Ce livre s’est trouvé par hasard entre mes mains car à l’origine si je l’ai acheté, c’était pour l’offrir. Manque de chance, la personne l’a acheté entre temps donc tant qu’à l’avoir chez moi, je l’ai lu. La 4ème de couverture :

À Atlanta deux réalités s’opposent : celle de la technologie et celle de la magie. Pendant une vague magique, les mages sauvages lancent leurs sorts et des monstres apparaissent, les armes à feu refusent de fonctionner et les voitures ne démarrent plus. Puis la vague se retire aussi vite qu’elle est venue en laissant derrière elle toutes sortes de problèmes paranormaux. Nous vivons une époque dangereuse. Mais dans le cas contraire, je serais au chômage.

Quand les gens ont des ennuis qui relèvent de l’occulte et que la police ne veut ou ne peut pas régler, on fait appel aux mercenaires de la magie comme moi. Mais quand un nécromancien anéantit la seule famille qui me reste, je n’attends plus les ordres et je dégaine mon sabre.

Je ne connaissais ni cette série, ni cette auteur, voici les quelques mots de l’éditeur :

Née en Russie, Ilona Andrews a appris l’anglais à l’adolescence grâce à une bourse qui lui a permis d’étudier aux Etats-Unis. Elle s’est mariée pendant es études. Ses romans sont écrits en collaboration avec Andrew, son mari.

Un petit aperçu du style :

J’attendais. J’écoutais.

Aucun son ne troublait le silence. Une goutte d’eau se forma à la surface suante de la bouteille de Bonne’s Farm et glissa sur le côté luisant.

Une créature imposante rampait sur le plafond du couloir, vers la cuisine. Je fis semblant de ne pas la voir. Elle s’arrêta à ma gauche, légèrement derrière moi, je n’avais pas à me forcer pour faire semblant.

L’intrus hésita, se tourna, et s’ancra dans le coin, où le plafond rejoint le mur. Il se figea, accroché au revêtement par d’énormes griffes jaunes, immobile et silencieux comme une gargouille en plein soleil. Nu et glabre, il n’avait pas une once de graisse sur sa silhouette malingre. Sa peau était tendue à craquer sur les cordes dures de ses muscles, comme une fine couche de cire coulée sur un écorché anatomique.

Le bon vieux Spider-Man du quartier.

Le vampire leva la main gauche. Les griffes acérées comme des dagues tranchèrent dans le vide, d’avant en arrière, comme des aiguilles à tricoter recourbées. Le vamp tourna la tête comme un chien et m’observa d’un regard rendu luminescent par la folie née de soifs de sang bestiales et libres de toute idée de retenue. Je fis volte-face et lançai la dague d’un seul mouvement. La lame noire s’enfonça proprement dans la gorge du vampire.

Si j’ai partagé avec vous cet extrait, c’est parce que j’ai été étonnée de la description et de la vision des vampires dans ce roman, tellement éloignée de la vision des derniers temps ! Ce sont des êtres assoiffés de sang, manipulés par des nécromantiens, n’ayant plus rien d’humains et plus ils sont vieux, plus ils sont déshumanisés…

J’aurai pu aussi choisir un dialogue car j’ai apprécié les répliques cinglantes et impertinentes de Kate et les dialogues sont plutôt sympathiques et drôles (surtout entre Kate et Curran).

Cependant, je n’ai pas été convaincue par ce tome. Il y a des personnages intéressants dont certains à propos desquels j’aurai aimé avoir plus d’informations comme pour Greg… Bref, une jolie brochette de personnages, un univers d’urban fantasy plutôt bien construit (même si c’est un genre que je connais peu) mais je n’ai pas été emportée par l’histoire. Je l’ai lu facilement mais il m’a manqué quelque chose pour me donner envie de lire la suite… Même si l’auteur ne manque pas de style, qui sait, peut-être que si à l’occasion, le tome 2 me tombe entre les mains je le lirai mais je n’irai pas l’acheter !

P.S. : Par contre la couverture n’est vraiment pas jolie !!

♥♥♥♥♥

Publicités

Commentaires sur: "Kate Daniels, tome 1 : Morsure magique de Ilona Andrews" (3)

  1. Christophe a dit:

    Le titre et la couverture ne donnent vraiment pas envie, ça fait très « jeunesse » en plus. Sans que je veuille juger les livres jeunesses (il m’arrive d’en lire et de les apprécier)

    • petitemarie29 a dit:

      Comme tu l’as lu, moi non plus la couverture ne m’a pas attirée !! Jeunesse ? oui et non…. En fait vu certains propos, il y a quand même beaucoup de violence et même certains passages crus… Mais bon, je ne sais plus trop ce que peuvent lire les « jeunes » ! lol

  2. Christophe a dit:

    Quand je disais que ça faisait jeunesse je m’en tenais au titre et la couverture 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :