est étrange mais mon ressenti envers ce livre est aussi très bizarre…

♥♥♥♥♥

Bilbo le hobbit de J.R.R. Tolkien

Couverture Bilbo le hobbit

Voici la 4ème de couverture :

Prélude au Seigneur des Anneaux, Bilbo le Hobbit vous emmènera dans une bien étrange aventure… Mais qui est Bilbo ? Un Hobbit tout ce qu’il y a de plus normal, qui aime boire, ripailler, discuter avec ses amis et, surtout, vivre une existence sans histoire !

Enfin, cela c’était avant les Nains, l’inquiétant Gollum, les araignées géantes de la forêt de Mirkwood, la Bataille des Cinq Armées, le dragon Smaug et son trésor…

Et quelques infos sur l’auteur :

John Ronal Reuel Tolkien est né en 1892 en Afrique du Sud. Orphelin à 12 ans, il fut élevé en Angleterre. Après des études à Oxford, il devint professeur de langue et de littérature anglaises. Médiéviste réputé, merveilleux conteur et créateur du Seigneur des Anneaux, il est mort en 1973.

Ce roman est en fait une relecture. Je l’ai lu une 1ère fois peu après la trilogie du Seigneur des Anneaux et je me suis rendue compte que j’en avais peu de souvenirs. Comme je voulais aller voir le film au ciné, je voulais me le remettre en tête pour voir les différences entre le livre et le film. Je m’y suis prise un peu tard et je ne l’ai pas fini avant d’aller dans les salles obscures donc je vais en profiter pour vous dire ce que j’ai pensé des 2.

J’ai beaucoup aimé le film ! J’ai été contente de retrouver Bilbo, Frodon (même si sa présence est anecdotique), Gandalf et les elfes (Elrond et Galadriel). Certaines choses m’ont étonnée comme certains nains qui n’ont pas « une tête de nain », un elfe qui vient de je ne sais où et qu’on ne retrouve pas après et la chance incroyable des nains (surtout dans les grottes des gobelins). Mais j’ai adoré les chants et la musique (d’ailleurs, dommage que le CD coûte aussi cher) et retrouver l’ambiance du Seigneur des Anneaux (même si j’ai trouvé ce film un ton en dessous). C’est un film vraiment sympa à voir sur grand écran !

Bizarrement, pour le livre, je suis plus mitigée… J’ai aimé le début, on a l’impression de s’installer dans un fauteuil au coin du feu et que quelqu’un nous raconte une histoire. Mais je lui ai trouvé quelques longueurs ! Il y a trop de chants qu’on n’arrive pas à s’imaginer, le comportement des nains est le plus souvent agaçant (vis-à-vis de Bilbo, ils ne sont pas très courageux et ne pensent qu’à l’or).

Si on compare le livre et le film, vous l’avez compris, j’ai préféré le film même s’il représente que le début du livre. J’ai même hésité à arrêter ma lecture aux 150 premières pages et reprendre avec le 2ème film (mais j’ai en fin de compte lu tout le roman). Bien sûr, il y a des rajouts mais ils ne m’ont pas dérangé au contraire. Les nains y semblent plus admirables (notamment Thorïn). Je le trouve moins jeunesse que le roman. Bref, je comprends pourquoi j’avais oublié le livre (à part le concours d’énigmes) et je sais que je me souviendrais du film (je me demande s’ils garderont la même fin…) !

♥♥♥♥♥

Chronique du Soupir de Mathieu Gaborit

Couverture Chronique du Soupir

Je suis tombée amoureuse de la couverture donc j’ai acheté ce roman et j’ai découvert une fois rentrée, que je l’avais mis dans ma wish-list ! Quand j’ai vu que Jessy_Violette organisait une LC, c’était l’occasion pour éviter qu’il reste trop longtemps dans ma PAL ! J’aurai dû écrire cet article pour le 15 et j’étais largement dans les temps pour la lecture mais comme souvent je suis en retard pour la chronique ! ^_^ (vous commencez à en avoir l’habitude !)

Voici la 4ème de couverture :

Lilas, une naine flamboyante, a choisi de prendre sa retraite de chef de la garde du palais de la Haute Fée pour ouvrir une auberge au bord de la mer. Une existence presque trop paisible…

Alors qu’elle s’interroge sur son avenir, son fils Saule fait irruption dans l’auberge. Il serre dans ses bras une jeune fille de seize ans, Brune, à l’agonie. Bien que pressentant l’immense danger qui émane de Brune, Lilas décide de les protéger envers et contre tous.

Dans un monde dominé par les fées, nains, elfes et sirènes affrontent leur destin. Arriveront-ils à conquérir leur liberté ?

Je ne connais l’auteur que de nom et de vue alors voici les quelques mots qui le présentent :

Mathieu Gaborit est né en 1972. Sa première trilogie, Les Chroniques des Crépusculaires, a connu un succès immédiat. Il a depuis écrit une dizaine de romans dont Agone et les Chroniques des Féals. Il se consacre également à la conception de jeux de rôles et de jeux vidéo.

Un extrait ?

Taverne des Somnambules.

Cerne observe, les yeux mi-clos, le garçon boire à petites gorgées son verre d’hydromel. Affaissé dans un angle de la salle commune, le dos calé contre un coussin crasseux, Cerne fait tournoyer son propre verre dans la lumière des chandelles qui grésillent sur leur table. Il a déjà vidé deux bouteilles de vin, il s’apprête à écluser la troisième. L’alcool, pourtant ne parvient pas à chasser l’empreinte des renégates, ni même l’odeur des mendiants qui se pressent au comptoir pour recevoir un bol de soupe.

Cerne aime cet endroit sans trop savoir pourquoi. Peut-être le bruissement lancinant de ces cohortes misérables qui sortent avec un peu d’espoir. A moins que le vin y soit meilleur qu’ailleurs.

Il n’est pas très représentatif du roman mais j’aime bien le style ! ^_^

Je ne vais pas vous mentir, je galère à écrire mon ressenti sur ce livre… Il était plein de bonnes promesses et je trouvais le concept de départ original. Mais même maintenant après l’avoir fini et laissé décanter les choses, je ne suis pas sûre d’avoir tout compris. Et pourtant j’ai aimé le livre, en grande partie pour la plume de l’auteur et pour son originalité.

Je vais essayer de vous expliquer sans trop vous en dire, il ne faudrait pas que je vous spoile !

L’idée de départ (que l’on voit sur la couverture), c’est que le cœur est remplacé par une fée, avec qui on peut communiquer (interactions plus ou moins importantes en fonction des personnes). Comme je l’ai dit, j’ai beaucoup aimé cette idée ! J’ai eu un peu plus de mal à comprendre le souffle car chacun ne le contrôle pas de la même façon (quand il peut le contrôler) et ne l’utilise pas de la même façon… C’est resté assez flou pour moi !

J’ai bien aimé les personnages et leur diversité mais je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher à eux, le seul qui m’a touché, c’est Saule (quoique j’ai apprécié Lorgue aussi) ! Les autres sont souvent trop extrêmes et parfois prêts à n’importe quel sacrifice (je pense à Lilas surtout mais à Brune aussi).

L’idée des sirènes et de leur géode contrôlée par le chant est aussi originale et m’a plu (peut-être parce que j’ai un faible pour les sirènes) !

Au final, j’ai eu l’impression d’un roman assez sombre entre les renégates, les spectres, les nécrovents, etc… Je n’ai pas tout compris au Souffle, aux lignes d’énergie, aux Verticales et aux Horizontales J’aurai aimé plus d’explications mais je pense que ça n’aurait pas tenu en un seul tome.

En résumé, un livre qui m’a plus mais qui me semble complexe. Je ne le conseillerais pas à ceux qui veulent découvrir la Fantasy car commencer par cette lecture peut être assez rude. Je pense que je lirai d’autres romans de Mathieu Gaborit car sa plume et ses idées m’ont plu !

Et voici mes compagnons de lecture :

Jessy_Violette ; Aeyrine ; MadlyDam ; Stelphique ; Mack ; Luna

♥♥♥♥♥

Nuage de Tags