Encore un « classique », un livre qu’on doit lire, un incontournable. Je ne connaissais pas du tout mais le titre est joli donc même si moi et les « classiques », ce n’est pas le grand amour, je me suis encore laissée tentée et au moins après l’avoir lu, je serais moins bête ! ^^
Voici la 4ème de couverture :

Phénomène littéraire sans équivalent depuis les années 50, J.D. Salinger reste le plus mystérieux des écrivains contemporains, et son chef-d’œuvre, L’attrape-cœurs, roman de l’adolescence le plus lu du monde entier, est l’histoire d’une fugue, celle d’un garçon de la bourgeoisie new-yorkaise chassé de son collège trois jours avant Noël, qui n’ose pas rentrer chez lui et affronter ses parents. Trois jours de vagabondage et d’aventures cocasses, sordides ou émouvantes, d’incertitudes et d’anxiété, à la recherche de soi-même et des autres. L’histoire éternelle d’un gosse perdu qui cherche des raisons de vivre dans un monde hostile et corrompu.

Plutôt un bon point mais je ne connais pas l’auteur alors voici une petite présentation :
J. D. Salinger (1919 – 2010) est un écrivain américain.
À partir de 1948, il commence véritablement à se faire connaître avec la publication de nouvelles, dans le journal New Yorker dont il devient rapidement l’un des auteurs les plus connus. En fait, sa première collaboration avec le New Yorker, date de 1942, il s’agissait d’une histoire intitulée Slight Rebellion off Madison, dans laquelle apparaissait un personnage mi-autobiographique nommé Holden Caulfield. La nouvelle ne fut toutefois pas publiée avant 1946 à cause de la guerre.
Salinger a confié à plusieurs personnes qu’il sentait que Holden méritait un roman et L’attrape-cœurs est publié en 1951. C’est un succès immédiat, même si les premières critiques sont partagées. Le livre est toujours beaucoup lu actuellement, particulièrement aux États-Unis où il est largement étudié dans les écoles.
En 1953, Salinger réunit des nouvelles en un recueil intitulé Nine Stories aux États-Unis et Pour Esme, avec amour et abjection au Royaume-Uni. Il sera plus tard traduit en français et publié sous le nom de Nouvelles. Ce livre est un succès.
Avec la notoriété apportée par L’attrape-cœurs, Salinger a commencé à se renfermer sur lui-même. En 1953, il quitte New-York pour le New Hampshire. Quand un entretien qu’il avait donné pour le journal d’un lycée est en fait publié dans le journal local, Salinger se sent trahi et sort de moins en moins. Sa dernière publication paraît dans le New Yorker en 1965. Il semblerait qu’il était sur le point de publier d’autres écrits dans les années 1970 mais qu’il se ravisa au dernier moment. En 1978, Newsweek rapporte que Salinger déclare avoir terminé un « long livre romantique se déroulant durant la Seconde Guerre mondiale », mais rien ne fut jamais publié.
Salinger essaie d’échapper au maximum à l’exposition et à l’attention publique. Lorsqu’il apprend que Ian Hamilton a l’intention de publier sa biographie en incluant des lettres que Salinger avait écrites, il l’attaque en justice pour empêcher la publication. Le livre finit par paraître mais avec le contenu des lettres paraphrasées.
J. D. Salinger meurt le 27 Janvier 2010 à l’âge de 91 ans, à son domicile du New Hampshire.

Et pour voir le style (là où le bat blesse pour moi) voici un extrait :

Là où je veux commencer c’est à mon dernier jour avant de quitter Pencey Prep. Pencey Prep est ce collège, à Agerstown, Pennsylvanie, vous devez connaître. En tous cas vous avez sûrement vu les placards publicitaires. Y en a dans un bon millier de magazines et toujours ça montre un type extra sur un pur-sang qui saute une haie. Comme si tout ce qu’on faisait à Pencey c’était de jouer au polo. Moi dans le secteur j’ai même jamais vu un canasson. Et en dessous de l’image du type à cheval y a toujours écrit : « Depuis 1888, nous travaillons à forger de splendides jeunes hommes à l’esprit ouvert. » Tu parles ! Ils forgent pas plus à Pencey que dans n’importe quelle autre école. Et j’y ai jamais connu personne qui soit splendide, l’esprit ouvert et tout. Peut-être deux gars. Et encore. C’est probable qu’ils étaient déjà comme ça en arrivant.
Bon. On est donc le samedi du match de foot contre Saxon Hall. Le match contre Saxon Hall c’était censé être un truc de première importance, le dernier match de l’année et on était aussi censé se suicider, ou quelque chose comme ça, si notre cher collège était battu. Je me souviens que vers trois heures, ce foutu après-midi, j’étais allé me percher en haut de Thomsen Hill, juste à côté du vieux canon pourri qu’avait fait la guerre d’Indépendance et tout.

Livre court, assez facile à lire mais auquel, malgré l’histoire qui avait tout pour me plaire, je n’ai pas accroché du tout… Pourquoi ? La faute au style, se mettre dans la peau de l’ado, écrire comme il parle, pire comme il pense ! Cette quantité de phrases finissant par « et tout », non, désolée, mais ce n’est pas pour moi !
Je n’ai pas réussi à me mettre à la place de ce gamin, ni à le comprendre, ni même à éprouver de la compassion pour lui…
Après en avoir discuté un peu avec quelqu’un qui l’a lu en même temps que moi (mais plus vite), c’est peut-être dû à la traduction… Solution ? Le lire en VO ou une autre traduction… Mais j’avoue que j’ai le courage ni pour l’un ni pour l’autre !
Ce n’est malheureusement pas ce livre qui va me réconcilier avec les « classiques »… Allez passons à la prochaine lecture.

♥♥♥♥

Publicités

Commentaires sur: "L’attrape-cœurs de J.D. Salinger" (3)

  1. Christophe a dit:

    Ca ne donne pas du tout envie! La seule envie qu’il me reste avec ce livre est de « lire un classique » pour pouvoir en parler (en parler en l’ayant lu, contrairement à ce que les gens font, consciemment ou non, avec les classiques^^) mais c’est tout…

    • petitemarie29 a dit:

      Tu sais, ce n’est pas parce que je n’ai pas aimé qu’il n’est pas bien ! ^^
      Il faudrait que tu aies d’autres avis…

  2. Christophe a dit:

    Oh bah je n’ai pas dis que mon avis était fait^^. Je disais juste que de lire qu’il ne t’a pas plu (et surtout pourquoi) ne donne pas envie que ça soit ma prochaine lecture^^ mais le jour où (si) je le lis, j’aimerais peut-être…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :