Erosions de Meriam Berké

Couverture Erosions

Lors d’une Masse Critique sur le site Babelio, j’ai repéré ce titre qui est plutôt adapté pour une géologue et j’ai été intriguée par la description :

Dans un monde antique imaginaire, quelque part entre le Croissant fertile et les confins chinois… Milan est devenu Forgeron et Voyageur, puis chef des Tafdust et meneur de caravane. Alors que le désert gagne, il doit voyager toujours plus loin pour les échanges indispensables à la survie du clan. Mais chemin faisant, il découvre peu à peu que le reste du monde n’est pas gouverné par les certitudes immuables et les traditions du clan. Son amour pour Azerole, la prêtresse sacrée, y survivra-t-il ?

Je remercie Babelio et les éditions du non-agir pour ce partenariat. Je ne connaissais pas cette maison d’édition et j’ai beaucoup aimé le format et la présentation du livre. Sa 4ème de couverture est des plus succinctes :

C’est un conte, un fantasme, un souvenir d’oasis et de déserts, un exorcisme.

C’est une histoire de fin de civilisation, c’est une histoire d’amour.

Ca s’est passé là-bas il y a très, très longtemps, ça se passe ici, aujourd’hui.

Du coup, je ne savais plus trop dans quoi je m’engageais…

La première chose qui m’a frappé quand j’ai commencé ma lecture, c’est la poésie et le mystère qui se dégageaient de ces mots.

On n’arrive pas à se situer ni dans l’espace ni dans le temps. D’ailleurs le « calendrier » est obscur : on commence au « Quinzième cycle, Première époque, quatorzième année »…

Au début, on ne sait pas trop ce qu’il se passe, on sait juste que c’est quelque chose d’important. Et apparemment, peu de personnes sont dans le secret… On prépare cinq filles qu’on nous décrit : Bouche-d’Or, Séjour-Heureux, Ecureuil, Ebène et Azerole. Elles vont partir en voyage ce qui n’est pas habituel mais pour où ?

La suite nous est racontée par Milan de Tafdust et Azerole originaire de Haknir, narrateurs tour à tour ou presque. Nous ne savons toujours pas dans quelle région nous sommes (les noms des différentes maisons ne nous aident pas) mais nous commençons à découvrir les us et coutumes de ces habitants.

Ces maisons fonctionnent plus ou moins avec un système de castes très hiérarchisées et chaque caste a sa fonction. Les plus importants sont les Dames qui vivant sur les terrasses et qui s’occupent de la religion et les Sires qui sont les seuls à voyager et qui s’occupent du commerce. Mais il y a aussi les Laboureurs et les Obscurs (en gros les travailleurs et les esclaves). Cependant, on parle aussi des Forgerons, Tisserand, etc… Pas toujours facile de s’y retrouver : Milan par exemple devient un Sire et un Forgeron. Plus que ça même…

Si ce sont Azerole et Milan qui racontent cette histoire, c’est parce qu’ils sont les Tsichë et Taïtao de Tafdust mais aussi Terreciel et Eau, Génissaigle et Crocodile… Franchement, pas facile de s’y retrouver…

Ayant fini cette lecture, je ne peux pas vous dire que j’ai tout compris, ni même que j’y ai compris grand chose. J’ai tout de même été touché par cette histoire et surtout ce lien entre Milan et Azerole. Un livre presque mystique…

♥♥♥♥♥

Encore merci à Babelio et à sa Masse Critique et aux éditions du Non-Agir pour ce partenariat.

masse_critique 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :